Un avion sans elle

Marcel Schwob. Il a beaucoup écrit sur les bandits. Dans une de ses nouvelles, il parle d'une bande du Moyen Âge : des chevaliers brigands pendant la guerre de 100 ans. Cette bande s'appelait Les Faux Visages. Ils portaient des masques peints comme des visages pour se cacher.
David B. & Hervé Tanquerelle - Les Faux Visages
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 17 octobre

Contenu

Roman - Policier

Un avion sans elle

Énigme MAJ mercredi 25 janvier 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Michel Bussi
Paris : Presses de la Cité, janvier 2012
544 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-258-09278-5
Coll. "Romans Terres de France"

Actualités

  • 14/11 Édition: Parutions de la semaine - 14 novembre
  • 15/03 Édition: Parutions de la semaine - 15 mars
    Les éditions Omnibus continuent leurs anthologies de romans policiers avec leurs ajouts inédits. C'est ainsi qu'après les très nombreux volumes consacrés aux "romans durs" de Simenon les mois précédents, cette semaine paraissent des recueils de romans d'Ellery Queen et de Mickey Spillane. Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de lire l'un et l'autre auteurs (attention, sous le nom de plume d'Ellery Queen, il s'en cache deux), ça peut être une bonne initiation à moindre coût et dans une version plutôt classieuse. Dans la même veine, et pour les amoureux de feuilletons naphtalinés, les éditions Manucius ressortent d'une armoire Les Fils de Judas, de Ponson du Terrail. Mais, parmi les nouveautés, nous vous invitons à aller voir du côté des éditions Baleine avec le roman de Joseph Incardona, Misty. La plume de Joseph Incardona offre un vrai plaisir de lecture. Sinon, Josh Bazell revient avec un nouveau roman qui se veut sûrement aussi déjanté que le précédent, beaucoup de romans d'auteurs habitués et habituels d'Harlan Coben à Olen Steinhauer en passant par la très prolifique Joyce Carol Oates.
    Il en va de même des éditions poche. Toujours sortis de la naphtaline, des romans d'Agatha Christie. Une valeur sure pour trois heures de plaisir souvent jubilatoire. Un inédit de Gilles Schlesser vient s'immiscer dans une liste quasi-exclusivement de rééditions - il vous faudra chercher quelques inédits publiés par des maisons d'édition confidentielles comme Cairn, Les Presses littéraires, No comment ou les éditions du Caïman.
    Les éditions Futuropolis nous proposent cette semaines deux excellentes bandes dessinées à la très grande marge de ce que l'on aime. Tout d'abord, le très magnifique Kongo, revient sur le voyage de Joseph Conrad au Congo belge avec dénonciation d'un crime d'État belge. Enfin, Sang noir témoigne de la catastrophe de Courrières, et là il est question d'un crime d'entreprise et d'un crime politique. Alors, évidemment, après ces deux sujets traités de fort jolie manière, les autres publications pourraient paraitre fultiles, surtout celles de Panini comics, mais une lecture entre les lignes pourra peut-être vous convaincre du contraire.
    Ce sera exactement le même cas avec les romans de Jérôme Leroy, Dominique Forma et Malika Ferdjoukh chez Syros, qui touchent à des problèmes sociétaux en une approche pour la jeunesse. Mais comme il n'y a rien de très original à mettre sous la dent des enfants et autres adolescents, autant se projeter vers un monde d'adultes avec des thèmes plutôt sombres, surtout qu'au final, tout se termine bien.
    Enfin, à noter deux documents qui paraissent fort intéressants : Sinatra et la mafia, de Véronique Chalmet (Payot, "Documents") et Jean Meckert, dit Jean Amila : du roman prolétarien au roman noir contemporain, de Pierre Gauyat (Belles lettres).
    Comme vous le voyez : une semaine riche en publication !

