k-libre - auteur - Leonardo Padura

Dans l'Ouest, la justice et les tribunaux étaient inconnus. Les premiers pionniers se considéraient les maîtres de leurs empires. La loi n'était pas de cet avis. Un juge itinérant des Etats-Unis avait besoin de trois choses : le code pénal, un cheval et une arme. Plus il avançait à l'ouest, moins le code lui était utile. J'allais vers l'ouest.
Jacques Tourneur - Le Juge Thorne fait sa loi
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 mars

Contenu

Leonardo Padura

MAJ mercredi 30 octobre 2013
© D. R.

Biographie Leonardo Padura


Naissance à La Havane le 09 mai 1955.
Fils d'un commerçant devenu chauffeur de bus après la Révolution cubaine, Leonardo Padura obtient une licence de littérature hispano-américaine, et auteur d'une thèse sur Inca Garcilaso de la Vega, un chroniqueur métis amérindien de langue espagnole, premier écrivain péruvien du XVIe siècle, fils d'un conquistador et d'une princesse inca, célèbre pour ses Comentarios Reales de los Incas. Il rencontre le romancier Daniel Chavarría alors qu'il étudie le latin à la Faculté de philologie de La Havane. Il est ensuite journaliste pour Juventud Rebelde, dont il assume les pages littéraires du supplément dominical tout en écrivant des articles de fond hétéroclites. Puis il est rédacteur en chef jusqu'en 1995 de la Gazeta de Cuba. Parallèlement, il conçoit des scénarios pour le cinéma, écrit un ouvrage sur la salsa puis se lance dans une œuvre romanesque dont le but essentiel est de lever le voile sur la société cubaine. Lorsqu'en 1991 il donne naissance au personnage de Mario Conde dans son roman Passé parfait (Prix des Amériques insulaires 2002), qui inaugure le cycle "Les Quatre saison, il pose une véritable réflexion sur "ce pays si chaud et hétérodoxe où il n'y a jamais rien eu de pur". Mario Conde est un détective privé "hétérosexuel macho-stalinien", qui cumule tous les vices de ses aïeux du hard boiled nord-américain. Principal protagoniste d'un cycle qui se poursuit avec Vents de carême, Electre à La Havane et L'Automne à Cuba, Mario Conde réapparait dans d'autres romans de l'écrivain cubain, qui s'ils gardent La Havane pour décor, n'ont d'autre but que de dénoncer la corruption des élites dans une langue poétique tout en déjouant la censure de Cuba et être d'abord reconnu nationalement (il est à plusieurs reprises l'écrivain cubain le plus lu de l'année) puis internationalement.


Récompenses :
Prix Princesse des Asturies "Lettres" 2015


On en parle : La Vache qui lit119 (Article)


Présence à un festival :

2015 : Quais du Polar


site : http://www.leonardopadura.com/

Bibliographie*

Romancier :

Notes :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page