k-libre - édito

Un jeune homme avait été retrouvé mort quai Saint-Bernard. Il s'agissait de Paul Leverrier, vingt ans, fils d'un toubib du Boul'Mich et futur toubib lui-même s'il ne lui était pas venu à l'idée de se balancer un coup de pétard en plein pêche.
Nicolas Barral - Micmac moche au Boul'Mich
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 18 novembre

Contenu

Urnes propres et solidaires

MAJ dimanche 18 novembre

Urnes propres et solidaires
© Isabelle Roche / k-libre

26 novembre 2012 - Alors que la Syrie est toujours autant embrasée, que les Palestiniens et les Israéliens s'enlisent, deux autres combats en France monopolisent l'attention et, n'ayons aucun doute à ce sujet, trouveront très vite un relais dans la littérature policière.

Qu'il s'appelle Jean-Jacques Reboux, Jean-Hugues Oppel ou maintenant François Médéline, l'auteur de politique fiction fidèle à son anticipation et à sa lecture politique n'imaginait sûrement pas, même dans ses plus profonds délires exutoires, qu'un parti français en arriverait à s'entredéchirer avec autant de haine et de pugnacité. Preuve s'il en est que nos politiques savent faire fi de leurs ambitions personnelles, et que la notion d'amitié politique n'est pas un leurre. Nous avons ainsi retrouvé un sac de bulletins - sans que l'on sache s'il est en provenance de Nouvelle-Calédonie ou de Levallois-Perret - à sa juste place, complètement abandonné. Comment s'appelait son livre, déjà, à François Médéline ? La Politique du tumulte. Les apolitiques tumultueux nous ont donné une leçon d'humilité et s'il y a eu à une époque quelque chose de pourri au royaume du Danemark (merci Shakespeare) puis par la suite quelque chose de pourri au royaume d'Angleterre (merci Robin Cook), il y a maintenant quelque chose de doublement putride au royaume de France. Alors Jean-Hugues, Jean-Jacques, François et les autres, allez-y de votre plume, faites-vous plaisir, faites-nous plaisir.

Doublement putride car il se passe aussi du côté des Nantais quelque chose de pas naturel. Et si la police rentre comme dans du beurre dans cette révolte nantaise, ce n'est pas tant dû aux poches de résistance aux abords de ce qui est amené à devenir l'ayraultport Notre-Dame-des-Landes, que de la manifeste opiniâtreté forcément absurde d'un homme là encore victime de son ego. Nul doute que la littérature s'emparera du sujet pour déterrer son lot de financement occulte et indécent, bref son lot de barbarie économique. Il fut un temps pas si lointain où un entrefilet du Parisien lu dans un estaminet du XIe arrondissement parisien par un Gabriel Lecouvreur désabusé et désœuvré, l'aurait convaincu d'aller faire un tour au nouveau pays du Larzac afin de remuer tout ça...

L'heure serait-elle à la révolte à l'approche des fêtes de Noël ? k-libre et Hugo & Cie vous proposent de tenter votre chance afin d'emporter la mise, et quelle mise ! Le Coffret flingueur des tontons qui comporte, entre autres, un flingue et du grisbi. De quoi vous faire oublier l'actualité sordide qui trouve encore une fois un écho tout particulier en nos pages puisque nous avons dernièrement lu et chroniqué des ouvrages certes intéressants mais un tantinet déprimants comme ce Penser la violence des femmes, écrit sous la direction de Coline Cardi et Geneviève Pruvost, ou ce Colombine, Oslo, Toulouse... : tueurs de masse, un nouveau type de tueurs est né, de Olivier Hassid et Julien Marcel, sans compter un retour vers ce Crimes et procès sensationnels à Los Angeles, 1922-1962 : au-delà du Dahlia noir, de Nausica Zaballos. Vous le verrez, les romans chroniqués sont au diapason même si plus légers - forcément car c'est de la fiction, et que la fiction on peut penser que ce n'est pas... forcément la réalité. Et parmi ceux-là, la palme de la semaine revient sûrement à La Moitié du paradis. Rivages édite en effet le premier roman de James Lee Burke où percent tous les sujets dans une prose naissante de ce qui fera le succès de l'auteur américain. Mais bien entendu les autres sont aussi à découvrir (sinon on n'en aurait pas parlé).

Les DVD proposés se résument à Samuel Fuller et guerre. Samuel Fuller car le réalisateur américain a signé de nombreux films noirs avec le talent et l'indépendance qui l'ont caractérisé tout au long de sa carrière. Parmi eux, l'époustouflant Underworld USA. Guerre parce qu'après Bach films dernièrement, Sidonis propose sa collection où l'on retrouve là encore Samuel Fuller mais aussi Fritz Lang pour deux films à la qualité diamétralement opposée. Mais à vous de vous faire votre avis !

L'approche de la fin de l'année signe aussi la trêve hivernale des festivals dédiés à la littérature policière. Comme de coutume, le Salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles, qui en est à sa quinzième édition, clôture les débats. Mais d'ici le 7 décembre d'autres se profilent. Retrouvez-les en notre agenda des festivals. Enfin, nous révélons quelques uns des derniers prix littéraires du genre. Les fameux Trophées 813, mais aussi le Grand prix du balai d'or. D'autres sont à venir dans la prochaine quinzaine car il faut bien l'avouer, nous sommes un peu à la traîne...
Bonne lecture !

Liens : Samuel Fuller | Fritz Lang | Jean-Jacques Reboux | Jean-Hugues Oppel | François Médéline | Robin Cook | Julien Marcel | Nausica Zaballos | Olivier Hassid | Geneviève Pruvost | Coline Cardi | William Shakespeare | La Politique du tumulte | Le Coffret flingueur des tontons | Penser la violence des femmes | Colombine, Oslo, Toulouse... : tueurs de masse un nouveau type de tueurs est né | La Moitié du paradis | Underworld USA
Par Julien Védrenne

publicité

Pied de page