Box 21

On mouille cette ordure dans un complot terroriste et ces abrutis votent quand même pour lui... Quel peuple de cons !
Marc Wilhem - Contractors
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Box 21

Vengeance MAJ jeudi 06 octobre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition



Prix: 7,4 €

Anders Roslund & Börge Hellström
Box 21 - 2005
Traduit du suédois par Terje Sinding
Paris : Pocket, septembre 2011
462 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-266-21442-1
Coll. "Thriller", 14683

Le denier de chair

Après avoir traqué La Bête, le commissaire Ewert Grens et son adjoint Sven Sundkvist de la police de Stockholm enquêtent désormais sur une affaire de maltraitance dont la victime est une prostituée d'origine lituanienne. Ce qui frappe d'entrée ici le lecteur, c'est l'univers façonné par un duo atypique dans le paysage littéraire scandinave. Le premier est journaliste, le second spécialiste du système carcéral suédois... D'une noirceur absolue, sans édulcorant, le monde selon Roslund et Hellström est complexe et sauvage. Les questions n'y trouvent pas toujours de réponses. Les personnages s'y grattent le nez jusqu'au sang, y fouettent de pauvres femmes jusqu'à leur arracher des lambeaux de peau... On y croise Hilding Oldéus, un junkie dealer, le criminel Jochum Lang, avec lequel Grens devra régler un contentieux vieux de vingt-cinq ans. Mais aussi Lydia et Alena, filles de joie, arrachées à leur pays natal, vendues, confinées dans une chambre fermée par une serrure électronique, condamnées à enchaîner les passes... C'est un pan méconnu de la société suédoise qu'éclaire ce roman aux forts relents de tragédie, celui de la criminalité sexuelle. Une criminalité qui organise le commerce des filles de l'Est en provenance des États baltes, à grand renfort de violence et de sévices. Bien sûr, Box 21, n'est pas un manifeste, encore moins un documentaire, c'est une fiction. Mais une fiction en prise directe avec le réel, qui nous happe et nous propulse sur les sentes obscures de l'humanité, à la lisière du supportable. La Bête, chef d'œuvre de ces deux auteurs réalistes, nous livrait une réflexion magistrale sur la notion de justice. Box 21, nous parle avec brio et empathie de vengeance. D'une vengeance de la chair contre la chair !

Citation

Lydia disait que son corps n'existait pas. Alena n'avait jamais pu comprendre ça. Elle, elle avait un corps. Son corps aussi, on le profanait, elle le savait bien. Chaque soir, elle faisait le compte du nombre de fois, elle s'allongeait nue sur le lit et elle calculait : douze multiplié par trois cent soixante-cinq multiplié par trois.

Rédacteur: Guillaume Lebeau jeudi 06 octobre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page