Le Frisson

Transmettre les informations contenues sur cette clef ne sauvera ni votre femme, ni vote fille, Marcellin ! Vous le savez ! Pire, vous risquez de condamner des milliers... des millions de personnes.
Alexandre Barthélémy - Les Fils d'Icare
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 20 octobre

Contenu

Comic - Thriller

Le Frisson

Fantastique - Tueur en série MAJ mardi 08 mars 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,95 €

Jason Starr (scénario), Michele Bertilorenzi (dessin)
The Chill - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Timothée Corteggiani
Paris : Delcourt, février 2011
192 p. ; illustrations en noir & blanc ; 26 x 16 cm
ISBN 978-2-7560-2515-5
Coll. "Dark Night"

Tribhas ! Trethan ! Domun ! Nemmarbda !

Sur les hauteurs d'une falaise irlandaise, en 1967. Un jeune couple roucoule, et fait même beaucoup plus que roucouler, puisque Arlana, jolie blonde assez bien foutue, se retrouve très vite les seins à l'air et la jupe retroussée. Mais au moment suprême, le petit ami entreprenant se trouve pris d'un malaise foudroyant et tombe raide quasi-mort. Affolée, la jeune femme retourne au domicile familial, et raconte la scène à son père, un être un peu bizarre, qui lui explique qu'il ne faut surtout pas appeler le docteur, mais veiller à ce que le sacrifice soit effectué selon la tradition. Et il extirpe d'une longue boite demeurée depuis longtemps cachée, une lance rituelle, le tribhas...
Quarante ans après, trois jeunes sillonnent les rues de New York, à la recherche de filles à mettre dans leur lit. En fait, ça ne traine pas, et l'un d'entre eux emballe très vite, dans un bar, une blonde aux formes avantageuses, qui l'attire jusqu'à chez elle. Là, le dragueur va connaître le fameux frisson qui paralyse. Et une fois le gars incapable de remuer le moindre petit doigt surgit l'homme et sa lance mortelle, qui hache menu sa pauvre victime, tout en déclamant des paroles sacrificielles...
D'autres meurtres vont suivre, et la police patauge un peu car les premiers témoins sont incapables de se mettre d'accord sur la description de la femme qu'ils ont vue. Et il faut attendre l'arrivée d'un flic de Boston, un Irlandais, un peu mis sur la touche par sa hiérarchie, pour que l'enquête avance, sur des pistes pour le moins étranges...

Le scénario de Jason Starr, dont c'est ici la première incursion dans la bande dessinée, lorgne clairement vers le fantastique mythologique, les légendes celtiques, qu'il croise avec le polar urbain, ce qui donne un thriller assez gore, avec un poil d'érotisme. Il emmène son lecteur dans une sorte de chasse aux démons d'un autre temps, dans une époque moderne, et cela fonctionne plutôt pas mal, en grande partie aussi grâce au dessin noir et blanc de Mick Bertilorenzi, qui traduit avec justesse les émotions de ses personnages sur leurs visages : les expressions de terreur des victimes, les rictus de folie furieuse du père à la lance, les regards de braise de sa fille... tout cela est saisissant. Certaines scènes, presque muettes, sont aussi parfaitement menées, grâce à des jeux d'ombre habiles, comme cette scène où une victime succombe aux charmes d'Arlana sur le quai du métro avant de succomber tout court. Au final, Le Frisson est un album assez étonnant, mais pas sûr qu'il soit le plus représentatif de la collection. Le prochain à paraître Sale Fric, s'inscrit dans un registre beaucoup plus sombre, avec une certaine dimension "sociale", et plus psychologique aussi.
Delcourt a fait le choix, pour cette nouvelle collection, de ne pas publier les œuvres dans leur format original, cartonné et de la taille d'un poche, mais de les adapter à celui de sa collection de comics "Contrebande". Un peu dommage, car les VO étaient très élégantes, mais il faut se réjouir de la création de ce label "Dark Night", destiné à accueillir une dizaine de titres en deux ans.

Citation

- Le coupable se prend peut-être pour un artiste, vu le soin qu'il y a mis
- Super ! Je recherche le putain de Van Gogh des psychopathes !

Rédacteur: Frédéric Prilleux jeudi 03 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page