Le Chasseur de gourous

Communiste ou pas, il y a peut-être dans la nature un fou muni d'un marteau. D'ici qu'il récidive avec une faucille.
Gilles Schlesser - Mortel tabou
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 juillet

Contenu

Roman - Policier

Le Chasseur de gourous

MAJ vendredi 19 novembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,6 €

Tarquin Hall
The Case of The Man Who Dies Laughing - 2009
Traduit de l'anglais par Anne-Marie Carrière
Paris : 10-18, novembre 2010
352 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-04762-5
Coll. "Domaine policier", 4350

Gourou soit qui manigance...

Tarquin Hall a eu les honneurs, à l'été 2009, d'inaugurer la nouvelle collection "Domaine policier" des éditions 10-18 avec L'Homme qui exauce les vœux, roman jouissif et expressif dans lequel apparait Vish Puri, l'imposant patron de l'agence Détectives Très Privés. Vish Puri a la prétention d'Hercule Poirot, les méthodes de Sherlock Holmes et la corpulence de Gideon Fell. Dans la moiteur de Dehli, le détective autoproclamé meilleur détective d'Inde s'active à traquer le criminel du "Chasseur de gourous", le Dr. Suresh Jha. Ce dernier a été tué en plein air, devant une assistance occupée à rire, par une apparition de la déesse Kali en lévitation. La scène a même été filmée. Mais l'Inde regorge de gourous, charlatans, illusionnistes et autres mentors. Certains honnêtes, d'autres pas. Parmi eux, le très influent Maharaj Swami...
L'Inde est une terre de contrastes, ancrée entre traditions d'hier voire d'avant-hier, mais aussi tournée vers demain. Ce roman de Tarquin Hall est à l'image de l'Inde. Doux mélange nostalgique avec un Vish Puri conservateur qui ne croit pas au surnaturel, mais qui en dernier recours pour des raisons personnelles va faire ses offrandes au temple ; et aussi partagé entre technologie et croyance. L'écriture de Tarquin Hall, elle, sent bon la désuétude. Il y a dans son phrasé une résurgence des années 1920 à tel point que l'on se demande si ce n'est pas dans une vieille malle coloniale que l'on a retrouvé les manuscrits de ses livres. La magie opère à merveille. D'autant que l'auteur, cela semble une de ses marques de fabrique, inclut une seconde trame policière pour une intrigue plus légère mais non dénuée d'intérêt, ni de risques, menée par la mère de son héros ainsi que des soucis familiaux. C'est que la famille du détective est aussi compliquée que toutes les familles. Et cela donne un roman avec un beau mélange de saveurs, des intrigues épicées, des tapis qui ne volent pas, et des cordes qui ne s'enroulent pas toutes seules, mais avec des ficelles à démêler et de la diplomatie à respecter et mener. Roman tout en rythme, alternant la lente avancée des choses et la rapidité d'action. Montrant du doigt l'absence de notion de droit d'un Vish Puri qui n'a qu'un seul objectif en tête : que sa réputation de meilleur détective d'Inde ne soit pas sujette à caution. Force est de constater que ce détective atypique s'en sort à merveille...

Citation

Mon cher époux disait toujours que l'intelligence est essentielle pour mener à bien une enquête. Mais il n'y a pas que le QI ; savoir collecter des informations est aussi une forme d'intelligence.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 19 novembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page