Dépêche | Florent Couao-Zotti récompensé

Vous ne valez pas un clou, et c'est son argent. Et vu la tournure des événements, vous serez utile comme tête brûlée.
Edwin L. Marin - L'Amazone aux yeux verts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 février

Contenu

prix littéraire

MAJ mardi 25 février

Florent Couao-Zotti récompensé
01/05/2010

Florent Couao-Zotti récompensé
Florent Couao-Zotti vient de recevoir le prix Ahmadou Kourouma 2010* pour son roman Si la cour du mouton est sale, ce n'est pas au porc de le dire, publié au Serpent à Plumes.
Le romancier béninois sera présent au festival des Étonnants voyageurs qui se tiendra à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) du 22 au 24 mai et participera au Marathon des mots de Toulouse du 2 au 6 juin.

* Prix Ahmadou Kourouma
Le nom de ce prix rend hommage à l'écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma, né le 24 novembre 1927 à Boundiali (Côte d'Ivoire) et mort le 11 décembre 2003 à Lyon. Créé en 2004 en même temps que le Salon africain - une manifestation qui s'inscrit dans le Salon international du livre et de la presse de Genève initié en 1986 par Pierre-Marcel Favre et se déroulant tous les ans au printemps au Palexpo genevois - il récompense un essai ou une fiction traitant de l'Afrique noire et dont l'esprit, le ton, rappellent ceux de l'œuvre d'Ahmadou Kourouma.
Parrainé par une institution suisse - la Direction du développement et de la coopération - il doit son existence à l'initiative conjointe de trois personnalités : Jacques Chevrier, professeur émérite à la Sorbonne, Jean-Louis Gouraud, ancien directeur de Jeune Afrique, et Pierre-Marcel Favre.
NB - En 2005 c'était aussi un auteur des éditions du Serpent à Plumes, Tanella Boni, qui recevait le prix Ahmadou Kourouma pour son roman Matins de couvre-feu.
I. Roche/k-libre


Liens : Si la cour du mouton est sale, ce n'est pas au porc de le dire | Florent Couao-Zotti

Par Isabelle Roche

Pied de page