La Nuit qui ne finit pas

Assassiner un futur chauffard, il n'y a pas plus efficace comme prévention.
Raphaël Majan - L'Examen de conduite
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 16 avril

Contenu

Roman - Noir

La Nuit qui ne finit pas

Psychologique - Assassinat MAJ mercredi 14 décembre 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,2 €

Agatha Christie
Endless Night - 1967
Traduit de l'anglais par Jocelyne Warolin
Paris : Le Masque, septembre 2011
286 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3624-0
Coll. "Agatha Christie", 6

Actualités

  • 17/05 Édition: Parutions de la semaine - 17 mai
    Hormis le nouvel opus de Karine Giébel (Fleuve noir) et celui de Liza Marklund (Hachette), il faut aller chercher dans les poches pour trouver quelques romans dignes d'un intérêt profond - nous ne parlons pas là de ces Agatha Christie proposés dans un format poche élargi avec photos de couverture prises par l'Anglais Martin Parr - mais de romans de Gregorio Leóon, Roger Martin, Robert Pobi, Antonin Varenne et S. J. Watson.
    Mais nous ne saurions vous recommander l'adaptation BD de Boulevard... Ossements ! faite par Nicolas Barral d'après un roman de Léo Malet, le tout dans l'univers de Jacques Tardi. Tout comme nous ne pourrions vous reprocher de vous plonger dans la biographie noire mais mise en couleur de Rimbaud par Xavier Coste. L'essai de Jean-Michel Rey La Vengeance par le crédit ou Monte-Cristo est passionnant, et prend une autre dimension aujourd'hui que nous sommes en pleine crise, et que nous avons vu des banques s'écrouler.
    Mais comme d'habitude, faites votre choix...

    Fictions adulte grand format :
    Les Lumineuses, de Lauren Beukes (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Le Poète, de Michael Connelly (Retrouvées)
    Méfiez-vous du chat qui dort, de Roger Coupannec (D'Orbestier, "Carbone")
    Léviathan. 3, Le Pouvoir, de Lionel Davoust (Don Quichotte)
    La Méthode du crocodile, de Maurizio de Giovanni (Fleuve noir, "Thriller")
    Purgatoire des innocents, de Karine Giébel (Fleuve noir, "Thriller")
    Le Jugement dernier : l'énigme du Codex Lucis, de Stéphane Haument (J)
    Les Mystères de Druon de Brévaux. 4, In anima vili, d'Andrea H. Japp (Flammarion)
    Deadline, de Liza Marklund (Hachette, "Blackmoon thriller")
    Embrouille en Provence, de Peter Mayle (NIL)
    L'Ultime secret du Christ, de José Rodrigues dos Santos (HC)
    La Fille qui avait de la neige dans les cheveux, de Ninni Schulman (Le Seuil, "Policiers")
    L'Or est un poison, de Jean-Louis Tourné (Albiana)
    Et la malédiction s'abattra sur la ville, de David Verdier (La Bouinotte, "Black Berry")

    Fictions adulte poche :
    Black Berry ! Meurtres au pays : histoires courtes, collectif (La Bouinotte, "Black Berry")
    Le Requiem des abysses, de Maxime Chattam (Pocket, "Thriller")
    Le Crime de l'Orient-Express, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    L'Heure zéro, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Un meurtre sera commis le..., d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Miss Marple au club du mardi, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    La Nuit qui ne finit pas, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Poète, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    Les Larmes d'Aral, de Jérôme Delafosse (Pocket, "Thriller")
    L'Interprétation des peurs, de Wulf Dorn (Pocket, "Thriller")
    Le Visiteur du vendredi, de Jean Failler (Du Palémon, "Une enquête de Mary Lester")
    L'Avalanche, de Grégoire Gauchet (Le Verger, "Enquêtes rhénanes)
    Juste une ombre, de Karine Giébel (Pocket, "Thriller")
    Real Murders Club, de Charlaine Harrison (J'ai lu)
    L'Ultime secret de Frida K., de Gregorio Leon (Pocket, "Thriller")
    Jusqu'à ce que mort s'ensuive, de Roger Martin (Pocket, "Thriller")
    L'Invisible, de Robert Pobi (Points, "Thriller")
    L'Invisible, de Robert Pobi (Pointdeux, "Pointdeux")
    Garde à vie, de Pierre Ricour (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    Maigret en Auvergne, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Le Mur, le Kabyle et le marin, d'Antonin Varenne (Points, "Roman noir")
    Le Bras du diable, de Julie Waeckerli (Pocket, "Thriller")
    Avant d'aller dormir, de S. J. Watson (Pocket, "Thriller")

