L'Outlaw

Dis-toi une chose : tu tires pas sur un homme, mais sur l'ennemi. Quand t'as digéré ça, t'as ton baptême de tireur. Ce sera aussi facile que de cracher un coup.
Samuel Fuller - Baïonnette au canon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 21 septembre

Contenu

Roman - Noir

L'Outlaw

Psychologique - Assassinat MAJ jeudi 16 décembre 2010

Note accordée au livre: 6 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,6 €

Georges Simenon
Paris : Folio, décembre 2010
202 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-030449-3
Coll. "Policier", 604

Un petit quelque chose de Crime et Châtiment

Alors que dans les campagnes françaises, une bande de Polonais sème la mort dans les fermes isolées à la recherche de nourriture et d'argent, à Paris Stan et Nouchi trainent leurs guêtres, et récoltent de maigres deniers qui ne suffisent pas à payer l'hôtel. Lui est obnubilé par ce qu'il a entendu à travers la cloison de leur chambre et y voit l'occasion de pouvoir gagner cinq mille francs. Tout comme il sera plus tard captivé par l'idée de se saisir d'un revolver. Il se retourne vers un inspecteur qui le méprise. D'ailleurs, il se croit menacé et dans le même temps il ne veut rien donner gratuitement. Nouchi, elle, est partie sous d'autres cieux. S'ensuit d'étranges courses au Bazar de l'Hôtel de Ville. Des malfrats polonais aux cul, et des inspecteurs aussi débonnaires que tranquilles sur le passage. Car il faut bien le dire, pour la PJ et le commissaire Lognon, rien ne presse.
Écrit en 1941, L'Outlaw reste un impressionnant roman psychologique dans la lignée de Crime et Châtiment. D'ailleurs, l'exacerbation de Stan, sa quête d'une hache et sa confrontation avec le commissaire Lognon y font indéniablement penser. Comme Raskolnikov, Stan, tout Polonais qu'il est, n'en a pas moins la tête branlante sur les épaules. Alors il parle tout seul, il ne dort pas, il fantasme, il s'énerve, il a peur, il cafouille, la fièvre monte. Nouchi, elle, ne l'aime pas. Elle reste à ses côtés car il est malheureux. Mais peu à peu, elle s'en écarte. Et il ne supporte pas qu'elle existe en dehors d'à travers lui. En quelques deux cents pages (avec pas moins de dix personnages excellemment campés, une intrigue et plusieurs sous-intrigues parfaitement élaborées), Georges Simenon dépeint toutes ces évolutions, tous ces traits psychologique, l'impression d'être surveillé, la montée en puissance de cette crise qui couve et qui va amener un drame que l'on pressent mais que l'on ne comprend pas, ni qu'on ne décèle. Et au milieu de tout ça, Simenon s'arrête sur des petits détails qui rendent encore plus ce roman plus réaliste s'il en était besoin. Difficile de dire si L'Outlaw est son meilleur roman. Un des meilleurs du siècle assurément !

Citation

Ce garçon ira loin !... À moins qu'il s'arrête en chemin sur une chaise électrique...

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 11 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page