Environnement mortel

Le monde est plein de dégénérés pour qui les autres sont des éléments du paysage où se déroule leur vie. Ces dingues ne voient pas les gens, ils n'ont pas conscience de leur existence, ils leur marchent dessus ou les transpercent, les utilisent, les écrasent et les jettent comme des déchets.
Victor del Árbol - La Veille de presque tout
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Noir

Environnement mortel

Écologique - Corruption MAJ mardi 31 janvier 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Pascal Vatinel
Rodez : Le Rouergue, janvier 2012
356 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-8126-0314-3

Consommation, consumation

Difficile aujourd'hui de regarder le monde comme il va sans avoir envie de vomir. Si l'on pensait que ce n'était qu'une figure de style, avec Environnement mortel, Pascal Vatinel va nous prouver qu'il s'agit d'une réalité palpable car chaque jour l'adage "Tout a un prix" se vérifie, et malheureusement il semble même que le prix soit chaque jour moins élevé.
Thomas Kessler est un journaliste chevronné qui enquête sur le scandale du lait contaminé. Spécialiste de la Chine, il est contacté par des opposants au régime qui veulent lui faire part de sombres complots. Mais chaque fois qu'il s'approche de la réalité, ses témoins, ses interlocuteurs, disparaissent au sein de la masse grouillante asiatique. Il croit se rapprocher de la vérité pour n'y voir qu'instants fuyants et lorsque enfin il obtiendra quelques réponses il ne pourra s'en servir.
Le monde est si étrange que les pires criminels se cachent derrière des sociétés philanthropiques, et que les instances dirigeantes chinoises, qui ont tous les pouvoirs, utilisent quand même criminels et autres hommes de main des rues pour faire le sale boulot - peut-être bien même qu'à travail égal ils sont moins chers que des fonctionnaires. Les puissances mortifères sont à l'œuvre et ce que le roman détaille bien, à travers la trajectoire de son personnage au sein de l'empire du Milieu, c'est combien l'univers kafkaïen du profit et du pouvoir engendre des comportements si schizophrènes qu'il est impossible à l'humanité de survivre. Chaque élément infernal est pavé de bonnes intentions.
Ce que montre Pascal Vatinel à travers l'univers chinois, c'est l'apothéose du système féodal, que le capitalisme et le socialisme croyaient à un moment capable de juguler. C'est ainsi que torturé quasiment agonisant, notre journaliste est relâché dans la nature, au milieu des ordures qui menacent de submerger la capitale chinoise. À quoi bon le tuer puisqu'il n'est qu'un écrivaillon ou pire qu'une marionnette ? Cela illustre toutes les vicissitudes d'un monde pourri de l'intérieur.
Derrière une écriture classique et une intrigue solide, fortement insérée dans un tissu informatif sérieux, le roman se déroule autour de lieux et de personnages que l'auteur connait et qu'il peut rendre avec justesse. Si dans Soleil vert, Charlton Heston, le policier, découvre la corruption des élites lorsqu'il peut sucer la cuillère qui avait trempé dans de la vraie confiture de fraises, avec Environnement mortel, Pascal Vatinel nous montre que cette confiture a un goût amer, et qu'au final, il est préférable de la vomir.

Citation

Que ceux qui s'inquiètent pour l'avenir de notre planète se rassurent. Malgré les mauvais traitements que lui infligent les hommes, elle a désormais de très bonnes chances de leur survivre, puisqu'ils sont probablement condamnés à mourir de faim et de soif dans un bien plus proche avenir.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 30 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page