    Fictions adulte grand format :
    13 et demi, de Nevada Barr (Le Cherche Midi)
    Monstres à tuer, de Josh Bazell (Jean-Claude Lattès)
    Ne lâche pas ma main, de Michel Bussi (Presses de la Cité, "Domaine français")
    Ne t'éloigne pas, de Harlan Coben (Belfond, "Noir")
    Le Bal des débutants, de Philippe Colin-Olivier (Le Passage, "Ligne noire")
    Falkenstein ou Une aventure bavaroise, de Michel Dessoleret (Presses du Midi)
    Lavomatic, de Philippe di Folco (Stéphane Million)
    Le Code Eden, de Paul Dravenne & Florence Delvalle (Les 2 Encres, "Sang d'encre")
    Mémoire à bout portant, de François-Michel Dupont (Le Vistemboir)
    Le Lion des Flandres, de Roger Facon (L'Archipel, "Cœur noir")
    Deux petites filles, de Cristina Fallarás (Métailié, "Bibliothèque hispanique")
    Le Secret d'Edwin Strafford, de Robert Goddart (Sonatine)
    Misty, de Joseph Incardona (Baleine)
    Veuve coquelicot : meurtre au champagne, de Léo Lapointe (Nouvelles éditions Krakoen, "Polar")
    Une femme surveillée, de Charlotte Link (Presses de la Cité, "Suspense psychologique")
    Opération sable d'Allah : cellule delta, de Pierre Martinet (Le Rocher, "Service action")
    La Grande embrouille, d'Eduardo Mendoza (Le Seuil, "Cadre vert")
    Le Mystérieux Mr Kidder, de Joyce Carol Oates (Philippe Rey, "Roman étranger")
    Le Complexe du prisme, de Fabrice Pichon (Citron bleu, "Série Citron polar")
    Les Fils de Judas, de Pierre Alexis de Ponson du Terrail (Manucius, "Aventures et mystères")
    Cinq, d'Ursula Poznanski (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Ellery Queen mène l'enquête, de Ellery Queen (Omnibus, "Omnibus")
    Le Sable était brûlant, de Roger Smith (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente)
    Mon nom est Mike Hammer, de Mickey Spillane (Omnibus, "Omnibus")
    L'Étau, de Olen Steinhauer (Liana Levi, "Policiers")
    Entourlooping : magouilles et compagnie aérienne, de Gérard Streiff & Mateo Montesinos (Nouvelles éditions Krakoen, "Polar")
    Les Thermes ; Hors jeu ; Le Labyrinthe grec, de Manuel Vásquez Montalbán (Le Seuil & Christian Bourgois, "Opus")
    Ne réveillez pas le diable qui dort, de John Verdon (Grasset)
    L'Ombre rouge de la vieille ville, de François Weber (Serpenoise, "Policier")
    Nid de guêpes, d'Inger Wolf (Mirobole, "Horizons noirs")

    Fictions adulte poche :
    Alarme en Béarn, de Thomas Aden (Cairn)
    La Femme en vert, de Arnaldur Indridason (Pointdeux, "Pointdeux")
    Mat, de Ronan Bennett (Pocket, "Best")
    Un avion sans elle, de Michel Bussi (Pocket, "Best")
    Le Cheval pâle, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    L'Homme au complet marron, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Pension Vanilos, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Les Sept cadrans, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Sous haute tension, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    L'Évadé de Wan Chai, de Ian Hamilton (10-18, "Domaine policier")
    Double meurtre à Borodi Lane, de Jonathan Kellerman (Points, "Policiers")
    Du sang dans la neige, de Michel Llory (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    Les Chaussures italiennes, de Henning Mankell (Pointdeux, "Pointdeux")
    Filière malgache, de Pierre Maury (No comment)
    L'École de détectives privés du Limpopo, d'Alexander McCall Smith (10-18, "Grands détectives")
    Poussière tu seras, de Sam Millar (Points, "Policiers")
    La Petite fêlée aux allumettes, de Nadine Monfils (Pocket, "Best")
    Camarguestan !, de Philippe Paternolli (Le Caïman, "Polars")
    La Mort n'a pas d'amis, de Gilles Schlesser (Parigramme)
    Green River, de Tim Willocks (Pocket, "Best")

    Bandes dessinées :
    Histoire de la Gendarmerie nationale : des origines à nos jours, de Jean-Claude Bourret & Julien Grycan (Le Signe)
    Les Aigles sur le front de l'Ouest. 1, de Mike Butterworth & Bill Lacey (Clair de lune)
    Les Aigles sur le front de l'Ouest. 2, de Mike Butterworth & Bill Lacey (Clair de lune)
    Spider-Man team-up : l'intégrale. 1975-1976, de Gerry Conway, Bill Mantlo & Sal Buscema (Panini comics, "Marvel Classic")
    The Punisher : rivière de sang, de Chuck Dixon & Joe Kubert (Panini comics, "Best of Marvel")
    Fury. 1, D'une guerre à l'autre, de Garth Ennis & Goran Parlov (Panini comics, "Max comics")
    Bouncer : intégrale. Tomes 6 & 7, de Alexandro Jodorowsky & François Boucq (Les Humanoïdes associés)
    Sang noir : 1906, la catastrophe de Courrières, de Jean-Luc Loyer (Futuropolis)
    Silas Corey. 1, Le Réseau Aquila. 2, de Fabien Nury & Pierre Alary (Glénat, "Caractère")
    Kongo, de Christian Perrissin & Tom Tirabosco (Futuropolis)
    Mass effect : redemption. 1, de Mac Walters, John Jackson Miller & Omar Francia (Panini comics, 100 % Fusion comics)

