Dépêche | Fritz Lang, Andre De Toth, Joseph H. Lewis & Orson Welles

Hé, je te parle de ma mère et tu réponds pas ? Pour qui tu te prends  T'es moche, tu fais le même boulot minable que ma mère, t'es minable et j'aime rien de toi.
Tito Topin - Parfois je me sens comme un enfant sans mère
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 26 mai

Contenu

cinéma

MAJ dimanche 26 mai

Fritz Lang, Andre De Toth, Joseph H. Lewis & Orson Welles
20/01/2014

Fritz Lang, Andre De Toth, Joseph H. Lewis & Orson Welles
Comme la semaine dernière, L'Action Christine* propose un festival dédié à Fritz Lang ainsi que des focus sur des films de André de Toth, Joseph H. Lewis et - ajout de la semaine - Orson Welles. Ce dernier fait son apparition pour La Soif du mal, présenté pour l'occasion dans une version restaurée plus en accord avec la vision du réalisateur, nous affirme-t-on. Le seul moyen de s'en rendre compte est, bien entendu, d'aller y jeter un peu plus qu'un œil...

Exclusivité 1 : Le Démon des armes (Gun Crazy), de Joseph H. Lewis
"Un joyau du film noir. Aucun aspect directement social ici, mais une plongée dans l'univers mental de deux personnages particulièrement névrotiques, reliés entre eux par une sexualité plus intense que de coutume chez les couples en fuite qui peuplent le genre, et par un amour instinctif et profond, au-delà des mots. On a beaucoup parlé à leur propos d''amour fou'. Dans le dialogue, le personnage de Bart compare son union avec Laurie à celle d'une arme et de ses munitions. Un ensemble de qualités formelles soudées ensemble par une nécessité esthétique profonde (et par le manque d'argent) font du film un chef d'œuvre : expressionnisme de la photo, précision fulgurante des cadrages et des mouvements d'appareil, virtuosité des plans-séquences (le célèbre hold-up filmé en un seul plan), utilisation réaliste et inventive des extérieurs réels, énergie et sécheresse du montage. Sans oublier deux acteurs étonnants qui trouvent le rôle de leur vie dans cette manière inoubliable et sublime de coller à leur personnage ; la perversité enchaînée à l'immaturité avec, chez l'un comme chez l'autre, une trace encore sensible - mais lointaine et souillée - de l'enfance. Sans la moindre complaisance à leur égard, Joseph H. Lewis manifeste vis-à-vis de ses deux héros une sorte de curiosité distante et très attentive : celle qu'on doit à la monstruosité quand elle est aussi parfaite et qu'elle devient alors, comme c'est le cas ici, un document brut sur certaines anomalies de la nature humaine."
Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma (Robert Laffont)

Mercredi 22 janvier :
Le Démon des armes (Gun Crazy), de Joseph H. Lewis (20 heures & 22 heures).
Jeudi 23 janvier :
Le Démon des armes (Gun Crazy), de Joseph H. Lewis (14 heures & 16 heures).
Vendredi 24 janvier :
Le Démon des armes (Gun Crazy), de Joseph H. Lewis (16 heures & 18 heures).
Samedi 25 janvier :
Le Démon des armes (Gun Crazy), de Joseph H. Lewis (20 heures & 22 heures).
Dimanche 26 janvier :
Le Démon des armes (Gun Crazy), de Joseph H. Lewis (16 heures & 18 heures).
Lundi 27 janvier :
Le Démon des armes (Gun Crazy), de Joseph H. Lewis (18 heures, 20 heures & 22 heures).

Exclusivité 2 : Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth
"Martin Scorsese considère Ramrod comme étant 'un western cynique et macabre, qui conserve une fraîcheur étonnante'.
Dans un ouvrage consacré à André De Toth, Bertrand Tavernier déclare que ce cinéaste savait donner aux rôles féminins une 'consistance, une force tout à fait rare'. Et que Ramrod 'bien avant Johnny Guitare, faisait des femmes les vraies héroïnes du récit. Confronté à des sujets ultra-conventionnels, De Toth parvient à donner une vraie présence à ses actrices'."

Mercredi 22 janvier :
Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth (14 heures & 16 heures).
Jeudi 23 janvier :
Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth (18 heures & 20 heures).
Vendredi 24 janvier :
Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth (20 heures & 22 heures).
Samedi 25 janvier :
Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth (14 heures & 16 heures).
Dimanche 26 janvier :
Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth (18 heures & 20 heures).
Lundi 27 janvier :
Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth (20 heures & 22 heures).
Mardi 28 janvier :
Femme de feu (Ramrod), de Andre De Toth (14 heures & 16 heures).

Exclusivité 3 : La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles
"Depuis sa sortie en 1958, La Soif du mal est devenu un film culte figurant parmi les meilleurs de ce siècle. Malgré cela, le film ne reflétait pas les intentions originelles de Welles. Nous vous en présentons cette semaine la version restaurée. 'Ce Touch of Evil est juste une meilleure version du même film, c'est-à-dire plus en accord avec la vision du réalisateur, plus résonnante, plus claire. En d'autres mots, ce que cela aurait dû être dès le début.' écrit Walter Murch..."

Mercredi 22 janvier :
La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles (18 heures).
Jeudi 23 janvier :
La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles (22 heures).
Vendredi 24 janvier :
La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles (14 heures).
Samedi 25 janvier :
La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles (18 heures).
Dimanche 26 janvier :
La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles (22 heures).
Lundi 27 janvier :
La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles (14 heures).
Mardi 28 janvier :
La Soif du mal (Touch of Evil), de Orson Welles (18 heures).

Festival : Fritz Lang
Dès 1922, la réussite des Trois lumières établit son statut de grand réalisateur. M. le Maudit (1931) lui vaut une réputation internationale. À tel point, qu'en 1933 Goebbels, ministre de la propagande du IIIe Reich, lui propose la direction du cinéma allemand. Ce qu'il refuse en partant immédiatement pour Paris. En France, Lang tourne Liliom (1934), puis part pour Hollywood. Malgré ses difficultés face aux méthodes de travail des grands studios, il parvient à contrôler la production de ses films, travaillant discrètement aux scénarios et s'arrangeant pour éviter des coupes trop mutilantes au montage. C'est ainsi que sa période américaine est riche en œuvres majeures telles que Les Bourreaux meurent aussi (1943), La Femme au portrait (1944), Les Contrebandiers de Moonfleet (1955). Après L'Invraisemblable vérité (1956), son dernier film américain, Lang rentre en Europe. Il se retire à Beverley Hills en 1960, afin d'y finir ses jours le 2 août 1976.

Mercredi 22 janvier :
Le Tombeau hindou (Das indische grabmail), de Fritz Lang (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Jeudi 23 janvier :
House by the River (House by the River), de Fritz Lang (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Vendredi24 janvier :
La Femme au portrait (The Woman in the Window), de Fritz Lang (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Samedi 25 janvier :
Le Ministère de la peur (Ministry of the Fear), de Fritz Lang (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Dimanche 26 janvier :
Les Contrebandiers de Moonfleet (Moonfleet), de Fritz Lang (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Lundi 27 janvier :
Désirs humains (Human Desires), de Fritz Lang (14 heures, 16 heures & 18 heures).
Mardi 28 janvier :
La Cinquième victime (While the City Sleep), de Fritz Lang (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).

* L'Action Christine
4, rue Christine
75006 Paris
Tél. : 01.43.25.85.78
contact@actioncinemas.com


Liens : Fritz Lang | Joseph H. Lewis

Par Julien Védrenne

Pied de page