De bons voisins

À force de côtoyer cette bande de brutes, on désespère vite du monde des bêtes. Je croyais même que j'étais le seul animal lettré au monde !
Olivier Muller - Berthus : héros du pôle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 juillet

Contenu

Roman - Noir

De bons voisins

Assassinat - Faits divers MAJ vendredi 17 février 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Ryan David Jahn
Acts of Violence - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Simon Baril
Arles : Actes Sud, janvier 2012
270 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-00229-9
Coll. "Actes Noirs"

Amour, haine et rédemption

En mars 2012 sortira Témoins, un film de Lucas Belvaux, inspiré du roman de Didier Decoin Est-ce ainsi que les femme meurent ? Le long métrage et le livre relatent la mort de Kitty Genovese, une jeune femme tuée dans la cour intérieur de son immeuble, sous les yeux des voisins qui ne firent pas grand-chose pour lui venir en aide. Ce fait divers célèbre qui encombra l'Amérique des années 1960 et donna lieu à des travaux de sociologie et de psychologie, Ryan David Jahn s'en empare lui aussi mais avec une perspectiove différente. Si, évidemment au centre de l'intrigue en des pages horribles, l'auteur montre la lente agonie de la victime et sa volonté de s'en sortir, il s'offre de nombreuses échappatoires au sein des témoins. Ceux-ci acteurs principaux de chapitres qui s'apparentent à des nouvelles indépendantes vont mener leur propre vie, vont eux aussi passer une nuit qui va changer leur vie.

C'est ainsi que l'on suit les ambulanciers qui vont prendre et perdre en charge la jeune femme, le policier et le noir qui l'ont découverte agonisante, et quelques voisins pris dans leurs propres affaires - peine de cœur, découverte de la sexualité dans ses multiples variantes, travail de coupure du cordon ombilical entre un fils et sa mère... Bien qu'indépendantes, ces histoires sont construites avec un soin extrême et se répondent, offrant des liaisons particulières entre elles, se renvoyant l'une à l'autre, se recoupant par moments. Elles permettent ainsi de montrer derrière la tragédie particulière de la jeune femme, plus que la démission des gens, une multitude de tragédies se cachant derrière les vitres éclairées ou éteintes que chaque voisin de la cour contemple, une masse de secrets qu'extérieurement on pourrait juger sordides (il y a entre autre un épisode où le chef de la police reconnaît la malhonnêteté de ses agents mais les couvre) mais que, vu ainsi, on sent plus sous l'angle des douleurs provoquées.

À cet égard, Ryan David Jahn met la barre très haut (et l'atteint de belle façon) en nous livrant aussi le monologue intérieur et les actions du tueur vu, lui aussi, à travers ses contradictions et ses difficultés. En présentant quelques personnages qui, au contraire, essayent d'embellir le monde, le roman nous montre un univers encore plus complexe, somme de peurs, de haines, de difficultés mais aussi de possibilités humanistes.

Citation

Il vérifie rapidement que le couvercle ne fuit pas, vérifie l'autre côté aussi, puis repose la boite pour que le tapis puisse l'emporter. Il fait ça en silence, une boite après l'autre. Il se demande si quelqu'un le stoppera un jour.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 15 février 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page