Vertige

La taupe CYGNE opérait donc à l'intérieur même du gouvernement des États-Unis. Un très gros poisson. Que ses informations soient considérées par les Russes comme les meilleures depuis des décennies indiquait qu'elles étaient de qualité et qu'elles circulaient en quantité ; pour Benford, c'était surtout la preuve qu'une hémorragie de secrets frappait les États-Unis.
Jason Matthews - Le Moineau rouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 17 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Vertige

Huis-clos MAJ jeudi 13 octobre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Franck Thilliez
Paris : Fleuve noir, octobre 2011
320 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-265-09376-8
Coll. "Thriller"

Vertige de la haine

"Un homme se réveille au fond d'un gouffre, au cœur d'un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d'infortune. Il est enchaîné au poignet, l'un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d'un masque effroyable, qui explosera s'il s'éloigne des deux autres. Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s'imposera, impérieuse : jusqu'où faut-il aller pour survivre ?"

Voilà un roman rafraîchissant de Franck Thilliez. Et pas seulement parce que l'action se déroule dans un glacier.
Rafraîchissant parce que, écrit avant Le Syndrome [E] et Gattaca, il est moins long que ses deux premiers au Fleuve noir, plus alerte, plus rythmé et, disons-le carrément, moins lourd. Moins de documentation scientifique à régurgiter, style plus alerte, chapitres plus courts et mieux calibrés. Bref, bien plus efficace. Si l'auteur pouvait retrouver à l'avenir cette folie et cette fluidité qu'il avait perdues en arrivant chez Univers Poche, ça ne serait pas plus mal.
Pour autant, rien d'original non plus dans le thème. Le bon vieux huis-clos, avec tensions, affrontements, réconciliations éphémères et révélations terrifiantes. Trois hommes enfermés sans qu'ils sachent pourquoi, et l'on attend, au fil des chapitres, de savoir quels sont les liens entre eux, et lequel va craquer en premier. Vont-ils s'entraider ou s'entretuer ? L'enfer, c'est les autres. Du Sartre à la mode Stephen King. Petite originalité, la narration est à la première personne, racontée par l'un des trois hommes. La suspicion est donc de mise à chacune de ses paroles.

L'influence cinématographique est toujours aussi présente dans l'œuvre de Franck Thilliez. Les emprunts sont nombreux, revendiqués et bien restitués. Passé le début in medias res un peu déstabilisant, on se laisse entraîner dans cette glissade vers la folie avec plaisir. Sans surprises, ni bonnes ni mauvaises. Efficace, quoi.
Ah ! Une vraie critique, tout de même : à quoi bon avoir placé ces exergues interminables au début de chaque chapitre ? Ne nous dites pas que c'est pour justifier le prix du bouquin, tout de même ?... En tout cas, ça casse l'homogénéité du livre et ralentit le rythme de l'intrigue. À moins de les passer, ce que tout lecteur sensé fera rapidement.

Nominations :
Prix du Meilleur polar francophone 2012

Citation

La mort, c'est mon affaire. Alors à partir de maintenant, ce cadavre, personne n'y touche, sauf moi. On va dire qu'il m'appartient.

Rédacteur: Aurélien Leclercq jeudi 06 octobre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page