Le Crime de la pierre levée

Nous allons fonder ensemble une organisation où il n'y aura plus de chef, de capo di tutti capi et toutes ces conneries ! Une commission... Elle fonctionnera comme le conseil d'administration d'une entreprise et sera chargée de définir la politique générale de nos activités.
Olivier Berlion - Agata. 1, Le Syndicat du crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 11 juillet

Contenu

Roman - Aventure

Le Crime de la pierre levée

Historique - Énigme - Religieux MAJ vendredi 24 septembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 10 ans

Prix: 5,5 €

Catherine Cuenca
Paris : Flammarion jeunesse, août 2010
128 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 978-2-0812-3098-9

La voix du saigneur

Au seuil de l'été 1101, Bruna quitte le village montagneux de Peyrefitte et son grand-père guérisseur, pour suivre Annette, sa marraine, qui lui a trouvé une place dans les cuisines du château de Roquemaure. Un bon mariage avec un jeune homme des environs serait également souhaitable.
Mais au château et dans les environs, l'atmosphère est à la peur depuis que la jeune fille que remplace Bruna a été trouvée morte dans les bois, dévorée par les loups, près d'une pierre magique et en principe bienfaisante...

Nul enquêteur désigné dans ce polar médiéval pour la jeunesse, mais une énigme qui se dénoue sous le regard intelligent et curieux d'une jeune fille de quinze ans. En même temps que Bruna, le lecteur découvre la vie quotidienne au château et rencontre divers personnages hauts en couleurs : Robert le boulanger, Francette la cuisinière, la jeune servante Lison et le seigneur des lieux, un impressionnant vieillard qu'il est préférable de ne pas contrarier...
Rapidement, la beauté de Bruna attire le regard du jeune homme le plus convoité du village, Florent le bedeau, mais elle se sent également surveillée par un inquiétant soldat surnommé Oskar le Germain, tandis que le père Barberin n'apprécie guère cette nouvelle venue plus ensorceleuse que bonne chrétienne.
Dans ce roman facile à lire, chaque personnage, même le plus insignifiant, semble recéler une dose de mystère ; ce qui enrichit un suspense qui n'est pas uniquement lié à l'énigme principale. Les chapitres sont autant de tableaux vivants sur la vie quotidienne au XIIe siècle (une battue, la nuit de la Saint-Jean, une partie de soule, etc.) et donnent un aperçu menaçant de la lutte entre les croyances populaires et la religion chrétienne.

Citation

Le chef de cette bande s'appelle lui-même Hugon la Variole, à cause des marques de petite vérole qu'il porte sur le visage.

Rédacteur: Patricia Châtel jeudi 23 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page