Dépêche | Hubert Tézenas et Lenine

On ne voulait pas changer le monde, juste foutre la merde.
Julian Gilbey - L'Ascension d'un homme de main
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

musique

MAJ dimanche 22 juillet

Hubert Tézenas et Lenine
23/06/2013

Hubert Tézenas et Lenine
Hubert Tézenas, traducteur de son état, vient de sortir chez L'Écailler, un premier roman noir, L'Or de Quipapá, qui dresse un état des lieux affligeant de la corruption au Brésil dans les années 1980, et de la violence urbaine et policière. L'association Fondu au noir, quant à elle, a fait passer l'auteur par tous ses canaux. En garde à vue dans son numéro 15 de L'Indic, invité de l'émission "Fais pas ta rosière" du lundi 3 juin, l'homme se souvient aujourd'hui de cet air (c'est la coutume) sur le blog de Dj Duclock, alias Émeric Cloche, que nous connaissons doublement bien sur k-libre puisque depuis plus de deux ans, il nous offre des petits polars musicaux, et qu'il est l'une des parties bicéphales de l'association Fondu au noir, l'autre étant Caroline de Benedetti. Pour l'heure, Hubert Tézenas se souvient de cet air, et cet air est "Candeeiro encantado", de Lenine. Tout cela est à découvrir sur le blog précité, le romancier évoque son année 1997 entre Recife et Olinda sous la chaleur qui n'est pas s'en rappeler, évidemment, celle de son roman.

Fais pas ta rosière, avec Hubert Tézenas

Hubert Tézenas se souvient de cet air


Liens : L'Or de Quipapá | Hubert Tézenas | Émeric Cloche | Fondu au noir | L'Indic

Par Julien Védrenne

Pied de page