k-libre - auteur - Jean-Claude Izzo

On est désormais sûrs de deux choses, résuma Kristmann. Premièrement, Manfred est responsable de la mort d'Ingimar, deuxièmement il a dénoncé Osvaldur et Christian.
Arnaldur Indridason - La Femme de l'ombre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 26 avril

Contenu

Jean-Claude Izzo

MAJ mardi 26 janvier 2010
© D. R.

Biographie Jean-Claude Izzo


Naissance à Marseille le 20 juin 1945.
Mort à Marseille le 26 janvier 2000.
Né d'un père italien qui émigre à Marseille et d'une mère française mais aux origines espagnoles, Jean-Claude Izzo est avant tout un Méditerranéen et ses écrits s'en retrouveront imprégnés. Il commence à écrire très jeune. Dans le même temps, il obtient un CAP de tourneur-fraiseur. À l'âge de seize ans, avec des amis, ils montent une éphémère boîte de nuit. Deux ans plus tard, il est vendeur à La Clairière, une librairie marseillaise. Il milite activement à Pax Christi, un mouvement politique pour la Paix. L'heure du service militaire arrive. Jean-Claude Izzo fait ses classes à Toulon avant de s'embarquer pour Djibouti. S'il travaille pour le journal de l'armée et multiplie les photos, le pacifique convaincu qu'il est entame une grève de la faim qui le verra alors perdre quinze kilos. Son retour sur le sol métropolitain signe le retour aux "vieilles habitudes". Reprise de son travail de vendeur en librairie et de ses activités à Pax Christie. Celui qui continue d'écrire des poèmes intègre le PSU, devient candidat aux élections législatives en juin 1968 à Marseille, puis adhère au PCF. Marié à Marie-Hélène Bastianelli, il collabore au magazine communiste La Marseillaise Dimanche, publie Poèmes à haute voix, son premier recueil de nouvelles aux éditions Pierre Jean Oswald, devient bibliothécaire au comité d'entreprise de BP Lavéra, et multiplie les articles jusqu'à devenir journaliste à La Marseillaise. 1978 est une année de rupture(s). Il quitte sa femme et le PCF, puis La Marseillaise. Les petits boulots se multiplient, la galère augmente. Pigiste à La Vie mutualiste, animateur radio, co-créateur de revue, puis rédacteur en chef de La Vie mutualiste qui est devenue entretemps Viva, il s'installe à Paris. Là, il participe à la création d'événements littéraires dont le Festival du polar de Grenoble et Étonnant voyageur de Saint-Malo. C'est à la "Série noire" que Jean-Claude Izzo fait une entrée remarquée en 1995 avec Total Khéops, premier volet d'une trilogie consacrée à Fabio Montale (avec Chourmo, en 1996 et Soléa, en 1998). Son dernier roman à peine achevé en 1999, Le Soleil des mourants, Jean-Claude Izzo s'éteint d'un cancer au début de l'année 2000.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde8 (Article)


site : http://www.jeanclaude-izzo.com/

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page