    Fictions jeunesse :
    Les Insoumis. 1, Ruby, d'Alexandra Bracken (La Martinière jeunesse)
    Sektion 20, de Paul Dowswell (Naïve, "Naïveland")
    L'Assassin de papa, de Malika Ferdjoukh (Syros, "Souris noire")
    Nano, de Dominique Forma (Syros, "Souris noire")
    The Agency. 3, Les Secrets du palais, de Y. S. Lee (Nathan jeunesse, "Grand format")
    Norlande, de Jérôme Leroy (Syros, "Rat noir")
    La Grande môme, de Jérôme Leroy (Syros, "Rat noir")
    Le Bandit au colt d'or, de Simon Roussin (Magnani)
    L'Île au trésor, de Robert Louis Stevenson (Gallimard jeunesse, "Folio junior")

    Cinéma :
    Sinatra et la mafia, de Véronique Chalmet (Payot, "Documents")
    Taxi Driver, de Paul Duncan & Steve Shapiro (Taschen, "Ju")

    Criminologie & prisons :
    Une histoire criminelle de la France, d'Alain Bauer & Christophe Soullez (Odile Jacob, "Poches Odile Jacob")
    La Véritable histoire du commando Érignac, de Benoit Bertrand-Cadi (Tallandier)
    Mes Conversations avec les tueurs : dans les coulisses de l'enquête, de Stéphane Bourgoin (Points, "Policiers")
    Abel, mon fils, ma bataille : pour que la vérité éclate sur l'affaire Merah, d'Albert Chennouf-Meyer (Le Moment)
    Guy Georges : la traque : 7 ans d'enquête au cœur de la Crim', de Patricia Tourancheau (Pocket, "Non-fiction")

    Littérature (recueils & anthologies) :
    Jean Meckert, dit Jean Amila : du roman prolétarien au roman noir contemporain, de Pierre Gauyat (Belles lettres)
    Liens : La Femme en vert |Mat |Les Sept cadrans |L'Évadé de Wan Chai |Double meurtre à Borodi Lane |La Petite fêlée aux allumettes |Sang noir : 1906, la catastrophe de Courrières |L'Île au trésor |Mes conversations avec les tueurs |Le Cheval pâle |Pension Vanilos |Le Lion des Flandres |Michel Bussi |Philippe Colin-Olivier |Roger Facon |Joseph Incardona |Léo Lapointe |Joyce Carol Oates |Fabrice Pichon |Pierre Alexis Ponson du Terrail |Mickey Spillane |Olen Steinhauer |Gérard Streiff |Manuel Vásquez Montalbán |Thomas Aden |Arnaldur Indridason |Ronan Bennett |Agatha Christie |Ian Hamilton |Jonathan Kellerman |Henning Mankell |Alexander McCall Smith |Nadine Monfils |Philippe Paternolli |Gilles Schlesser |François Boucq |Jean-Luc Loyer |Fabien Nury |Malika Ferdjoukh |Dominique Forma |Jérôme Leroy |Robert Louis Stevenson |Alain Bauer |Christophe Soullez |Stéphane Bourgoin

  • 10/07 Prix littéraire: Sélections GPLP 2012
  • 10/05 Prix littéraire: Michel Bussi en lice pour le Prix Maisons de la Presse
  • 20/01 Édition: Parutions de la semaine - 20 janvier

Qui est elle ?

Michel Bussi explore toutes les conséquences qui peuvent naître d'un fait divers dramatique. Une superbe histoire qui ne vous lâche pas.

