Aubagne la galère

Si vous êtes déprimé, précipitez-vous à Oradour. Vous n'aurez plus jamais aucune raison de l'être après avoir vu les fourneaux difformes, les bicyclettes enchevêtrées, les machines à coudre carbonisées, les carreaux de faïence ornant les manteaux de cheminée, les carcasses de voitures dans les rues (délestées de leurs pneus par les SS), les fenêtres, les étagères, les portes, les lits, autour desquels Philippe m'a montré des traces de grenades incendiaires, les vases envahis par la rouille, l'impact et la patine de l'inhumanité.
Frank Delaney - Les Enfants de la peur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 février

Contenu

Roman - Noir

Aubagne la galère

Social - Prison - Urbain MAJ mercredi 19 janvier 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 9 ans

Prix: 2,95 €

Hector Hugo
Paris : Syros, février 2007
42 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 978-2-7485-0553-0
Coll. "Mini Syros"

Une petite madeleine au goût amer

Jean-Val vit dans une cité loin du centre-ville, il n'a pas un rond, mais il veut faire plaisir à sa mère pour sa fête. Elle adore les croissants à la myrtille de La Petite Madeleine.
Voilà comment il va se mettre dans le pétrin : La Petite Madeleine est la meilleure pâtisserie de la ville et ses prix s'en ressentent. Elle est tenue par les Thénardier, un couple pas vraiment sympa. Quand Jean-Val ressort de la boutique poursuivi par Monsieur Thénardier qui hurle au voleur, il court vite, le distance, jusqu'à ce qu'une porte de taxi le stoppe net dans sa course, lui casse un bras et l'envoie directement à l'hôpital. Ce à quoi les Thénardier ajoutent une plainte.
Aubagne la galère n'est pas l'histoire d'un vol. Ce roman parle un peu de pauvreté mais surtout, sans que le mot apparaisse, d'une solidarité qui va se mettre en place naturellement : l'institutrice et les camarades de Jean-Val, remontés contre le pâtissier qu'ils trouvent un peu dur, vont le pousser à retirer sa plainte. Les uns après les autres, ils défilent dans la pâtisserie, font tourner en bourrique Monsieur Thénardier et nous font sourire.
Mieux vaut galérer à plusieurs que tout seul ! Le message et clair, et les allusions littéraires aussi. Entre Les Misérables et certain Temps perdu, elles ne surprennent pas de la part d'un auteur dont le nom de plume est déjà des plus allusifs !

Citation

Mon père dit que la Cité Verte, c'est un nom qui doit venir des moisissures qu'il y a sur les murs.

Rédacteur: Laura Durand dimanche 16 janvier 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page