Dépêche | Tobie Nathan finaliste du Goncourt 2015

Le 25e régiment de reconnaissance, les types du CLAS et particulièrement ceux qui se trouvent en poste à Lakhdaria ont les mains couvertes de sang. Du sang d'innocents, entre autres. Et en ce qui concerne Bougachiche, c'est le sang de son propre frère. C'était suffisant pour le laisser se suicider. Mais Benlazar se considère à peine moins dégueulasse que lui.
Frédéric Paulin - La Guerre est une ruse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 mai

Contenu

prix littéraire

MAJ dimanche 19 mai

Tobie Nathan finaliste du Goncourt 2015
27/10/2015

Tobie Nathan finaliste du Goncourt 2015
C'est en Tunisie depuis le musée du Bardo que l'Académie Goncourt a dévoilé sa troisième et ultime sélection du Prix Goncourt qui sera remis le 3 novembre chez Drouant. Les dix membres présidés par Bernard Pivot ont peut-être exclu avec 2084 de Boualem Sansal l'un des romans les plus ambitieux de cette rentrée littéraire. Des guatre titres encore en lice, ils n'en ont conservé que quatre. Et si aucun ouvrage k-libré ne se trouve dans le lot, l'un des romanciers est particulièrement bien connu des amateurs de thrillers puisqu'il s'agit de Tobie Nathan. À la réflexion, et en tirant un peu sur la corde, on notera que dans le ghetto juif du Caire imaginé par le romancier, outre Zohar l'insoumis, il y a aussi des mendiants, des filous, des pauvres et des commères. Bref : de quoi faire une fresque urbaine sociale. L'affaire valait bien une petite dépêche. Gageons que son roman, Ce pays qui te ressemble, (Stock) aura toutes ses chances.

Troisième sélection :
- Titus n'aimait pas Bérénice, de Nathalie Azoulai (P.O.L.) ;
- Boussole, de Mathias Énard (Actes Sud) ;
- Les Prépondérants, de Hédi Kaddour (Gallimard) ;
- Ce pays qui te ressemble, de Tobie Nathan (Stock).


Liens : Tobie Nathan | Prix Goncourt

Par Julien Védrenne

Pied de page