Légitime défense

Personne ne voulait être découpé en morceaux, peu importe le nombre. Deux c'était déjà un de trop [...] Dédé exécuta cette partie du travail avec autant de soin (casser deux bras était plus facile qu'un seul : on ne risquait pas de se tromper de côté) [...] La catastrophe couvait car, s'il se mettait à lire des livres préconisant de tendre l'autre joue, lui dont le métier était de fendre des nez et des mâchoires le lundi, le mercredi et le vendredi... que resterait-il de leur entreprise ?
Jonas Jonasson - L'Assassin qui rêvait d'une place au paradis
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Film - Thriller

Légitime défense

Disparition - Drogue MAJ lundi 21 mars 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 0 €

Pierre Lacan
Paris : Haut et court, mars 2011
couleur ;

Lacan et la quête identitaire du père

Un père détective privé qui disparait et qui a son agence cambriolée, et c'est toute la vie du fils qui menace de voler en éclats. Benoit (Jean-Pierre Rouve) voit débarquer chez lui les deux hommes de main de Moret (Olivier Gourmet), dealer patenté et gérant de Terminus plage, un rade cradingue placé sous surveillance par la police des stups. Les deux ne rigolent pas et sont chargés de récupérer une valise bourrée de drogue avec laquelle le père s'est fait la malle. Benoit n'a d'autre choix que de partir à la recherche de ce père qu'il ne connait pas, la trouille au ventre que l'on s'en prenne à sa petite famille. Et ce qu'il va découvrir ne lui plaira pas. Sa quête identitaire violente va lui faire croiser la route de Jessica (Marie Kremer), épaulé un temps par Vatier (Claude Brasseur). Il va ainsi découvrir un maître-chanteur qui collectionne les photos des écarts sexuels des notables de province, et qui joue les seconds couteaux pour la petite pègre locale.
L'intrigue de ce thriller de bonne facture n'a rien d'extraordinaire. Assez linéaire et parcellaire du roman d'Alain Wagneur, Terminus plage, elle bénéficie de la réalisation propre et efficace de Pierre Lacan (on imagine qu'il a longtemps dû souffrir des quolibets pour ce nom jacqueriste psychanalystico-psychologique), qui signe un premier long-métrage très intéressant malgré quelques contournables clichés et des tentatives d'humour trop vite tuées dans l'œuf. L'intrigue en effet ne souffre d'aucun suspense. Le père est mort, et les nombreuses prises de vue sous-marines présentes dès les premières minutes laissent entendre qu'il git au fond d'un lac. Le final fleur bleue permet de verser une petite larme après avoir laissé échapper un léger cri quand le bébé de Benoit est balancé dans l'eau d'un port par un Moret aux abois - il ne fallait pas faire flinguer le chien et écraser la gueule du chat dans une complainte anti-SPA, Moret. Beaucoup de morts contribuent à rassasier notre dose de noirceur, et au milieu de tout ça, la prestation dramatique de Claude Brasseur est de toute volée, et le trop court road-movie duo Jean-Paul Rouve-Marie Kremer particulièrement attachant. Un premier thriller de Pierre Lacan sobre et efficace... Juste un poil trop lisse.

La Bande annonce de Légitime défense :



Légitime défense, 82 min. réalisé par Pierre Lacan avec Jean-Paul Rouve, Claude Brasseur, Olivier Gourmet, Marie Kremer, Gilles Cohen...

Citation

Écoute-moi bien, merdeux. Si ton père a disparu c'est toi qui doit payer pour lui.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 20 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page