Dépêche | La BiLiPo à l'heure du bagne

Vous n'avez absolument aucun sens de la servilité. Ce qui vous rend inapte à l'industrie hôtelière. Je me demande comment Louis Adlon a bien pu vous embaucher. Vous êtes une brute. Et vous le serez toujours.
Philip Kerr - Hôtel Adlon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

exposition

MAJ mardi 16 juillet

La BiLiPo à l'heure du bagne
05/11/2010

La BiLiPo à l'heure du bagne
Depuis le 5 novembre, la BiLiPo expose sur les bagnes coloniaux. On a tous plus ou moins une réminiscence de Henri Charrière dit "Papillon", et de ses multiples tentatives d'évasion de Cayenne. On garde surtout en mémoire son interprétation par Steve McQueen en 1973 dans le film Papillon réalisé par Franklin J. Schaffner. Mais la vie d'un bagne colonial n'a que peu à envier à celle d'un bagne de Sibérie (les passionnés se régaleront des Carnets de la maison morte, autant de souvenirs relatés par Dostoïevski).
Dans cette exposition, dont les commissaires ne sont autres que Dominique Kalifa, historien et professeur d'histoire contemporaine à Paris I et Jérôme Pierrat, journaliste et historien du crime, deux aspects sont principalement abordés : la mise en valeur des nouveaux territoires associée aux tentatives de régénération des criminels.
Dans le cadre de cetteexposition sur les bagnes coloniaux présentée jusqu'au 26 février 2011, la bibliothèque des littératures policières vous propose également un cycle comportant rencontres, conférence et visites guidées.

Le samedi 8 janvier à 16 heures
Les femmes bagnardes par Odile Krakovitch.
De 1859 à 1907, des centaines de femmes connaissent le fond de la misère humaine à Cayenne, à Saint-Laurent-du-Maroni, à Bourrail et à la presqu'île Ducos, près de Nouméa.
Parties pour refaire leur vie, ces bagnardes subissent la faim, les punitions, les maladies, la mesquinerie des rapports avec l'administration. Très peu ont, comme Louise Michel et ses amies communardes, le cran de résister et surtout le droit de revenir en métropole et de témoigner. Elles survivent dans l'indifférence et l'hypocrisie, sans troubler la bonne conscience de nos pères républicains.
C'est à ces femmes oubliées qu'Odile Krakovitch a donné vie dans un ouvrage réédité en 1998 aux éditions Perrin. Conservatrice générale aux Archives nationales et spécialiste de la censure théâtrale, elle a publié de nombreux inventaires sur les colonies et bagnes coloniaux, sur les théâtres, ainsi que sur les imprimeurs et éditeurs parisiens au XIXe siècle. C'est grâce à son formidable travail de classement et d'inventaire de fonds désormais consultable aux archives d'Outre-mer à Aix-en-Provence qu'elle a pu reconstituer le destin de quelque deux mille détenues. Elle revient pour nous sur cet aspect du bagne longtemps négligé faute de sources.

Le samedi 29 janvier à 16 heures
Des ressources en ligne sur les bagnes par Philippe Zoummeroff et Marc Renneville.
Rencontre avec Philippe Zoummeroff, bibliophile averti qui porte depuis des années un intérêt majeur aux questions pénales (il a créé une bourse de recherche sur le sujet et une bourse de réinsertion des détenus). De nombreuses pièces remarquables de sa collection d'ouvrages et d'images rares sont actuellement exposées à la BILIPO. Son souci de rendre accessibles ses documents l'a conduit à créer un site Internet sur lequel figurent des bibliographies, des vidéos, des images numérisées téléchargeables, des dossiers et des expositions virtuelles. Marc Renneville, chargé d'études et de recherches historiques au ministère de la Justice, chercheur associé au centre Koiré, auteur d'une thèse intitulée Crime et folie, publiée chez Fayard en 2003, collabore à la mise en œuvre de ce projet ambitieux. Il est lui-même directeur de la publication du site Criminocorpus, un portail sur l'histoire de la justice, des crimes et des peines, hébergé par le CNRS.
La rencontre animée par Emmanuel Laurentin, producteur de l'émission "La Fabrique de l'histoire" sur France-Culture, permettra de mesurer le rôle qu'ils jouent tous deux dans la diffusion de connaissances qui intéressent au premier chef les lecteurs de la BILIPO.

Le samedi 5 février à 16 heures
Rencontre avec les deux commissaires de l'exposition "Les Bagnes coloniaux".
Jérôme Pierrat, journaliste et écrivain, est notamment l'auteur de Une histoire du milieu : grand banditisme et haute pègre en France de 1850 à nos jours (Denoël, 2003), Les Vrais, les durs, les tatoués (avec Éric Guillon, Larivière, 2004), La Guerre secrète des casinos (avec Christian Lestavel, Fayard, 2007), de Gangs de Paris : petite chronique du milieu des années 1970 à nos jours (Parigramme, 2007).
Dominique Kalifa, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris I, est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés au crime, notamment L'Encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle Époque (Fayard, 2005), Crime et culture au XIXe siècle (Perrin, 2005) et Biribi. Les bagnes coloniaux de l'armée française (Perrin, 2009). Il a été commissaire de plusieurs expositions présentées à la BILIPO : "Les Crimes de Paris au XIXe siècle", "Célérité et discrétion : les détectives privés français de Vidocq à Burma" et "Gangsters de Paris" en 2007, en collaboration avec Jérôme Pierrat.

Les samedis 15 janvier et 19 février à 15 heures
Visites guidées de l'exposition par Franck Sénateur
Enseignant, Franck Sénateur est passionné depuis de longues années par l'histoire des bagnes et a réuni une collection exceptionnelle sur le sujet. Président de l'association Fatalitas, "l'Association pour l'histoire et l'étude des établissements pénitentiaires de Métropole et d'Outre-mer", auteur avec Bernard Cognaud et Paul Mauro de Martinière, le transport des forçats (1910-1955) chez Marine éditions en 2008 et de Évadés aux éditions Pascal Petiot en 2008, il propose deux visites commentées d'une exposition qu'il a très largement enrichie de pièces rares extraites de ses fonds personnels.

Info pratiques :
Exposition ouverte du mardi au vendredi de 14 heures à 18 heures et le samedi de 10 heures à 17 heures.
Entrée libre du 5 novembre 2010 au 26 février 2011.
Bilipo (Bibliothèque des littératures policières) - 48/50, rue du Cardinal-Lemoine - Paris 5e.
Merci de vous inscrire auprès de la BILIPO au 01 42 34 93 00.



Par Julien Védrenne

Pied de page