L'Été qui ne s'achève jamais

Nous entrâmes dans la révolution bolchevique comme des jeunes filles dans le mois de mai [...] Elle exigeait de nous le sacrifice de nos facultés critiques, la mise au rebut des critères moraux que nous avaient enseignés nos parents et nos professeurs. Pour une telle cause on avait le droit de voler et de tuer. La révolution valait aussi que l'on mourût pour elle.
Romain Slocombe - Avis à mon exécuteur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 05 décembre

Contenu

Roman - Policier

L'Été qui ne s'achève jamais

Social - Énigme MAJ vendredi 30 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,5 €

Voir plus d'infos sur le site polarmag.fr (nouvelle fenêtre)

Peter Robinson
Close to home - 2003
Traduit de l'anglais par Valérie Malfoy
Paris : LGF, novembre 2006
544 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 2-253-11653-X
Coll. "Policier", 32767
Les Enquêtes de l'inspecteur Banks, 13

Ce qu'il faut savoir sur la série

Las de la vie londonienne, l'inspecteur Alan Banks a demandé sa mutation à Eastvale, dans le Yorkshire. Marié à Sandra, il est père de deux adolescents, Brian et Tracy. Très intuitif, il n'hésite pas à braver la procédure pour mener ses enquêtes. Grand amateur de whisky de qualité, il aime aussi la bière "du cru". Mélomane, il goûte autant le classique que le pop-rock de sa jeunesse. Sa situation familiale évolue au fil de la série (il va divorcer, ses enfants vont quitter le bercail - Tracy ira à l'université, Brian intégrera un groupe de rock - et lui connaîtra diverses liaisons épisodiques...) D'un roman à l'autre, il incline de plus en plus à s'abandonner aux souvenirs et à la nostalgie...
Côté professionnel, il gagnera le galon d'inspecteur-chef; à ses côtés, on suit quelques-uns de ses collègues, personnages récurrents qui eux aussi évoluent - par exemple le superintendant Gristhorpe, avec qui il entretient une certaine amitié, partira à la retraite...

Douloureux rappels

Ébranlé par l'affaire qu'il vient à peine de boucler - narrée dans Beau monstre - Alan Banks est allé goûter quelque repos loin de l'Angleterre, sur une île grecque où il s'initie aux saveurs de l'ouzo en compagnie d'Alexandros, qui est aussi son partenaire occasionnel aux échecs. Mais un fait divers à peine signalé dans un entrefilet d'un journal anglais le rappelle à Peterborough, sa ville natale : l'on y a découvert un squelette, identifié comme étant celui d'un adolescent porté disparu plus de trente ans auparavant. Graham Marshal. Un jeune garçon qui faisait partie du petit groupe d'amis que fréquentait Alan Banks quand il était lycéen. Le goût amer de l'affaire non résolue et des interrogatoires policiers lui revient, accompagné de tous ces morceaux mythiques qui constituaient son univers musical d'alors et de mélancoliques réminiscences touchant à ses rapports familiaux.
À Eastvale, il devra s'occuper d'une autre enquête : la disparition de Luke Armitage, 15 ans - fils d'un chanteur célèbre suicidé et d'une ancienne mannequin connue pour ses frasques, laquelle a épousé ensuite une autre célébrité, le footballeur Martin Armitage. Tandis que l'affaire Marshal entraîne les policiers vers les menées de la pègre locale, Alan Banks se rapproche de son fils Brian, désormais membre d'un groupe de rock, afin d'avoir son avis sur les chansons qu'écrivait le jeune Armitage et qu'il avait enregistrées. Avait-il donc un  talent qui aurait pu justifier qu'on le kidnappe ?

Plus, peut-être, que d'autres romans de la série, celui-ci est l'occasion d'étoffer le personnage de l'inspecteur Banks qui, plongé dans le cadre où il a grandi et logeant chez ses parents pendant quelques jours, retrouve sa chambre, encore garnie d'une foule d'objets rescapés de sa jeunesse. En même temps qu'il revit son adolescence sont tournées les pages de l'histoire récente du Royaume-Uni, entre swingin' London et ère post-thatchérienne. Côté vie privée, la sienne flotte : divorcé de Sandra, on apprend "en passant" qu'il a entretenu une brève liaison avec Annie Cabbot. Pendant son séjour à Peterborough, il rencontre l'inspecteur Michelle Hart, chargée de l'affaire Marshal.
Cet été qui n'en finit pas peut se lire comme  le premier terme d'un diptyque que l'on verra se compléter avec Étrange affaire...

NB - Le roman a paru en grand format chez Albin Michel en  mars 2004.

Citation

Le Poète se fait voyant par un long, immense, et raisonné dérèglement de tous les sens. (Rimbaud - en français dans le texte)

Rédacteur: Isabelle Roche jeudi 23 octobre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page