k-libre - auteur - Christian Laurella

La modernité du bureau de poste des épinettes, dans le XVIIe arrondissement de Paris, me laissa sans voix.
Gordon Learing - Post Mortel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 septembre

Contenu

Christian Laurella

MAJ vendredi 17 juillet 2015
© Christian Laurella

Biographie Christian Laurella


Naissance à Paris le 04 novembre 1951.
Une enfance calme, mais une adolescence un peu plus mouvementée. Il faut dire qu'à cette époque règnent les minets du 16e et les blousons noirs. Christian Laurella écume quasiment tous les soirs les boums chez des particuliers quand il ne traine pas du côté de l'église américains avec les premiers disques des Beatles et d'Elvis pour accompagner ces débordements. Avec Vincent Bolloré, pour ne pas le nommer, il est répertorié dans un article que l'on peut trouver sur Internet au sujet des minets.

Après son certificat d'études, Christian Laurella enchaine les petits boulot et laisse exprimer sa passion pour les mots, la percussion et la photo. Il n'en oublie pas d'écrire : "J'avais décidé, pour m'éviter tous les matins d'aller chercher du lait, d'installer une vache chez moi, elle allait, elle venait, un jour ça m'a pris, une folie, je l'ai poussée par la fenêtre et j'ai crié de tout mon être ; attention, voilà la vache d'un fou qui vous tombe sur la tête..."
Puis il devient glaceur photo chez Keystone, à l'époque la plus grande agence de presse au monde. Installé rue Royale, il propose des photos des yéyé (Joe Dassin, