L'Homme aux orchidées

On prête aux piments mille vertus : de redonner moelle et nerfs, ardeur dans les ébats et cœur au ventre, mais aussi de prévenir fièvres et infections - feu contre feu en somme.
Mélani Le Bris - La Cuisine des Flibustiers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 juillet

Contenu

Roman - Policier

L'Homme aux orchidées

Énigme MAJ vendredi 02 janvier 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,2 €

Rex Stout
They Buried Caesar - 1939
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Pascal Aubin
Paris : Le Masque, avril 2002
318 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3089-9
Coll. "Les Maîtres du roman policier", 2469
Nero Wolfe, 6

Ce qu'il faut savoir sur la série

Âgé de 40 ans, Nero Wolfe est un détective privé new-yorkais agoraphobe, fin gourmet et passionné par la culture des orchidées. Archibald Goodwin, un enquêteur à sa solde, va, à sa place, rencontrer les témoins des affaires qu'il traite avec une intuition et une faculté d'analyse comparables à celles d'un Sherlock Holmes. Nero Wolfe est doté d'une corpulence qui n'est pas sans rappeler celle du détective créé par John Dickson Carr, Gedeon Fell, avec qui il partage une grande passion pour la bière (il collectionne d'une semaine à l'autre les capsules de bouteilles pour tenter de maîtriser sa consommation).
Parmi les personnages récurrents importants, on peut noter son cuisinier suisse, Fritz Brenner, son jardinier, Theodore Horstmann, et l'inspecteur Cramer.
Nero Wolfe entreprend la première de ses soixante et onze enquêtes en 1936 (Fer de lance).

Végétariens s'abstenir

Les meurtres collent à la culotte de Nero Wolfe. À l'occasion d'une de ses rares sorties en dehors de son appartement new-yorkais, le détective et son acolyte Archie Goodwin tombent en rade d'essence en rase campagne. Pendant que Wolfe pleure sur son sort et celui de ses orchidées qu'il transbahute vers un festival où il entend bien damer le pion à tous les ténors de la culture des monopodiales et autres sympodiales, Goodwin traverse un champ à l'opposé duquel des gens sympathiques lui font de grands gestes de la main. Sauf qu'un énorme taureau pointe à ce moment-là le bout de son museau (mouillé) et de ses cornes (aiguisées).
À partir de cet instant tout s'enchaîne. Wolfe et Goodwin sont invités à passer la nuit dans un ranch où ce taureau va servir de promotion publicitaire et de plat de résistance lors d'un barbecue géant ; un premier homme meurt encorné (mais Wolfe n'y croit pas) ; le taureau, Hickory César Grindon, subit les affres du charbon et sa carcasse est brûlée ; une femme fatale volatile et un peu mythomane sur les bords s'acharne à vouloir séduire Goodwin ; deux amoureux se bécotent en tenant un manche de fourche planté dans la cage thoracique d'un maître chanteur, et les forces de l'ordre sèment la pagaille et menacent Nero Wolfe.
Rien de tel qu'un énorme capharnaüm pour délivrer un bon roman d'énigme et d'aventure où les rebondissements foisonnent. Avec un brin de causticité qui suffit à laisser entrevoir l'esprit tordu d'un Rex Stout au sommet de sa gloire, L'Homme aux orchidées est un roman typique des années trente. Mais la façon dont le titre a été traduit demeure incompréhensible. They Buried Caesar... Une traduction littérale, ça aurait eu de la gueule. L'Homme aux orchidées en revanche peine à révéler les qualités de ce grand roman d'énigme aux frontières du western.

Citation

Je déteste rarement les femmes et je ne les apprécie jamais, miss Rowan.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 13 décembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page