Flic : chroniques de la police ordinaire

Chaque fois qu'il travaillait sur des écoutes téléphoniques, il était fasciné par le nombre de coups de fil que les gens passaient chaque jour.
Kristina Ohlsson - La Fille au tatouage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 20 novembre

Contenu

Mémoires - Policier

Flic : chroniques de la police ordinaire

Social - Braquage/Cambriolage MAJ jeudi 19 février 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,6 €

Bénédicte Desforges
Paris : J'ai lu, octobre 2007
208 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-290-00631-3
Coll. "Document", 8528

Une sociologie de l'obscur, du laid, du pathétique...

Portrait-robot du flic ordinaire : l'emmerdeur de service, le cogneur écervelé de la fonction publique. Le héros du genre, lui, est en civil. Le flic de base est l'objet d'un ostracisme tenace, tout autant dans la réalité que dans les fictions romanesques. Quasi exclu des représentations fictionnelles, il ne les traverse que pour y faire de la figuration. Pourtant c'est lui qui, sans jeu de mots, a les mains sales et nous plonge dans la nausée du temps humain. Un matricule. "Affirmatif, chef !" Gardien de la paix, c'est rempli d'histoires moches. L'enfer des bagarres domestiques, l'épouvante des enfants suppliciés. Pigalle, le périph'nord, les vies disloquées.
Chroniques en forme de nouvelles parfois, ou de portraits de société qui feraient presque penser à ceux de Barthes, avec plus de chair autour. Des histoires à vomir toute son humanité, quand on y songe. Un système qui ne serait pas celui de la mode, mais de la déroute humaine. Et la lecture qui nous en est proposée n'est plus sémiotique : c'est celle du terrible principe de réalité. Un coup dans le bas-ventre.
Écrit au présent du témoignage (et du constat de police), comme pour mieux rencontrer l'étymologie grecque du mot : que le témoin soit "martyr" de son temps. On songe ici au pilote de NYPD blue, ou aux épisodes de la même série entrouvrant un dur chemin de miséricorde pour l'espèce. L'effroi tenu à distance - c'est la force de ce texte -, par une "écriture blanche", très peu élaborée, dans le renoncement à toute émotion. C'est qu'il y a trop à faire, ou peut-être plus rien. Ecce homo.

Citation

Que penser d'un père qui a mis un an à tuer son môme à coups de poing et de brûlures de cigarette ?

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 09 janvier 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page