En tout bien tout honneur

Je ne fais que tuer des assassins. Pourquoi la chance me quitterait-elle ?
Erroc, François Dimberton & Jean Trolley - Le Dessinateur 2 - Abbesses
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Thriller

En tout bien tout honneur

Fantastique - Procédure MAJ vendredi 22 avril 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Scott Pratt
In Good Faith - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre Namia
Paris : Le Seuil, novembre 2010
366 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-02-099971-7
Coll. "Thriller"

Loi et ordre dans le Tennessee

Scott Pratt a travaillé dans le monde du droit et du journalisme. C'est sans doute là qu'il a acquis une bonne partie documentaire de son roman, montrant l'aspect inquiétant du système judiciaire américain avec une suite de coups tordus, de policiers qui doivent assurer leur réélection et qui sont prêts à faire chanter des juges obligés à leur tour de jouer les maitres chanteurs pour obtenir l'argent de leurs campagnes électorales. De la corruption à tous les niveaux, des gens dont tout le monde est convaincu de la culpabilité, y compris ceux qui les défendent mais qui regardent les assassins quitter libres les tribunaux.

Joe Dillard est un avocat qui en a marre de défendre des criminels. Il veut passer du bon côté de la loi. L'occasion lui en est offerte, au moment même où sa vie personnelle est un peu compliquée car sa femme a un cancer et sa sœur est battue par son nouveau compagnon. Il intègre les bureaux du procureur, et est tout de suite chargé d'une sale affaire avec massacre d'une famille en un crime rituel satanique. Les premiers indices l'entrainent du côté du paranormal, ce qui est incompatible avec la notion de preuves juridiques. Plus l'enquête avance et plus les événements tournent au compliqué.
En tout bien tout honneur est un roman à la facture américaine très classique. L'intrigue principale, constituée autour de crimes sataniques, avance de manière simple avec la recherche d'indices et l'apport essentiel du système américain de dénonciation des coupables entre eux. Scott Pratt prend le soin d'ajouter des contrepoints autour de la vie personnelle de Joe Dillard, qui contribuent à l'installer dans une réalité. Il déploie son intrigue en ne négligeant pas ses personnages secondaires qui, s'ils sont brossés en quelques pages, sont néanmoins très prenants. Mais là où le roman se différencie, c'est par l'utilisation d'une dose de fantastique très dilué, rarement présenté dans ce genre de livres, mais qui trouve son explication rationnelle.
Et les trois éléments : fantastique dilué, système judiciaire en ruines et individus qui tentent de préserver des valeurs - au milieu d'autres humains plus cyniques -, se répondent au sein d'une intrigue rondement menée.


On en parle : Alibis n°38

Citation

Et dès qu'on la laissera sortir, elle arrêtera de prendre ses médicaments et se remettra à tuer des gens. Dieu m'est témoin que les individus comme elle sont tels le cancer. Le seul moyen de s'en débarrasser est de les éliminer.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 16 avril 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page