Maître des âmes

Six colonnes, du haut desquelles deux siècles de népotisme la contemplaient, s'élevaient à droite de Mona. Elle pouvait se prosterner, et mourir, ou faire ce qu'elle avait en tête depuis le début : s'enfoncer dans l'Hôtel comme un suppositoire.
Stéphane Michaka - Elvis sur Seine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

Maître des âmes

Historique MAJ vendredi 08 octobre 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,9 €

Peter Tremayne
Master of Souls - 2005
Traduit de l'anglais par Hélène Prouteau
Paris : 10-18, mars 2010
352 p. ; illustrations en noir & blanc ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-04963-6
Coll. "Grands détectives", 4319
Les Mystères de sœur Fidelma, 15

Ce qu'il faut savoir sur la série

Sœur Fidelma est dalaigh, avocate des anciennes cours de justice d’Irlande. Elle vit au VIIe siècle, et jouit d’un pouvoir auquel peu de femmes pourront prétendre avant longtemps. Sa grande culture et sa connaissance approfondie des lois en font une enquêtrice aussi implacable que redoutée. D’origine noble, celle qui est rattachée à la communauté de sainte Brigitte de Kildare est souvent accompagnée de frère Eadulf, un Saxon courageux, qui conserve certaines croyances païennes et dont elle est amoureuse.

Dans l’Irlande du VIIe siècle !

Esumaro, le capitaine d'un bateau gaulois, est victime de naufrageurs sur les côtes du Muman. Caché, il assiste au meurtre de son second par Olcán. Terrorisé, malgré la tempête de neige, il fuit et finit par tomber épuisé. En revenant à lui il découvre une abbesse et six religieuses qui s'inquiètent de sa santé. Elles sont en route pour un pèlerinage au mont Breanainn. Un groupe de cavaliers surgit mené par Olcán. Ce dernier exige qu'elles le suivent, pour servir le maître. L'abbesse, Faife d'Ard Fhearta, refuse. Il la tue d'un coup d'épée et emmène tous les autres.
À l'abbaye d'Ard Fhearta, l'abbé Erc est irrité. Il pensait trouver le vénérable Cináed dans l'oratoire pour préparer la fête de la bienheureuse Ite. Mais Cináed est bien là, derrière l'autel, le crâne fracassé. Quelques jours auparavant l'abbé avait demandé l'aide de Conrí, le seigneur de guerre des Uí Fidgente, après la découverte du meurtre de Faife. Celui-ci revient, accompagné de lady Fidelma de Cashel et de frère Eadulf. Leur arrivée n'est pas appréciée de l'abbé. Il y a encore deux ans, les Uí Fidgente étaient en rébellion cherchant à renverser Colgú, le roi légitime de Muman, le frère de Fidelma. Depuis, ils ont fait allégeance mais les haines sont tenaces.
Dans l'abbaye, les discordes sont fréquentes. Cináed se heurte à Mac Faosma, un autre érudit, sur des questions politiques, religieuses... Aux règles celtiques viennent se substituer les dogmes édictés par Rome. Il y a ceux qui adhèrent aux nouvelles règles et ceux qui les récusent. La vie du vénérable Cináed n'est pas aussi limpide qu'elle aurait dû l'être, à son âge, et un secret semble le lier à Faife.
Fidelma doit vaincre les réticences suscitées par son appartenance à la famille régnante et son statut de Dálaigh. Et qui est réellement ce maître des âmes, qualification méprisante de Cináed à l'encontre de Mac Faosma ?

Peter Tremayne, avec Maître des âmes, signe la quinzième enquête de Fidelma et de son ami. L'auteur nourrit son intrigue de nombreux faits de la société de cette époque. Il joue sur l'antagonisme qui anime deux peuples, l'un reprochant à l'autre d'avoir trafiqué les parchemins généalogiques pour les écarter du pouvoir. Il mêle une sombre affaire de naufrageurs qui pillent les vaisseaux au profit d'un maître qui reste bien mystérieux. Il renforce la tension de son récit avec la confrontation du christianisme celtique aux nouvelles règles fixées bien loin de ces contrées. Le célibat des prêtres, la Sainte trinité, la date de Pâques, sont autant de sujets qui divisent les gens d'Église. Il pimente le tout avec les passions humaines, celles de la chair et de l'esprit, la lutte entre des érudits pour la défense de leurs idées, de leurs croyances.
L'héroïne choisie par Peter Tremayne, une princesse orientée vers les ordres avec son double statut de religieuse et de Dálaigh, permet une confrontation à toutes les turpitudes, dans tous les milieux. Son lien de parenté l'implique dans la vie politique du royaume. C'est avec le but d'améliorer les relations entre les belligérants, qu'elle est venue enquêter.
L'auteur décrit, avec minutie, l'existence quotidienne, la composition, l'organisation des communautés religieuses, donne une tangibilité à celles-ci. Avec les divers personnages qui traversent son récit, il illustre la diversité de ceux qui fréquentaient les monastères, les abbayes, et dont les motivations n'étaient pas toujours dictées par la foi. Il brosse une intrigue riche en rebondissements qui met la perspicacité de l'enquêtrice à rude épreuve.
Peter Tremayne, à travers les enquêtes de son héroïne, construit une véritable Histoire de l'Irlande du VIIe siècle, tant sur l'organisation intérieure (politique, sociale, religieuse et économique) du pays, que sur les relations avec l'extérieur. Il fait preuve d'une érudition considérable sur le pays de Muman, sur les composantes de l'existence quotidienne, sur le droit, les us et coutumes. Il relève, par exemple, la possibilité d'entamer un Troscud, une grève de la faim, le plaignant s'asseyant devant la porte de celui qui l'avait offensé. Cette situation obligeait l'offenseur à accepter un arbitrage sinon le jugement moral se retournait contre lui. Il pointe des situations cocasses comme la position de Rome qui autorisait, sous Pelage II, le mariage des religieux à la condition expresse que les biens restent à l'Église et n'aillent pas à la femme ou aux enfants.
Il est donc légitime que l'auteur soit distingué pour cet aspect de son œuvre et que le Prix Historia du roman policier historique lui soit décerné.
Maître des âmes ne déroge pas à la règle que s'est fixé l'auteur, écrire un récit passionnant, à l'intrigue retorse, nourrie par une connaissance approfondie de l'époque.

Récompenses :
Prix Historia du roman policier historique 2010

Citation

Selon le dicton, il y a trois sentiments qui s'invitent sans demander la permission : l'amour, la jalousie et la peur. Tous trois ont hanté nos appartements.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 20 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page