Le 23 décembre 1980, à 00 h 33, l'Airbus Istanbul-Paris s'écrase sur le mont Terrible, dans le massif du Jura. Après une longue glissade, une explosion déclenche un incendie. Les sauveteurs ne recensent qu'une survivante, un bébé de trois mois.
Le matin même, Léonce de Carville, un capitaine d'industrie, déclare qu'il s'agit de Lyse-Rose. De Dieppe, quelque temps après, un autre grand-père est persuadé qu'il s'agit d'Émilie. Dans l'avion, il y avait deux petites filles nées à trois jours d'intervalle.
Dix-huit ans plus tard, Crédule Grand-Duc a décidé de se suicider, car il a échoué. Dans un carnet, destiné à Lylie, il a compilé le résultat de ses longues et interminables recherches, sans pouvoir trancher qui, de Lyse-Rose ou d'Émilie, a survécu. Alors qu'il étale le numéro de L'Est Républicain du jour du drame, avec le titre "La miraculée du Mont-Terrible", il voit, sous ses yeux, la solution. Elle est là, évidente !
Quelques jours plus tard, Marc Vitral attend Émilie, sa sœur, dans le café où ils ont l'habitude de se retrouver, près de la faculté. Émilie a dix-huit ans. Elle a lu le carnet de Grand-Duc et a décidé d'un crime indispensable, de "Tuer un monstre pour être capable de vivre encore. De survivre, au moins." Elle convainc Marc de lire le carnet, de lui laisser une heure pour disparaître.
Marc entreprend la lecture et découvre les rebondissements du procès, les batailles entre les deux familles. Il décide de rencontrer Grand-Duc. À son domicile, il ne trouve que son cadavre, dans un placard, une balle dans le cœur.
Pendant ce temps, la sœur ainée de Lyse-Rose, Malvina, que la mort de sa cadette, et son exposition médiatique à six ans, a fortement perturbée tant psychiquement que physiquement, rôde sur les lieux, armée d'un Mauser.
Qui a tué le détective ? Qu'a-t-il découvert ? Qui est véritablement Lylie, ce petit nom composé de la première et de la dernière syllabe des prénoms des deux fillettes ?

Michel Bussi maitrise la construction des intrigues à tiroirs, des histoires aux imbrications multiples, aux implications décalées dans le temps. Il excelle dans l'art de jouer entre les époques, multipliant les incidences des événements à travers le temps. Il n'oublie jamais le passé, ne l'efface pas.

Attention, cet auteur est "diabolique", car il sait accaparer votre attention sans effets "gore", sans débauches de matériels sophistiqués, de combats dantesques. Il introduit, dans ses intrigues, les éléments du quotidien, des situations et des péripéties ordinaires. Il vous accroche d'autant plus, qu'il crée, pour son histoire, une galerie de personnages d'une grande richesse, d'un réalisme confondant, tant dans leurs réactions que dans leurs comportements. Il nourrit les portraits de ses protagonistes de ces mille petits riens qui fondent une personnalité. Il construit, ainsi, des figures authentiques, d'une grande profondeur, bâties avec un soin méticuleux.
Il met en scène des êtres humains projetés, par les hasards de l'existence, dans des situations où ils réagissent en fonction de leur vécu, de leurs sentiments, de leurs motivations. Il s'attache aux implications, et aux développements psychologiques de son récit.

Michel Bussi plante, dès le départ, une situation presque ultime. Il ne reste plus, au lecteur, qu'à trouver le parcours qui amène à cette conclusion en suivant la quête des héros, une enquête dont la tension croissante ne vous lâche pas.

Il met en scène, dans ce livre, la déferlante des médias, leur fonctionnement et leurs implications dans les conséquences d'un drame. Il illustre, également, comment ceux-ci peuvent être utilisés pour gagner une cause, pour atteindre un objectif. Il s'amuse à montrer les deux facettes d'un jeu de dupes, d'une comédie où l'on ne sait plus qui se sert de l'autre.

Michel Bussi offre un roman remarquablement documenté, parfaitement construit jusqu'à un final éblouissant. Il fait montre d'un humour subtil qu'il distille au long de son récit, un récit émaillé de remarques amusantes ou graves sur la société où évoluent ses personnages. Il affectionne, à travers des jeux de mots, donner des titres qui définissent habilement le sens de l'intrigue.

Après le superbe Nymphéas Noirs, l'amusant et érudit Code Lupin, l'émouvant et machiavélique Mourir sur Seine, Michel Bussi signe Un avion sans elle, une réussite littéraire de plus à mettre à son actif. Ce livre est séduisant tant par le sujet, le traitement de son intrigue que sa galerie de personnages aussi attachants que possible.

Récompenses :
Prix du Meilleur polar francophone 2012

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman français 2012
Lion noir 2013

Citation

... pour les Vitral, pour les Carville, la vie est tout de même une sacrée salope... Elle leur enlève d'un coup deux générations sur lesquelles ils avaient construit leur avenir. Fils et petites-filles. Puis, une heure plus tard, elle leur annonce, radieuse, un miracle : l'être le plus petit, le plus fragile a été épargné. Mais la vie ne retire le poignard que pour mieux l'enfoncer une seconde fois. Et si ce petit être miraculé... ce n'était pas le vôtre ?

Rédacteur: Serge Perraud lundi 16 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page