Charité bien ordonnée

La chance n'a rien à voir là-dedans. Il prépare ses coups, tout simplement. Il prépare tout, pas à pas. C'est une question de méthode : celle du crocodile. Il se met à l'affût, il observe, il attend. Et quand la proie est à portée de main, il frappe.
Maurizio De Giovanni - La Méthode du crocodile
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 15 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Charité bien ordonnée

Social - Assassinat MAJ mardi 15 novembre 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,9 €

Alexis Aubenque
Paris : Calmann-Lévy, octobre 2011
300 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4255-4

Soap opera chandlérien

Tout tourne autour de Nelson, policier intelligent, qui vient d'une famille riche et fut un temps très proche des Winedrove. Une famille dominée par un père autoritaire et milliardaire. Quatre enfants : l'ainé, tête brulée, vit dans une secte ; la deuxième a été l'amante de Nelson avant de lui préférer un riche avocat ; la troisième, Sandy et le dernier, Julian sont des dilapidateurs de la fortune. Or voilà, que le petit ami de Sandy est retrouvé mort et que tout accuse Julian.

Le décor est planté : une ville américaine, des riches et des puissants au caractère bien délimité, un procès qui met en jeu les ressorts de la corruption, un passage par la violence des prisons, des policiers qui oscillent entre leur volonté de bien faire et les contraintes des enjeux de pouvoir dans la ville. Les personnages dessinés en quelques traits : une famille riche avec le fils prodigue, la fille charitable et les deux vilains petits canards, le noble policier écrasé par la "honte" familiale, le serviteur espagnol fidèle, sont tous crédibles. Le chef de la police permet de relier cette série naissante à la précédente (c'est la trilogie "River falls"). Chez les personnages, il serait vain de chercher la ressemblance avec le charme venimeux des familles haïssables de Raymond Chandler mais plutôt d'y voir des concordances avec les éléments de feuilletons de soap operas.

L'histoire se déploie de manière chronologique, se focalisant sur les différents protagonistes pour les présenter sous leur meilleur jour et relancer l'intrigue, au sein de chapitres courts. Cette histoire, même si elle se lit de manière indépendante, se présente comme le premier volet d'une série car des pistes sont annoncées, des événements prévus mais dont la résolution interviendra sans aucun doute dans les prochains volumes. Les premières pages présentaient un personnage pourchassé dans les bois avant que l'on ne découvre qu'il ne s'agissait que d'une partie de paint-ball. Alexis Aubenque se souvient qu'en bon libraire il vendait des livres calibrés, efficaces, conçus pour l'adaptation télévisée ou la série et il a su s'approprier et manipuler les ficelles, en retirer les points d'accroche pour les adapter à ses textes. Il applique de bonnes recettes pour fournir un plat équilibré, de bonne tenue, sans trop d'épice ou de fantaisie, mais avec la rigueur de l'écriture classique qui cherche avant tout à ce que le lecteur ne repose pas le livre, pour mieux en continuer la lecture, et attendre le prochain volet.

Citation

Le doute profite toujours à l'accusé, tel est le fondement de notre justice. Je vous conjure, mesdames et messieurs, de trouver, au fond de vous-mêmes, la force de ne pas laisser la place à la colère et au besoin de trouver à tout prix un coupable, mais bien au contraire de ne pas ajouter une injustice à un drame déjà terrible.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 07 novembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page