Dépêche | Censure libyenne pour Dan Brown

The odour of strong liquor went before him. It was often that way with police doctors, who seemed as a trible incapable of proceeding directly from their surgeries to a crime scene without first stopping off at a public house. Perhaps it was the anticipation of their appontment with death that obliged them to take such a fortifying detour.
R. N. Morris - The Mannequin and the Monkey
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 07 avril

Contenu

société

MAJ mardi 07 avril

Censure libyenne pour Dan Brown
25/01/2017

Censure libyenne pour Dan Brown
L'auteur américain Dan Brown, spécialiste des romans policiers ésotériques, ne s'attendait sûrement pas à figurer sur une liste d'écrivains censurés en compagnie de Paulo Coelho et de Naguib Mahfouz. C'est pourtant le cas depuis que les services de sécurité libyens sont intervenus dans la ville d'al-Marj, à l'est du pays, comme l'annonce l'AFP. Une information reprise par Livres hebdo ce jour. Pourquoi une telle censure ? L'auteur du Da Vinci code est accusé de commettre une "invasion culturelle", en compagnie de ses coreligionnaires, avec des thématiques ou des approches contraires aux préceptes de l'islam sunnite. L'absurdité kafkaïenne de la situation aura sûrement échappé aux autorités autoritaires du pays, mais apparemment pas à la centaine d'écrivains libyens qui dénoncent une "tentative de museler les voix et de confisquer la liberté d'opinion et de pensée". Comme l'aurait dit Pierre Dac, la censure est en dérangement. Louis Malle aurait pu ajouter que dans ce cas précis, on assiste à la censure pour l'échafaud, ou à tout le moins à un autodafé... Ce qui dans le cas de l'auteur d'Inferno est un retour syllogistique aux sources du Mal.


Liens : Dan Brown

Par Julien Védrenne

Pied de page