Moulin à vent

Parmi les gens de ma génération, les hommes du milieu traditionnel, on compte 30 % de tués, 30 % au RMI et 30 % en prison à vie. 10 % de réinsérés.
Michel Ardouin - Mesrine, mon associé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Policier

Moulin à vent

Faits divers MAJ mercredi 11 mai 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Sylvie Callet
Toulon : Presses du Midi, novembre 2010
148 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-8127-0197-9

Moulin à paroles

Quel bavard ce Jo ! Et quel cabot... Quoi ? Vous ne savez pas qui est Jo ? Ce n'est pas de sa faute en tout cas, car dans le genre "moi-je" et "m'as-tu-vu", il doit faire partie des premiers de la classe !
Jo, c'est le héros de Moulin à vent, roman sous-titré "polar" et signé Sylvie Callet.
Polar, moi je veux bien, même si je trouve le qualificatif bien exagéré compte tenu de la légèreté de l'intrigue : un acteur au chômage (pléonasme ?) et détective à ses heures perdues (c'est-à-dire à plein temps) reçoit un beau jour un coup de fil de sa belle-sœur qui lui annonce que son frère – triste beauf vaguement facho avec lequel il est fâché depuis plusieurs années – se trouve dans le coma suite à une agression. À ces mots (et aussi au souvenir des courbes généreuses de sa belle-sœur), Jo retrouve le sens de la sensibilité fraternelle, saute dans la R5 déglinguée dont il vient d'hériter et fonce illico vers le Beaujolais où son frangin exploite, avec sa Barbie de femme, une vaste exploitation viticole.
L'intrigue, hélas, ne tient guère la distance. Elle ne démarre réellement que vers la page 70 (c'est-à-dire à la moitié du livre), et s'éteint doucement une cinquantaine de pages plus loin... C'est peu, très peu, je vous l'accorde volontiers !
Pourquoi parler de ce livre, alors, vous entends-je grogner d'ici ? Pourquoi ? Parce qu'au-delà de ce gros vide en terme d'intrigue, Moulin à vent se lit avec un réel plaisir. Jo, le héros, queutard malhabile, arsouille à ses heures et tchatcheur maladif, ne manque pas de charmes et on se laisse rapidement aller à suivre ses réflexions désabusées, ponctuées de saillies non dénuées d'humour. À tel point que c'est presque sans s'en rendre compte qu'on constate soudain qu'on a déjà dévoré la moitié du bouquin, et qu'il ne s'est toujours rien passé de notable. Et, mine de rien, c'est déjà une forme de petit exploit que de blouser ainsi le lecteur.
Si j'ai souhaité parler de ce livre, ici, c'est donc moins pour parler du "polar" (que je cherche toujours) que pour louer le style de Sylvie Callet, qui maîtrise à merveille l'art compliqué de manier le calembour avec subtilité (là on est dans l'oxymore, non ?), ou, pour reprendre ses termes, l'art du "jeu de mots laids. Vous savez, ceux qui font les gens bêtes".
Et quand on voit avec quelle aisance l'auteure manie la langue, plante son décor et ses personnages, on en revient quand même finalement à regretter qu'elle n'ait pas pris plus de temps pour bricoler une intrigue digne de ce nom, car elle a sans aucun doute les capacités de signer un vrai grand polar... Rendez-vous est pris pour le prochain opus...

Vous pouvez retrouver toutes les chroniques à L'Heure des comptes !

Citation

Une fois de plus, se jouant de moi, la vie emboîtait ses légos plombés et m'obligeait à grimper les étages branlants de mon échafaudage personnel.

Rédacteur: Stéphane Beau jeudi 03 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page