Le Mur de l'alimentation

Les yeux de la fille étaient fermés, ses cheveux noirs étalés sur l'oreiller, une expression de repos postcoïtal sur le visage. On y aurait presque cru sans le trou béant dans sa poitrine et une bonne partie de la matière grise de son partenaire sur la joue.
Casey Hill - Tabou
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 mars

Contenu

Roman - Noir

Le Mur de l'alimentation

Social MAJ mercredi 19 octobre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Thierry Picquet
Nantes : Le Petit véhicule, juin 2011
21 x 15 cm
ISBN 978-2-84273-802-0

So Picquet

Voilà un bien curieux roman noir que nous offre Thierry Picquet. Situant son action au plein cœur de l'Aveyron (ah ! Le polar "terroir" a encore de belles années à vivre...), il s'amuse à faire défiler avec un évident talent, au long des premiers chapitres, toute une galerie de personnages plus ou moins hauts en couleurs, dont on se demande bientôt, toutefois, par quel miracle, au final, leurs itinéraires respectifs vont finir par se croiser.

On fait ainsi connaissance avec un vieux résistant espagnol, un brin anar, avec un couple de noceurs ruraux désabusés et picoleurs (malicieusement prénommés Paul et Virginie), avec quelques voyous de banlieue amateurs de shit et de rodéos mortels, avec des chasseurs abrutis (désolé pour le pléonasme), avec un vieillard puceau qui fantasme sur son infirmière et avec de mystérieux porteurs de valises traqués par la police. Les époques se mélangent elles aussi, naviguant des années 1960 à aujourd'hui.
Les chapitres se succèdent et, petit à petit, comme par magie, les différents fils de l'histoire se raccrochent et l'intrigue se noue, jusqu'à la chute brutale, sombre, tragique, implacable, qui tombe comme un couperet, sans qu'on l'ait vue venir.

Le charme un peu troublant de ce roman provient en majeure partie du décalage entre le style quelque peu nonchalant de Thierry Picquet, qui semble toujours écrire avec un sourire ironique au coin des lèvres, et la noirceur du thème, comme si l'auteur s'excusait presque auprès de nous, d'une certaine manière, de nous embêter avec des histoires aussi tristes.
Car même si Thierry Picquet aime bien jouer les désinvoltes, comme le démontre le titre de son roman (les rédacteurs de l'Almanach Vermot n'ont qu'à bien se tenir : la concurrence est là !), on sent bien que chez lui, l'humaniste ne marche jamais très loin derrière le déconneur. L'humilité et le détachement dont il fait preuve tout au long de son roman, ce refus qu'il affiche de vouloir se présenter comme étant un "faiseur de morale", rendent la leçon de vie qu'il nous donne encore plus pertinente.
Tenez-le-vous donc pour dit : Le Mur de l'alimentation n'est pas un polar potache (aux vermicelles) mais bien un roman noir, profond, sincère et engagé.

Citation

En réalité, je n'ai pas vécu, je ne garde pas vraiment de mauvais souvenirs, mais je n'en conserve que très peu d'agréables.

Rédacteur: Stéphane Beau lundi 17 octobre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page