Dépêche | Argent facile adapté au cinéma

Elle essayait d'y voir plus clair, notamment sur l'âge des cognacs et leurs règles compliquées. Un VSOP devait compter quatre ans, un XO six ans au moins. En revanche, les instances professionnelles laissaient libre cours au propriétaire pour donner à sa production des noms de cuvées spéciales : Réserve, Prestige, ou encore le patronyme d'un ancêtre. Dans l'optique de créer une nouvelle gamme, c'était très intéressant.
Martine Delomme - La Mémoire des anges
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 24 novembre

Contenu

cinéma

MAJ mardi 24 novembre

Argent facile adapté au cinéma
29/03/2011

Argent facile adapté au cinéma
C'est une adaptation très libre du premier volet de la trilogie "Stockholm noir" (Plon) de Jens Lapidus que le réalisateur Daniel Espinosa a couché sur pellicule. Une adaptation très libre, mais néanmoins très réussie. Sorti en 2010 en Suède, le film y a rencontré un énorme succès, traînant plus de 600 000 spectateurs dans les salles obscures, soit autant que pour le troisième volet de "Millénium" qui disposait pourtant de 40% de plus d'écrans dans tout le pays.



Depuis, le film s'est vendu dans trente autres pays et risque d'y connaître le même engouement. Les États-Unis, sans grande surprise, préparent de leur côté un remake du film avec dans le rôle principal Zac Efron. Paradoxalement : un gage de qualité.
Il faut dire que tous les ingrédients d'un bon thriller avec ce qu'il faut de violence, de suspense et de romance sont réunis dans Easy Money. Le tout rythmé par une réalisation inspirée et porté par des acteurs inconnus au bataillon et pourtant époustouflants.
Si le roman de Jens Lapidus est bien plus dense et impitoyable, le film ne trahit pour autant pas tout à fait l'esprit du best-seller. Il lui rend même un bel hommage, dans une forme plus concise et sans doute plus fédératrice. Parfait pour en faire un blockbuster.

Daniel Espinosa est actuellement en Afrique du sud sur le tournage de son prochain film -encore un thriller-, dont Denzel Washington tient la vedette. C'est l'auteur de L'Argent facile (Plon), Jens Lapidus qui a donc poliment assuré la promotion du film à Paris. k-libre l'a rencontré à l'Institut suédois. Dans un intérieur "très scandinave" de son propre aveu. Écoutez-le. Pour ceux qui ont déjà lu le livre, il vous donnera peut-être envie de tenter la "forcément" décevante adaptation. Pour ceux qui ne l'ont pas encore lu, k-libre vous conseille de voir le film avant de vous plonger dans le livre. Quoiqu'en pense Jens Lapidus, dans ce sens de lecture, son roman n'est que plus savoureux.


Liens : Stockholm noir, l'argent facile | Jens Lapidus

Par Jawaher Aka

Pied de page