L'Œil d'Apollon

C'est le problème de tous les flics. À force de côtoyer la lie de la société, on devient de plus en plus fous, à garder notre calme.
Mathieu Croizet - Polka
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 08 juillet

Contenu

Nouvelle - Policier

L'Œil d'Apollon

Humoristique - Énigme MAJ samedi 20 décembre 2008

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Public connaisseur

Prix: 21 €

Gilbert Keith Chesterton
The Eye of Apollo - 1978
Traduit de l'anglais par Jean Dutourd
Paris : FMR/Le Panama, septembre 2008
168 p. ; 22 x 12 cm
ISBN 978-2-7557-0342-9
Coll. "La Bibliothèque de Babel", 8

Fantastique ? Mon œil...

Dans les années 70, l'éditeur d'art italien Franco-Maria Ricci, grand admirateur de Jorge Luis Borges, se rend à Buenos Aires pour rencontrer celui qu'il révère. Leur premier contact fut mémorable et, peu après, c'est au tour de Borges de venir en Italie. Franco-Maria Ricci propose alors au grand écrivain de créer et d'animer une collection de littérature fantastique - ce sera "La Bibliothèque de Babel", du nom d'une de ses fameuses nouvelles. Chaque volume, qu'il préfacera, sera dédié à l'un de ses auteurs favoris et contiendra quelques-uns des récits brefs qui l'ont le plus marqué. La Bibliothèque de Babel originale compte trente volumes; onze d'entre eux seulement seront traduits en français dans les années 80.
En 2006, à l'occasion du vingtième anniversaire de la mort de Borges, les éditions FMR et celles du Panama s'associent pour publier en français l'intégralité de la mythique collection borgesienne. A ce jour huit livres sont parus. Que vient donc faire un volume appartenant à une collection "fantastique" dans un site voué à l'univers du polar ? Occuper la place qui lui revient, tout bonnement car, de fantastique, les textes de Gilbert Keith Chesterton réunis ici n'en ont guère la couleur. Ils s'inscrivent en revanche de plein droit dans l'histoire des littératures policières : les quatre premières nouvelles ont pour personnages principaux le père Brown, un ecclésiastique détective, et son acolyte français, un privé nommé Hercule Flambeau - sans doute reflet un rien caricatural de l'autre Hercule, celui dont les "petites cellules grises" sont fameuses. Tous deux forment un couple où sont inversées les qualités habituellement dévolues aux policiers et aux amateurs dans les "romans à détective" : ici le "privé", en la personne de Flambeau (ô quelle antinomie...), est aussi peu clairvoyant que l'inspecteur du Yard chez Conan Doyle ou Agatha Christie, tandis que le rôle de brillant amateur en remontrant à tous est endossé par un prêtre qui "fait la pige" aussi bien au détective qu'à la police...

Ni le père Brown ni Hercule Flambeau n'apparaissent dans le dernier texte, "Les trois cavaliers de l'Apocalypse" ; celui-ci n'en est pas moins de la même veine que les précédents : empruntant la forme très classique de l'histoire racontée au cours d'un repas par l'un des convives, ce récit peut se résumer à l'énoncé - dramatisé et teinté lui aussi d'humour parfois grinçant - d'une énigme logique aux airs de "problèmes de trains qui se croisent" - vous savez, ces exercices scolaires épineux devenus dans l'imaginaire collectif des figures emblématiques de l'arithmétique enseignée en primaire...

Il est vite clair que les nouvelles de Chesterton - lequel est connu par ailleurs pour une œuvre très diverse - choisies par Borges relèvent de la parodie. L'on ne compte pas les images et comparaisons délicieusement drôles et mordantes, ni les situations comico-grotesques. Mais les énigmes proprement dites qui sous-tendent les récits sont très brillantes et d'une imparable logique. Ce recueil, par son inscription dans "La Bibliothèque de Babel", pose évidemment la question de la parenté qui pourrait exister entre polar et fantastique ainsi que celle, plus générale, de l'adéquation particulière que la nouvelle semble revêtir pour l'un et l'autre genre - mais c'est là un champ d'investigation et de réflexion qui excède très largement ce modeste article. Bornons-nous à nous souvenir, à l'instar de Borges dans sa préface, que Poe, avec son "Double assassinat dans la rue Morgue" et sa "Lettre volée", est considéré comme le père du polar. Nonobstant, l'on ne peut nier qu'il écrivit bien plus de textes fantastiques que strictement policiers...

NB - Le recueil contient les nouvelles suivantes: "L'Œil d'Apollon" - "L'Honneur d'Israël Gow" - "Le Duel du professeur Hirsch" - "Les Pas dans le couloir" - "Les trois cavaliers de l'Apocalypse".

Citation

Mr Audley, le président, [...] n'avait jamais rien fait de sa vie, pas même une faute.

Rédacteur: Isabelle Roche mardi 25 novembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page