Dépêche | Le Studio présente Police fédérale, Los Angeles

Les cas de personnes disparues sont inhabituels parce que, en soi, il ne s'agit pas d'un crime. Nous déterminons la gestion de chaque cas en nous appuyant sur la vulnérabilité de la personne disparue, en évaluant le risque qu'elle peut représenter pour elle-même ou pour les autres. Le niveau de risque a un impact sur les moyens qui sont mis en œuvre pour retrouver la personne.
Sue Welfare - Losing Leah
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 juin

Contenu

cinéma

MAJ lundi 24 juin

Le Studio présente Police fédérale, Los Angeles
27/03/2014

Le Studio présente <em>Police fédérale, Los Angeles</em>
"Los Angeles, 1985. L'agent fédéral Richard Chance (William L. Petersen) est sur la piste d'Eric Master (Willem Dafoe), un impitoyable faux-monnayeur n'hésitant pas aller jusqu'au meurtre pour conforter son empire criminel. La quête entreprise par Chance pour mettre hors d'état de nuire Master devient bientôt obsessionnelle, emmenant l'homme du FBI aux limites de la légalité comme de la folie. Aussi solaire que French Connection – une première incursion dans le polar qui consacra d'emblée William Friedkin comme un maître du genre – était crépusculaire, Police Fédérale, Los Angeles s'impose comme une variation brillante et fascinante sur les ambiguïtés de la lutte entre le "Bien" et le "Mal", une thématique chère au réalisateur de L'Exorciste et de Cruising. Vertigineuse, cette plongée dans les abysses les plus noires de l'âme humaine se double d'une puissance d'impact jamais démentie : Police Fédérale, Los Angeles multiplie des séquences d'action saisissantes, parmi lesquelles une sidérante poursuite automobile. On l'aura compris : avec Police Fédérale, Los Angeles William Friedkin atteint un nouveau sommet dans l'art du polar cinématographique !" Cette présentation dithyrambique est l'œuvre de Pierre Charrel, qui viendra débattre à l'occasion de la projection du film de William Friedkin le vendredi 4 avril à 20 h 30 au cinéma havrais Le Studio (3, rue du Général Sarrail - 76600 Le Havre. Tél. : 02.35.21.36.28) à l'occasion d'une projection coorganisée avec l'association Les Ancres noires, qui aime à promouvoir la littérature policière et le film noir, et qui organise le festival Polar à la plage, dont la prochaine édition se déroulera du 13 au 15 juin sur la jetée de la cité normande.


Liens : Les Ancres noires | Polar à la Plage

Par Julien Védrenne

Pied de page