Sélection naturelle

Une seule conclusion s'imposait : cette œuvre malhabile ne devait pas tomber entre mauvaises mains et certainement pas celles de l'Église qui la détruirait au moindre soupçon 'd'impiété', c'est-à-dire si elle allait à l'encontre de ses certitudes.
Andrea H. Japp - Le Fléau de Dieu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Sélection naturelle

Politique - Mafia MAJ mercredi 01 septembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 25 €

Alexandre Zviaguintsev
Estestvennii otbor - 1999
Traduit du russe par Antonina Roubichou-Stretz
Paris : Les Syrtes, juin 2010
548 p. ; illustrations en noir & blanc ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-84545-155-1

Le grand roman russe picaresque versions gangsters !

Ex-officier de l'Armée Rouge, rescapé d'Afghanistan et de Serbie, Skif "le loup" revient dans la Russie de Boris Eltsine, celle des oligarques et des magouilleurs. Or son épouse Olga Korobova a su faire son trou, puisqu'elle est devenue présentatrice vedette à la télévision. En cherchant à la recontacter, Skif va mettre en branle des forces qui les dépassent tous les deux...
Le roman russe moderne est décidément un goût acquis, héritier direct des feuilletonnistes avec son ampleur épique, ses péripéties picaresques, ses innombrables personnages et ses nombreuses digressions parfois déroutantes. Il n'en est pas autrement avec cet énorme roman tragi-comique qui en profite pour dresser un constat accablant de l'ère Eltsine, lorsque le pays prenait le virage de l'ultralibéralisme à marche forcé à grand coups de culte du fric. S'y entremêlent toutes les strates de la société, des petits truands pittoresques (dont l'invraisemblable duo Groin-Groin et Badaboum, deux Pieds Nickelés des bords de la Volga) aux grands magouilleurs faussement respectables capables de tuer père et mère — quasi-littéralement — pour un contrat juteux. Le tout avec assez d'explosions, de raids, de fusillades, et de grand spectacle pour remplir trois blockbusters propulsés à la vodka à travers une intrigue criminelle qui, une fois détricotée, s'avère extrêmement simple. Ce genre de romans est un goût acquis, disais-je, et là, celui-ci vaut largement le coup de se faire une douce violence... À noter l'érudition de la traduction qui permet de clarifier un nombre impressionnant de références historiques et littéraires : exotisme garanti !

Citation

C'est donc qu'il y a là un sens qui nous échappe, répondit Skif avec un méchant ricanement. On dirait, les gars, que nous sommes de petits pions sur un grand échiquier. À qui donc appartient-il, je ne sais pas, mais je sens qu'il est grand. Et ce n'est pas Pokhodine qui joue le rôle principal.
— Qui alors ? demanda Zasetchny.

Rédacteur: Thomas Bauduret samedi 28 août 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page