k-libre - dossier

Elle est surtout mortellement dangereuse, Philippe. Je le sais. Elle a tué ma mère. Je devine qu'elle ne veut que me corrompre et, si elle n'y parvient pas, m'occire.
Jean d'Aillon - La Guerre des amoureuses
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 juillet

Contenu

Série Anatomie

MAJ mercredi 18 juillet

Série Anatomie
© Philippe Routier / k-libre

13 septembre 2013 - "A long time ago / we used to be friends, but I / haven't thought of you / lately at all..." ("Il y bien longtemps, nous étions amis, mais je n'ai pas du tout pensé à toi récemment"). Le 23 juillet dernier, depuis le Comicon de San Diego, les paroles de ce générique chanté par les Dandy Warhols ont à nouveau résonné, à la joie des fans de Veronica Mars, qui eux ne l'avaient pas du tout oubliée, pour annoncer son retour au cinéma. Ravi à l'idée de retrouver l'enquêtrice blondinette coriace et son privé de père, dont je suivais les aventures avec ma propre fille, j'ai fredonné la mélodie obsédante toute la journée, provoquant des flashes de séries criminelles qui avaient rythmé ma vie de mon enfance à ce jour. Columbo, négligé dans son vieil imper, parlant de sa femme à un coupable chic et guindé, avant de lui asséner la dernière question qui le fera craquer, Mike Hammer rajustant son feutre, après avoir encore perdu la trace de la brune gradiva qu'il croise au cours de ses enquêtes, Higgins lançant une fois de plus ses dobermans Zeus et Apollon aux basques de Magnum, Rick Hunter grommelant son fétiche "ça marche pour moi", Dale Cooper enregistrant sur dictaphone un nouveau message à "Diane" avant de s'attabler devant une tarte aux cerises et un café en méditant sur la méthode tibétaine, Charlie Crews dissertant sur les fruits frais et l'art du zen à la consternation de sa belle coéquipière Dani Reesse, le sourire cynique de Cal Lightman captant une nouvelle micro expression sur un visage qui, en une seconde, démasque le coupable, assassin sanguinaire ou simple mari infidèle : tant de moments cultes qui font partie de ma vie au même titre que mes souvenirs vécus. Largement de quoi alimenter une chronique mensuelle, mais qui ça intéresserait ?
En avril dernier, sans crier gare, TF1 déprogramme la très populaire série Person of Interest (sept millions de spectateurs !) au profit du retour de Grey's Anatomy, frustrant le public de la fin de la saison 1, alors qu'il ne reste que deux épisodes à passer. Inversement, en juin 2007, face à la menace de non renouvellement de leur série Jéricho, et s'inspirant d'une réplique culte du héros : "Nuts!" (équivalent de "Des clous !" et aussi traduction anglaise de "noix"), les fans font livrer dix-huit tonnes de noix dans la cour des bureaux de la chaîne CBS qui craque et finit par lancer une saison 2. OK, je sais donc pour qui écrire, mais j'hésite encore. C'est alors qu'en surfant le net, mon œil est attiré par un visage à l'air grave qui me dit quelque chose. Je presse "play". Un Roy Thinnes, vieilli mais reconnaissable, doublé par la voix inoubliable de Dominique Paturel, témoigne face caméra : "C'était il y a vingt ans, je roulais à la recherche d'un raccourci que jamais je n'ai trouvé. Il faisait nuit quand soudain je les ai vus atterrir, un vaisseau spatial venu d'une autre galaxie, juste là, devant moi... Et personne ne m'a jamais cru ! Vous imaginez si à l'époque j'avais eu mon caméscope Hitachi..." Un bandeau apparaît : "David Vincent, l'homme qui a vu les Envahisseurs." Puis arrive, sur fond d'écran qui se déchire, la musique lancinante que tous les enfants des sixties comme moi connaissent par cœur. J'éprouve alors une irrésistible envie de m'acheter un caméscope Hitachi. Je décide d'être fort et d'écrire une chronique mensuelle à la place. J'espère de tout cœur qu'elle vous plaira.

1. Sherlock & Elementary
Par Miceal O'Griafa

publicité

Pied de page