    Bandes dessinées :
    Boulevard... Ossements, de Nicolas Barral (Casterman)
    Il pleut sur Beyrouth, de Caroline Bourgeret & Sophie Raynal (Nova)
    Rimbaud : l'indésirable, de Xavier Coste (Casterman)
    Virginie. 1, Morphée, de Séverine Gauthier & Benoît Blary (Casterman)
    Les Indes noires, de Marc Jakubowski & Éric Rückstül (Le Sphinx des glaces, "Jules Verne et ses voyages")
    Du rififi chez les yéyés, de Jérôme Lebrun & Philippe Pinard (Paquet, "Calandre")
    Les Cosaques d'Hitler. 1, de Valérie Lemaire & Olivier Neuray (Casterman)
    Sherlock Holmes et le mystère du Haut-Koenigsbourg, de Roger Seiter & Giuseppe Manunta (Le Verger)

    Littérature de jeunesse (documentation) :
    Condamné au XVIIIe siècle, d'Arlette Farge (Le Bord de l'eau, "3e culture")

    Fiction jeunesse :
    Une moitié de Wasicun, de Jean-François Chabas (Casterman, "Poche")
    L'Énigme du grenat perdu, de Catherine Cuenca (Gulf Stream)
    L'Occasion fait le larron, de Claire Gratias (Thierry Magnier, "Le Feuilleton des Incos")

    Littérature (théorie et études) :
    La Vengeance par le crédit ou Monte-Cristo, de Jean-Michel Rey (L'Olivier, "Penser rêver")
    Liens : Le Jugement dernier... : l'énigme du Codex Lucis |Le Requiem des abysses |Le Crime de l'Orient-Express |L'Ultime secret de Frida K. |L'Invisible |Le Mur, le Kabyle et le Marin |Le Bras du diable |Avant d'aller dormir |Boulevard... ossements |L'Or est un poison |Le Poète |Michael Connelly |Karine Giébel |Andrea H. Japp |Liza Marklund |David Verdier |Maxime Chattam |Agatha Christie |Roger Martin |Georges Simenon |Antonin Varenne |Julie Waeckerli |Nicolas Barral |Claire Gratias |Jean-François Chabas

Drame impassionnel

La Nuit qui ne finit pas arrive étonnamment au crépuscule de la carrière littéraire d'Agatha Christie. C'est avant tout un excellent roman noir psychologique, preuve s'il en fallait une que la Reine du crime jusqu'à ses derniers jours s'est sempiternellement remise en question avec une intrigue et un style en perpétuel progrès, dans une traduction ici entièrement révisée. Il ne faudra pas chercher de détective car il s'agit bien d'un roman noir comme auraient pu l'écrire Frédéric Dard ou le couple Boileau-Narcejac avec un accent mis sur la psychologie du personnage principal, Michael Rogers.

Tout débute comme une histoire d'amour. Narrateur, il évoque sa rencontre hasardeuse avec Ellie, dans une propriété en vente. Véritable coup de foudre qui débouche sur un mariage, l'acquisition des lieux de la rencontre et l'édification d'une maison moderne par l'intermédiaire d'un architecte renommé et mourant. Les choses sont d'autant plus faciles qu'Ellie est la riche héritière d'un magnat américain du pétrole. Michael Rogers, lui, est pauvre mais amoureux. Rien ne peut enrayer leur bonheur à part la famille d'Ellie : sa belle-mère, ses nombreux oncles - qui sont autant de pique-assiettes -, qui ne tardent pas à débarquer en Angleterre pour ne pas perdre leurs petits et gros avantages. Il y a aussi Greta, une belle blonde plantureuse, jeune fille au pair ou dame de compagnie d'Ellie avant sa majorité, qui a joué les intrigantes durant de longs mois, cachant à la famille la relation des deux amoureux transis. Greta qui a beaucoup trop d'emprise sur Ellie, et qui ne tarde pas à s'installer avec le couple au grand dam de Mike. Mais il y a surtout le lieu hanté sur lequel est bâti la nouvelle maison : le Champ du Gitan. Il y a eu à une époque un triple meurtre. Après, les propriétaires se sont succédé et la superstition s'est installée. Une Gitane a même lu les lignes de la main des deux protagonistes, et est repartie effrayée. Pourtant, pendant les deux tiers du roman, on assiste à un véritable roman à l'eau de rose dans la petite bourgeoisie provinciale anglaise pimentée par la nouvelle aristocratie américaine. Agatha Christie, fidèle à elle-même, dépeint ces personnages, autant d'archétypes avec leurs travers prononcés.

On avance cahin-caha en se demandant quand le drame annoncé dès les premières pages du roman va se dérouler. Et, d'un coup, on est en plein dedans. Rupture rythmique totale. Ellie meurt d'un accident de cheval. La vérité se fait jour, en même temps que les acteurs du drame se placent sur un échiquier qui n'est plus bucolique. Mais chez Agatha Chistie, il n'existe ni injustice ni rédemption. Le coupable sera puni de la pire des manières...

Citation

- Je me suis réveillé tout guilleret, ce matin. Il y a comme ça des jours où tout dans le monde vous semble merveilleux.
- Holà ! s'exclama Phillpot, attention ! Ce genre de réveil, c'est connu pour être signe de mort.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 16 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page