Dépêche | Concert parisien des gardiens de la paix

Mes chances n'auraient peut-être pas été beaucoup plus grandes, amis il serait toujours resté un doute ? la théorie du crime de rodeur, du massacre mystérieux aurait pu être défendu.
Jean-Marc Pitte - Gueule d'ange
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 16 avril

Contenu

musique

MAJ vendredi 16 avril

Concert parisien des gardiens de la paix
27/06/2012

Concert parisien des gardiens de la paix
L'on reconnait usuellement, d'après le philosophe Astérix, la force d'une armée à la qualité de sa cantine. En va-t-il de même pour la musique et les gardiens de la paix ? Si dans le cas précédent, l'irrévérencieux Gaulois affirme que plus la bouffe est mauvaise plus l'armée est bonne (de mémoire, voir Astérix légionnaire pour retrouver la citation exacte), nul doute qu'en matière orchestrale et fortement cuivrée la musique doit être à la hauteur. Quoiqu'il en soit, tout est dans le rythme... L'orchestre d'harmonie des gardiens de la paix, sous la direction de Jean-Jacques Charles, sera accompagné par cinq élèves de l'institut national des jeunes aveugles à l'occasion d'un concert salle Olympe de Gouges (15, rue Merlin - 75011 Paris ; métro Père-Lachaise) le jeudi 28 juin à 20 heures. Il proposera un programme de musique légère autour de grands standards de jazz et de "succès" cinématographiques. L'information méritait d'être relayée !

Programme
"Huit et demi", de Nino Rota
"The Phantom Regiment", de Leroy Anderson
"Music of the Four Winds", de Roger Roger
"Donkey's March", de Tibor Serly
"Ciao Trenet", arrangement de jean-Jacques Charles
"Gershwin !", arrangement de W. Barker
"Mannix", de Lalo Shiffrin
"My Funny Valentine", de Rodger & Hart
"Work Song", de Nat Adderley
"La Chanson des Jumelles", de Michel Legrand
"Tico Tico", de Zequinha Abreu



Par Julien Védrenne

Pied de page