Un meurtre gratuit

Obsédé par le but à atteindre, consumé par l'absence de Laura, il y avait machinalement relié la gare au musée, n'ayant pour seule bouffée d'oxygène que la perspective, aussitôt abandonnée, de retrouver ses deux petites rates.
Carine Marret - L'Agonie du jour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Un meurtre gratuit

Disparition - Assassinat - Trafic MAJ samedi 11 décembre 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

David Levien
Where the Dead Lay - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Cécile Leclère
Paris : Calmann-Lévy, octobre 2010
300 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4147-2

100 % des cadavres ont tenté leur chance

Il y a des romans qui dès les premières pages, donnent l'impression que l'on va avoir droit à un petit bijou. Bonne intrigue, écriture percutante et ambiance prenante. Puis en cours de lecture, le soufflé retombe. En tournant la dernière page d'Un meurtre gratuit, il reste dans la bouche un goût amer. Un peu comme si le cuisinier avait oublié sa recette en cours de route et qu'il s'était rabattu sur quelque chose de plus commun. Pourtant, tout partait bien. Franck Behr, ancien flic devenu détective privé et adepte de jiu-jitsu, arrive à sa salle d'entraînement où sont déjà présents les forces de l'ordre. Son professeur, Aurelio, a été abattu d'une balle dans la tête. Behr n'a plus qu'une idée en tête, retrouver les coupables et venger son ami. Parallèlement, on fait la connaissance de la famille, Schlegel. Une famille un peu particulière qui fonctionne comme un clan mafieux. Le père qui chapeaute le business, la mère qui veut protéger ses petits et ferme les yeux sur leurs agissements, et les trois fils, trois montagnes de muscles aux ordres du paternel.
David Levien, en bon scénariste (Ocean's Thirteen, L'Illusionniste...) réussit à transposer une ambiance que le lecteur peut presque palper. On retrouve une atmosphère comme celle que dégagent les vieux films américains des 70's, dans lesquels règnent code d'honneur, vengeance et affrontements entre clans. C'est bien là une des seules qualités de ce roman. La suite n'est que successions de clichés du genre : héros qui ne se remet pas de la mort de son fils, relation amoureuse vacillante suite à la grossesse de la demoiselle. On passera sur certaines scènes descriptives qui auraient sans doute bien leur place dans un scénario, mais qui là, alourdissent le récit, le rendant parfois indigeste.
Un meurtre gratuit fait partie de ces livres qui aussitôt lus, ne trouvent pas leur place dans la bibliothèque mais plutôt sur un site de vente de livres d'occasions.

Citation

Je serais bien allé lui casser la gueule gratuitement, mais je l'ai déjà fait sur le ring et en plus j'ai été payé, répondit Dannels en imitant l'accent portugais d'Aurelio.

Rédacteur: Fabien Hérisson vendredi 10 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page