Le Masque de Troie

En ce moment, je fais une étude sur les cruautés des gens envers leur prochain. Votre point de vue serait inestimable.
Richard Wallace - Nid d'espions
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 décembre

Contenu

Roman - Aventure

Le Masque de Troie

Historique - Guerre MAJ mardi 27 septembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

David Gibbins
The Mask of Troy - 2010
Traduit de l'anglais par Paul Benita
Paris : First, juin 2011
480 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7540-2077-0
Coll. "Thriller"

L'archéologie n'est pas sans dangers

Le siège et le sac de Troie par Agamemnon marquent, pour les amateurs de récits épiques, la coupure où les combats de héros laissent la place à ceux des hommes. David Gibbins fait revivre, à travers trois époques, une épopée fabuleuse avec le souffle des grandes tragédies.

C'est Heinrich Schliemann qui, en 1876, fait la découverte qui lui apportera la notoriété. Il exhume le masque en or d'Agamemnon. Lui qui est si disert sur le résultat de ses explorations restera discret sur ce qu'il a trouvé... sous le masque.
C'est un dessin qui motive la présence, en avril 1945, de deux agents en Basse-Saxe. L'un appartient à la section des monuments, beaux-arts et archives, chargée de remettre la main sur les œuvres d'art et antiquités volées par les nazis. L'autre fait partie d'une unité d'assaut chargée de recueillir tous les renseignements techniques et scientifiques. Ils découvrent un arsenal terrifiant, presque l'arme absolue.
De nos jours, Jack Howard et son équipe d'archéologues détectent dans le détroit des Dardanelles, l'épave d'une galère qui pourrait être celle qui mena le Roi des rois de Mycènes à Troie. Sur le site des fouilles, d'autres membres font des découvertes stupéfiantes : le portrait d'un barde appelé Homeros, une statue de Priam en granit réalisée par un statuaire égyptien. Jack et Costas, son ami, se lancent dans une course au trésor sans mesurer les dangers qui les guettent, car de la guerre de Troie à la Solution finale...

L'histoire de Troie, de son cheval, de sa destruction sont dans toutes les mémoires. Longtemps considérée comme un lieu légendaire n'ayant existé que dans l'imagination fertile d'Homère, cette cité prend corps.
David Gibbins, docteur en archéologie, fait ressentir et partager, à travers ses personnages, la passion et la fièvre qui animent ces chercheurs. Il communique leur soif de comprendre, d'expliquer ce passé qui est le terreau de nos racines. Il n'exclut pas, cependant, comme autre motivation, le désir d'entrer au Panthéon de la profession. Mais, cette dernière reste mineure par rapport aux autres. L'auteur raconte ressentir, lui-même, ces sentiments très forts, cette résonance avec le passé, particulièrement lorsqu'il a pu passer une nuit sur le site de Troie, alors qu'il était étudiant.

Mais, au-delà des émotions des archéologues, l'auteur a construit un véritable récit d'aventures centré sur Troie. On tue pour elle, ou, plus exactement pour l'arme terrifiante qu'elle dissimulait en son sein. Il mélange personnages authentiques et héros de fiction et reprend des thèses, des hypothèses qui semblent parfaitement crédibles, surtout lorsqu'on n'est pas un "homérien" érudit.
L'auteur multiplie ainsi, des découvertes historiques et des rebondissements de pur roman d'action. Il façonne une galerie de personnages vraisemblables, bien que disposant de capacités physiques et intellectuelles peu communes. Il mène un travail d'exploitation des récits d'Homère et de ses disciples, utilisant les dernières avancées dans la découverte de ces textes.

Le Masque de Troie est un "page-turner" fort bien agencé, à l'intrigue adroitement menée. La documentation, riche et érudite, est présentée de façon attrayante et structure un récit passionnant avec ce qu'il faut de sentiments exacerbés, d'humour, de suspense et de tension.
David Gibbins propose un vrai livre de dépaysement. Mais, il sait titiller notre curiosité naturelle et suscite une furieuse envie d'en savoir plus sur cette cité et son histoire.

Citation

Il inspira et sentit remonter l'odeur métallique qui imprégnait la terre. Le souffle de l'histoire. L'odeur du sang. Il souleva le masque.

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 15 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page