Lucky Luke contre Pinkerton

L'Union européenne dégénère de plus en plus en une clique de lobbyistes.
Veit Heinichen - À l'Ombre de la mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Bande dessinée - Aventure

Lucky Luke contre Pinkerton

Western MAJ mardi 19 octobre 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 9,95 €

Tonino Benacquista & Daniel Pennac (scénario), Achdé (dessin)
Givrins : Lucky comics, octobre 2010
48 p. ; illustrations en couleur ; 30 x 22 cm
ISBN 978-2-88471-257-6

Scénariste haut de gamme pour scénario bas de gamme

Lucky Luke est le justicier du passé. C'est du moins ce que pense Allan Pinkerton, qui a su gagner la confiance du président Lincoln et qui, avec l'aide de ses très nombreux agents, devance toujours d'une semelle le cow-boy de plus en plus solitaire. Poussé à la retraite, il assiste aux dérives de l'agence "who never sleeps" avec fichage à outrance qui conduit aux arrestations nombreuses et intempestives d'une population, transformant Pinkerton en être hybride mi-McCarthy mi-Staline. À la suite de la surpopulation des pénitenciers, les Dalton se retrouvent alors libérés, font régner la terreur avec une seule idée en tête : se venger d'Allan Pinkerton. Et devinez qui va devoir sortir de sa retraite et remettre de l'ordre au désordre ou réciproquement ?
Avec Daniel Pennac et Tonino Benacquista au scénario, l'on pouvait s'attendre à un beau duel à l'Ouest, soleil tapant et mouches qui viennent se poser sur le front des cow-boys transpirant. Mais les deux compères romanesques abordent cet épisode de Lucky Luke avec respect, hésitant à bousculer la termitière. Cela donne un scénario plaisant mais lisse, qui échappe à l'humour autrefois omniprésent de Goscinny. Seule la personnalité de Pinkerton est intéressante mais sans être extraordinaire (on décèle un léger rapport avec notre actualité, notre envie de ne pas être fiché, de ne pas laisser de traces, et lui son besoin de tout maîtriser, d'instituer une terreur permanente, de traquer la moindre faute - Pinkerton va jusqu'à se ficher lui-même). Dommage car une telle association s'avérait prometteuse sur le papier, faisait saliver l'amateur des romans et de l'usage que font des mots justement à la fois Pennac et Benacquista. Dans le même registre, avec l'idée de vraiment se mettre des pruneaux plein le buffet, Jean-Bernard Pouy et Marc Villard s'en seraient donné à cœur joie. Il y aurait eu complicité et veux-tu que j't'embrouille. Après l'éphémère page Laurent Gerra, l'ombre continue de chercher son Lucky Luke. Et c'est bien dommage. Et le dessinateur me direz-vous ? Évidemment, avec un tel casting au scénario, Achdé passe au second plan. Son dessin lui ne dépare pas de celui de Morris. Ne se met pas en avant non plus. Il l'épouse. D'ailleurs, on s'y croirait. Mais ça ne suffit pas... Achdé a déjà fait ses preuves en de multiples scénarios. Il serait intéressant de voir ce que cet aficionado déclaré de Lucky Luke pourrait faire si on lui en laissait l'occasion de réaliser intégralement un de ses rêves !

Citation

En partant du principe qu'en tout honnête homme sommeille une canaille, la suspicion devient une priorité nationale.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 18 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page