La Tulipe du mal

Sac à foutre, trou qui pue, communiste, garage à bites.. des trucs sympas dans ce gout-là. Je savais que le susceptible m'attendrait à la sortie, j'étais chaud aussi, j'ai pas été déçu ! Merde !
Collectif & Jean-Noël Levavasseur - Ramones : 18 nouvelles noires et punk
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 05 décembre

Contenu

Roman - Policier

La Tulipe du mal

Historique - Tueur en série MAJ mercredi 11 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Jörg Kastner
Die Tulpe des Bösen - 2008
Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni
Paris : Jean-Claude Lattès, avril 2011
408 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7096-3343-7

Actualités

  • 26/04 Prix littéraire: Prix des lecteurs du livre de poche 2013 : sélection d'avril
  • 12/10 Édition: Parutions de la semaine - 12 octobre
    Jan Costin Wagner chez Jacqueline Chambon, Franck Thilliez au Fleuve noir, Jim Nisbet chez Rivages, Ruth Rendell aux 2 Terres, Frédéric Lenormand chez Fayard ou encore Graham Hurley au Masque : que des auteurs qui ont l'habitude d'apparaître chez ces éditeurs de façon cyclique. Chacun y trouvera ce qu'il cherche avec du thriller (auquel au Fleuve noir on pourrait ajouter Hervé Commère), du procédural (il y a également le retour de Laura Lippman au Toucan), du social, du noir, de l'historique. Au rayon des heureuses surprises, il faudra aller voir dans cette anthologie sur Haïti des éditions Asphalte et dans cet Adios Mexico chez Autrement. Alors que Jean-Paul Gawsewitch continue ses rééditions de l'œuvre de Maurice Leblanc, L'Opportun propose cinquante nouvelles inédites du père d'Arsène Lupin. Le Masque poche dans une nouvelle charte graphique sujette à caution présente des romans divers et variés aux qualités elles aussi diverses et variées. Philip Kerr et Fred Vargas sont ainsi dans cette première livraison avec des romans de jeunesse, quant à l'éternel John Buchan malheureusement présent dans une traduction vieillote, il est éternel avec ses Trente-neuf marches. Il doit se trouver ici et là quelques auteurs nordiques aisément identifiables...

    Grand format :
    Miroir, d'Alick (Rebelle, "Sans visage")
    Méprise judiciaire, de Philippe Arnaudet (Terre des Graves)
    Pars et ne dis rien, de Philippe Bouin (L'Archipel)
    Le Deuxième homme, de Hervé Commère (Fleuve noir, "Thriller")
    Michelangelo et le banquet des damnés, de Didier Convard (Fayard, "Thrillers")
    Adios Mexico, de Joaquin Guerrero Casasola (Autrement)
    Haïti noir, anthologie dirigée par Edwidge Danticat (Asphalte, "Noir")
    Tabou, de Casey Hill (Les Escales)
    Une si jolie mort, de Graham Hurley (Le Masque, "Grands formats")
    Défendre Jacob, de William Landay (Michel Lafon)
    L'Aiguille creuse : et autres histoires, de Maurice Leblanc (Jean-Claude Gawsewitch, "Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin)
    La Longue marche du juge Ti, de Frédéric Lenormand (Fayard, "Policier")
    Celle qui devait mourir, de Laura Lippman (Le Toucan, "Noir")
    La Revanche de Mike Larsson, de Olle Lönnaeus (Liana Levi, "Policier")
    Le Voleur de cadavres, de Patrícia Melo (Actes sud, "Actes noirs")
    Le Cercle, de Bernard Minier (XO)
    Blanche-Neige doit mourir, de Nele Neuhaus (Actes sud, "Actes noirs")
    Traversée vent debout, de Jim Nisbet (Rivages, "Thriller")
    Mon plus vieil ennemi, de Ruth Rendell (Les 2 Terres)
    La Fille des souterrains, de Anders Roslund & Börge Hellström (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Le Tableau de Pilate, de Graig Smith (Jean-Claude Lattès)
    Atom[ka], de Franck Thilliez (Fleuve noir, "Thriller")
    12:21, de Dustin Thomason (Calmann-Levy, "Suspense")
    Lumière dans une maison obscure, de Jan Costin Wagner (Jacqueline Chambon, "Roman policier")
    Conséquences, de Darren Williams (Sonatine)

    Poche :
    Le Secret d'Eunerville : Arsène Lupin, de Pierre Boileau & Thomas Narcejac (Le Masque ("Poche jaune")
    Les Trente-neuf marches, de John Buchan (Le Masque, "Poche jaune")
    La Poursuite, de Clive Cussler (LGF, "Thriller")
    Le Thé des trois vieilles dames, de Friedrich Glauser (Zoé, "Poche")
    L'Incendiaire, de Jón Hallur Stef´nsson (Babel, "Noir")
    La Tulipe du mal, de Jörg Kastner (LGF, "Policier")
    Chambres froides, de Philip Kerr (Le Masque, "Poche jaune")
    Cyanure, de Camilla Läckberg (Babel, "Noir")
    La Constance du jardinier, de John Le Carré (Pointdeux, "Pointdeux")
    L'Évangile selon Francy, d'Amanda Lind (Pocket)
    Sérum : saison 1.4, de Henri Lœvenbruck & Fabrice Mazza (J'ai lu, "Policier")
    Les Violeurs d'âme. 1. Le psychopompe, de Dominique Maisons (Pocket, "Thriller")
    Sauvetage fatal, de Kate Morgenroth (Pocket, "Thriller")
    Flétrissure, de Nele Neuhaus (Babel, "Noir")
    Le Chat aux aguets, de Jean-Paul Nozière (Rivages, "Noir")
    La Bibliothèque de Villers ; suivi de Tombeau d'Agatha Christie, de Benoît Peeters (Espace Nord, "Roman")
    Le Piège de l'architecte, de Douglas Preston & Lincoln Child (J'ai lu, "Thriller")
    Bad Boy, de Peter Robinson (LGF, "Policier")
    Rennes de la nuit, d'Alain Stéphan (Jean-Paul Gisserot, "28-8 police !)
    Vertige, de Franck Thilliez (Pocket, "Thriller")
    Les Jeux de l'amour et de la mort, de Fred Vargas (Le Masque, "Poche jaune")

