La Dame noire 1 : Les Enfants de Saturne

Les gens qui le connaissaient, même ceux qui l'avaient élevé, savaient que tôt ou tard Earl Sheridan finirait par tuer quelqu'un. Peut-être était-ce simplement une accumulation d'incidents mineurs, mais ceux qui comprenaient un tant soit peu la psychologie humaine savaient que le pouvoir des petites choses ne devait jamais être sous-estimé.
Roger Jon Ellory - Mauvaise étoile
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Thriller

La Dame noire 1 : Les Enfants de Saturne

Énigme - Ésotérique MAJ mardi 01 septembre 2009

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Tony Gheeraert
Le Plessis Robinson : Le Polar, septembre 2008
272 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35568-025-0
Coll. "Histoire"

Noirs desseins au pays de la rose…

Arnaud Rudel est ce genre d'étudiants qui squattent les facs jusqu'à l'âge de la retraite, ou peu s'en faut. Grand, maigre, le dos voûté, le cheveu en bataille, les stigmates de l'éternel étudiant arborés sans complexe, notre grand escogriffe décroche pourtant une prestigieuse bourse : celle de la fondation Backwater. Excusez du peu : le voici invité à Cambridge ! Mais à vrai dire, cette bourse, il n'en connaissait pas même l'existence. L'échalas part néanmoins pour Albion, sans trop savoir ce qui l'attend. Il semble qu'on lui demande juste une conférence, en échange du gîte. Oui, mais… Arnaud a décidé de prononcer cette conférence sur le personnage le plus contesté de l'histoire anglaise : Charity Backwater, veuve et meurtrière de son mari… Le tout dans l'une des périodes les plus sombres de l'histoire anglaise, quand celle-ci se mit en tête de couper celle de son roi Charles Ier. Condamné à vivre dans la maison du défunt, l'échalas français ne tarde pas à sentir l'hostilité se répandre comme un fiel autour de lui. On se fait même tuer dans son proche entourage, tout comme on attente à sa vie.
Premier opus d'une saga ambitieuse, ce volume laisse bien évidemment ouvertes toutes les conjectures. On reste donc nécessairement sur sa faim, abandonnant Arnaud aux mains d'une intrigante sommité sur le retour. Le tout dans une construction somme toute classique, avec moult rebondissements et l'intrigue frappée au sceau du mystère.

Citation

Tout commença à Cambridge, dans une petite pièce sale et glauque.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 24 novembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page