k-libre - événement

Il revoit Edward Hunter étreignant son père le matin de l'arrestation. Après la mort de sa mère, un an plus tard, il n'a plus guère pensé à lui, hormis lorsque, quelques années plus tard, il a appris que sa sœur avait fait une overdose d'héroïne. Mais jamais depuis.
Paul Cleave - Un père idéal
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 29 octobre

Contenu

Un film d'animation qui ne prend pas les enfants pour des quiches

Un film d'animation qui ne prend pas les enfants pour des quiches À l'occasion de la sortie en salles d'Une Vie de Chat, k-libre vous propose de découvrir l'univers très noir d'Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli, à travers deux courts-métrages d'animation.
Mauvais Temps (2006)
Le couloir (2005) - Prix du jury du Court Noir 2006, Festival Polar dans la Ville – St Quentin en Yvelines

Mercredi 15 décembre 2010 sort dans les salles, Une Vie de Chat, premier long métrage d'animation d'Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli. Une aventure policière intelligente et drôle qui séduira les Petits, novices du polar, comme les Grands, experts en Noir.

Depuis l'assassinat de son père policier, Zoé ne parle plus. Elle passe ses journées à dessiner en compagnie de Dino, son chat, et de Claudine, sa nounou. Le soir venu, la petite fille attend, impatiente, sa mère, elle aussi commissaire de police, qui rentre de plus en plus tard. Jeanne est en effet très occupée par l'arrestation de Costa, le meurtrier de son mari, et par des vols à répétition auxquels Dino semble curieusement participer.
Un soir que sa mère doit retourner travailler, Zoé trompe la vigilance de Claudine pour suivre l'animal dans ses escapades nocturnes et tenter de découvrir d'où viennent les drôles de cadeaux qu'il lui rapporte chaque matin. Une fredaine qui tourne vite à la mésaventure, mais qui lui permet de rencontrer Nico, l'habile monte-en-l'air que recherche sa mère.

Du court au long... cours
Avec ce premier long métrage d'animation, Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli, signent une aventure policière rondement menée, à la fois drôle et angoissante, portée par une réalisation efficace.
Cette efficacité, ils l'ont acquise au terme de plusieurs années de collaboration. En réalisant d'abord des courts-métrages d'animation. Felicioli, au crayon, et Gagnol, à la plume, ont travaillé leur style dans de petits films d'animation pour adultes au trait typé et à l'atmosphère toujours inquiétante. "La mauvaise ambiance, c'est la marque d'Alain. Moi, j'essaie de mettre la bonne ambiance", raille Jean-Loup Felicioli. Et d'avouer que s'il aime, lui aussi, le polar, il n'est pas fan de noir : "ça m'inquiète ces ambiances où on ne sait pas trop où on met les pieds".
Il illustre pourtant avec enthousiasme depuis 1995, les tourments de Gagnol. L'Égoïste d'abord. Récompensé par de nombreux prix. Puis les Tragédies minuscules, trois ans plus tard. En 2005, les deux réalisateurs abandonnent la couleur du dessin le temps d'un court-métrage, Mauvais temps.
Un choix du noir et blanc pour le "côté vieillot" qui seyait bien à l'intrigue. Sans doute aussi, parce qu'Alain Gagnol, également dessinateur de formation, se rappelle avoir été séduit par "les découpes de lumière très graphiques" du film de Tay Garnett, Le Facteur sonne toujours deux fois : "un bijou de style".
Une expérience inédite qui convaincra Jacques-Rémy Girerd, le producteur d'Une Vie de chat, que le duo est capable de réaliser un long métrage. Dans ce court, "il y a du rythme, de l'action, alors qu'avant on faisait des choses relativement littéraires" dit Felicioli. Et Gagnol d'ajouter : "c'était un exercice de mise en scène. L'histoire tient à un fil. Elle n'a aucun intérêt d'une certaine manière. Ce qui compte, c'est sa mise en scène. Et c'était la première fois qu'on faisait réellement une mise en scène de film d'action. De vrai polar."

Mine de crayon, c'est noir !
"Moi, je viens du polar. C'est quand même mon origine le roman noir, les intrigues psychologiques tordues." Avant d'écrire des scénarios, Gagnol écrivait des romans. Premier forfait littéraire en 1995 avec M'sieur dans la "Série noire" de Gallimard. Dernière tentative, avec Axel et Joséphine, publié au Cherche-Midi en 2004. Depuis, plus rien. "Là, je commence à m'y remettre. Je suis en train de travailler sur un roman. Et j'espère bien arriver à reprendre pied dans ce monde-là."
S'il pense qu'il est tombé dans le noir grâce à la littérature, c'est surtout les noms du cinéma de genre qu'Alain Gagnol cite comme influences. Lynch, Scorcese, Tarantino. Du moins "les premiers, comme Reservoir Dogs ou Jackie Brown. Et puis, "les vieux polars, les films noirs des années 1940-1950 : L'Enfer est à lui de Raoul Walsh ou La Nuit du chasseur de Charles Laughton". Des références en forme de clins d'œil qui apparaissent en filigrane tout au long d'Une vie de chat.
Adapter un de ses romans, ils y ont déjà pensé avec Jean-Loup Felicioli. La Femme patiente, à l'unanimité. "C'est une idée très cinématographique. Mais peut-être pas très vendeuse", avoue l'auteur. Felicioli renchérit : "Ce serait difficile. Il faut trouver un public. Pour faire venir un public adulte voir un film d'animation, ce n'est pas évident.

Un film d'animation pour enfants ?
Et c'est justement, parce que ce public adulte est difficile à capter que les deux amis ont réalisé, contre toute attente, un film pour enfants. "L'écriture du sénario a été très chaotique. C'était compliqué. Deux ans et demi, je crois. C'était assez dur", se souvient Gagnol. "Il a écrit trois versions très différentes. Il a du courage quand même. Pour tout changer et recommencer. L'écriture, ça peut être changer des petites choses. Mais là, il a vraiment tout changé", ajoute Felicioli.
Au départ, le duo envisageait l'écriture d'un long métrage pour adultes, mais le scénario n'était pas assez sombre, ni assez violent. Eux-mêmes ne savaient pas trop quelles étaient leurs intentions à vrai dire. Finalement, à force de retravailler le scénario, un ton s'est imposé. Une histoire fédératrice capable de séduire à la fois les enfants et les parents s'est dessinée. "On ne ressent pas du tout de frustration d'avoir fait un film pour enfants. On ne l'a pas fait par défaut. C'est vraiment parce qu'une idée arrivait à ce moment-là. Puis, on s'est rendu compte qu'on avait un peu réussi à faire le film familial qu'on avait voulu faire".
Et, effectivement, ils réussissent un film pour les enfants intelligent, dans lequel on s'adresse à eux sans complaisance ni manichéisme. Les gros mots sont légion. Les gags font glousser les petits autant que les grands. Chacun se laisse surprendre par l'intrigue.
Un prochain long est en cours d'écriture. Toujours familial. Encore un polar. Mais fantastique cette fois. Vivement la suite.

Infos utiles :
Une vie de chat, un film de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol. Sortie le 15 décembre 2010.
• Pour aller plus loin :
- Site d'accompagnement pédagogique
- Exposition "Autopsie d'un polar" du 3 décembre 2010 au 31 juillet 2011 à La Cartoucherie, Bourg-lès- Valence.
- La B. O. du film, Serge Besset, Sony
- Le roman du film, Alain Bragagnolo, Milan. À partir de 9 ans.
- L'album, Milan jeunesse. À partir de 3 ans.
Par Jawaher Aka



publicité

Pied de page