Last exit to Brest

Rainsy refusa poliment. Il n'aimait pas être en dehors de Phnom Penh la nuit. Surtout, il ne tenait pas à passer plus de temps qu'il n'était nécessaire avec deux personnes qu'ils payaient pour faire disparaître des corps.
Mathias Bernardi - Toxic Phnom Penh
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 août

Contenu

Roman - Noir

Last exit to Brest

Musique MAJ samedi 11 septembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6 €

Claude Bathany
Paris : Points, septembre 2010
158 p. ; 17 x 10 cm
ISBN 978-2-7578-1959-3
Coll. "Roman noir"

Rock n’ roll attitude

Brest, Alban Le Gall, quarante-cinq ans, agent de sécurité, "le pompier des violences", se retrouve "par le plus grand des hasards" (vous le lirez pour voir) manager d'un groupe de rock local "Last Exit To Brest". Tout va bien, tant bien que mal, jusqu'au jour où Gabriel Pringent, son amant caché et musicien trainant avec la bande du groupe est retrouvé assassiné. Peu de temps après c'est un autre de ses amis qui l'est... Alban va tenter d'aller démêler tout ça.
"Je reconnais que, question digressions, je pousse le bouchon un peu loin et que, de votre côté, vous pourriez avoir le sentiment qu'avec mes gugusses musicos et leur curriculum, même pimenté de réflexions chiadées sur Brest on the rock, je vous promène gentiment. Y'a de ça..." Cette phrase d'Alban, narrateur de l'histoire, résume parfaitement les cent cinquante petites pages de cet excellent roman – le premier de l'auteur, une chose à souligner. Comme il est bon de trouver du roman noir sortant des rangs (et Claude Bathany l'a particulièrement prouvé avec Country Blues, son deuxième texte), avec des personnages hauts en couleur, un style badin, de l'humour et une histoire bien menée... Claude Bathany est un auteur à suivre, assurément.

Citation

J'ai toujours aimé le bruit salement électrifié.

Rédacteur: Christophe Dupuis mardi 07 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page