    Liens : Les Trente-neuf marches |La Poursuite |Flétrissure |Vertige |Une si jolie mort |Lumière dans une maison obscure |Tabou |Le Deuxième homme |Pars et ne dis rien |Miroir |Le Voleur de cadavres |Celle qui devait mourir |Pierre Boileau |Thomas Narcejac |Philippe Bouin |John Buchan |Didier Convard |Clive Cussler |Graham Hurley |Philip Kerr |Camilla Läckberg |John Le Carré |Maurice Leblanc |Frédéric Lenormand |Henri Lœvenbruck |Dominique Maisons |Nele Neuhaus |Jim Nisbet |Jean-Paul Nozière |Lincoln Child |Ruth Rendell |Peter Robinson |Alain Stéphan |Franck Thilliez |Fred Vargas |Jan Costin Wagner |Casey Hill |Amanda Lind | Alick |Patrícia Melo

Quand une fleur tue !

Qui pourrait penser qu'une fleur aussi "angélique" que la tulipe pourrait être une cause de la folie des hommes ? Après la fièvre de la tulipe, qui déclencha une crise financière sans précédent, au XVIIe siècle, c'est une nouvelle espèce qui met Amsterdam en émoi en 1671.
À travers une intrigue tortueuse à souhait, l'auteur évoque, de façon vivante et compétente, une ville, une nation et l'histoire d'une fleur.

Le 8 mai 1671, c'est après l'interrogatoire musclé d'un proxénète, dans la cave au fouet de l'Hôtel de ville, que Jeremias Katoen reçoit l'ordre de rejoindre le juge Nicolas Van der Zyl sur les quais. Dans la main de Balthasar De Koning, le juge a trouvé un pétale, le même pétale que celui découvert le lundi précédent dans celle de Jacob Van Rosven, le propriétaire de chantiers navals. Il s'agit d'une variété inconnue, de couleur noire avec des taches rouges.
Katoen visite les spécialistes de ces fleurs. L'un d'eux évoque le vieux manuscrit d'un croisé qui, au retour du siège de Saint-Jean d'Acre a découvert sur une côte ottomane, une fleur semblable, appelée La tulipe du sang. Ceux qui s'en approchent de trop près perdent la raison.
Dans une réunion, Katoen est contacté par Joan Blaeu, le cartographe officiel de la Compagnie maritime des Indes orientales. Il lui demande son aide car on lui a volé des cartes très précieuses. Mais Jeremias apprend qu'avec les cartes, il y a le manuscrit du croisé...

En se servant, comme toile de fond, de la tulipe introduite en 1593 aux Pays-Bas, Jörg Kastner concocte une intrigue fort bien troussée sur une série de meurtres de notables. Il relate, dans le cours de l'action une érudite histoire de cette fleur et des rapports des Néerlandais avec les bulbes. Il rappelle qu'à cette époque les Provinces-Unies des Pays-Bas, avaient un rayonnement maritime et commercial qui attira la convoitise des rois de France et d'Angleterre.
Jeremias Katoen, que l'on a déjà croisé dans La Couleur bleue (Jean-Claude Lattès, 2006) dénoue grâce à ses capacités d'observation et de déduction, les fils embrouillés de ce complot, mais noue des liens sentimentaux avec deux charmantes jeunes femmes. L'auteur l'entoure d'une galerie de personnages représentatifs de la composition de la population d'Amsterdam de cette époque.
Il évoque la culture de cette fleur qui reste, pour les Pays-Bas, un symbole fort. Il fait état de ce qui fut appelé La fièvre des tulipes qui aboutit à une crise financière sans précédent, car : "On se mit à acheter et à vendre des tulipes avant même que leurs oignons n'aient poussé. On négociait du papier, dans l'espoir de profit... Un seul oignon, au dessin inhabituel, pouvait atteindre des somme permettant l'achat d'une belle maison aux bords des canaux les mieux situés du cœur d'Amsterdam." En 1637, la bulle éclate quand la demande cesse de suivre l'offre. Des milliers de personnes sombrent dans la pauvreté. Cela ne rappelle-t-il pas quelques événements récents ?
L'auteur intègre des personnages et événements authentiques comme Joan Blaeu et le terrible incendie qui détruisit son entreprise.

Jörg Kastner fait usage d'un humour léger, qu'il distille dans des remarques où il fait une large comparaison avec notre époque. Il entremêle, aussi, nombre d'anecdotes, de situations qui concourent à faire de ce roman, un très agréable voyage dans le passé d'Amsterdam.

La Tulipe du mal est un roman passionnant, tant par l'habileté de l'intrigue, les personnages de chair et de sang, que par la richesse culturelle du récit.

Citation

- Votre proposition est acceptée par le tribunal, accusé. Non pas pour vous épargner, mais parce que cela permettra de réparer les dommages que vous avez causés.
La déception et la rage s'emparèrent de Katoen à l'idée que Dircks pourrait s'en tirer à si bon compte.
- La prostituée est punie, mais le proxénète qui l'a mise sur le trottoir pourrait repartir comme ça ?

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 09 janvier 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page