k-libre - auteur - Aline Weill

On verra... En attendant, j'ai trois cadavres sur les bras et je me vois mal expliquer aux médias, qui nous roulent dans la boue du scandale, que tout ça... Ben... C'est de la faute à l'alchimie, messieurs dames les journalistes !
Éric Giacometti, Jacques Ravenne & Éric Albert - Le Frère de sang. 2/3
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 août

Contenu

Aline Weill

MAJ mardi 16 juillet 2013
© D. R.

Biographie Aline Weill


Naissance à Paris le 05 mai 1960.
Une enfance sage et bourgeoise semblait prédisposer la suspecte à l'enseignement, voire à abdiquer toute vie professionnelle pour épouser un cadre brillant qui lui aurait donné beaucoup d'enfants, mais heureusement, le destin en a décidé autrement.
Un goût précoce pour le théâtre la mène à rater de peu l'entrée au Conservatoire (à une voix près, celle d'Antoine Vitez...) et, après quelques années d'études d'allemand et d'espagnol à la Sorbonne, des rencontres providentielles avec diverses œuvres et des traducteurs confirmés la font tomber dans la traduction comme dans une potion magique. Le mal s'enracine et, vingt-sept ans plus tard, il reste inextirpable.
Côté polars, ses premières lectures sont on ne peut plus classiques : elle découvre Maurice Leblanc à douze ans, Georges Simenon un peu plus tard, puis Agatha Christie et les romancières anglaises contemporaines (elle traduira quatre romans de Ruth Rendell ).
Ses goûts la conduiront toujours à faire le grand écart entre des traductions très ecclectiques, qui oscillent aujourd'hui, avec une régularité d'horloge, entre les romans classiques, les textes psychanalytiques et les polars : avec le temps, fort heureusement, elle a découvert les romans policiers américains, mais elle garde un certain goût pour les polars d'ambiance et psychologiques (elle a une sainte horreur des hécatombes et des meurtres en série). Un de ses auteurs préférés est Lawrence Block , dont elle a traduit en 2009 un petit bijou inédit des années 1960, Heureux au jeu.
Pour en savoir plus sur la suspecte et ses traductions hors polar, voir l'entretien suivant avec Marion Guillouzouic et Laura Chantoin.


Bibliographie*

Traducteur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page