Eva Moreno

Les blocs gris [...] scellaient ces immeubles plus sûrement que des tombes, et pourtant, peu à peu, des trous étaient apparus aux fenêtres, crevant leurs paupières de béton.
Christian Roux - Les Maisons aux paupières crevées
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

Eva Moreno

Énigme - Disparition MAJ jeudi 12 mai 2011

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,8 €

Håkan Nesser
Ewa Morenos fall - 2011
Traduit du suédois par Agneta Ségol, Marianne Ségol-Samoy
Paris : Le Seuil, janvier 2011
338 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-059897-2
Coll. "Policiers"

Crimes et châtiments

Il en va des policiers comme des ministres. Pendant leurs vacances ni les uns ni les autres ne cessent subitement de l'être et ils l'apprennent à leurs dépens.

Eva Moreno, inspectrice à la brigade de Maardam, s'apprête à partir trois semaines en compagnie de son nouvel amoureux quand elle est réclamée par un témoin à charge, prêt à passer aux aveux contre le crime organisé, et détenu sur le lieu de ses vacances à Lejnice. Le samedi matin, dans le train qui l'emmène, elle fait la connaissance d'une jeune fille en pleurs, Mikaela Lijphart, qui lui raconte qu'elle va rencontrer, pour la première fois, son père dont elle a appris l'existence par la bouche de sa mère la veille, jour de sa majorité. Seize ans auparavant, il a été condamné pour le meurtre d'une adolescente avec qui il avait eu une relation sexuelle et est depuis interné dans un hôpital psychiatrique dont il ne sort jamais. À Lejnice, accueillie par le commissaire Vrommel, homme peu avenant, Eva Moreno débute l'interrogatoire de Lampe-Leerman, le prévenu qui lui proposera un marché contre des révélations sur un des policiers de Maardam, coupable, selon lui, d'actes pédophiles. Alors qu'elle vient boucler les derniers aveux de Lampe-Leerman le lundi matin, elle tombe sur la mère de Mikaela, accourue au commissariat, car elle s'inquiète de n'avoir reçu aucune nouvelle de sa fille depuis le samedi précédent et imagine déjà le pire scenario. Vrommel se montre peu enclin à lancer un avis de recherche, la jeune fille étant majeure. La jeune inspectrice qui pensait passer de paisibles et doux moments en compagnie de Mikaël Bau son nouveau compagnon n'est pas au bout de ses surprises.

En workalcoholic, Eva Moreno, touchée par la fragilité de la jeune Mikaela, et sans aucun doute absorbée par son travail, s'implique plus qu'elle ne l'aurait souhaité et délaisse son fiancé pour suivre l'enquête et déterrer également cette vieille histoire de meurtre qui semble avoir laissé des stigmates dans cette petite ville de province, tant les non-dits ont la part belle dans le récit. Et c'est sans compter sur un mystérieux cadavre déterré quelques jours plus tard sur la plage par deux bambins.

Håkan Nesser a choisi son héroïne parmi le commissariat de Maardam, lui accordant également le titre de son nouveau roman. On se doute qu'il fera un gros plan sur elle, la mettra au centre de l'intrigue. Effectivement, entre l'interrogatoire du mafieux repenti, la disparition de l'adolescente, il est beaucoup question des errements et des sentiments de la jeune femme envers son fiancé Mikael Bau. Les auteurs scandinaves, dans l'abondance de leur œuvre, finiraient par nous faire passer pour de fieffés misogynes, tant ils s'évertuent à décrire des femmes policiers mues par la quête de l'amour ou la conciliation apparemment impossible entre leur vie amoureuse et leur métier. Ainsi Eva Moreno fait bien pâle figure et la comparaison devient peu flatteuse face à un Wallander ou un Erlendur. Là où Mankell et Indridason impriment une humanité à leur inspecteur respectif, Håkan Nesser propose un personnage, certes soumise à ses doutes, mais sans que cela n'apporte un supplément d'âme à l'enquête. Un roman policier scandinave de plus qui s'oubliera très vite. Dommage car le précédent Funestes carambolages du même auteur laissait augurer de meilleurs présages.


On en parle : La Tête en noir n°149

Citation

Les questions se multiplient plus vite que les lapins, se dit Moreno en se passant de l'eau fraîche sur le visage

Rédacteur: Axelle Simon dimanche 08 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page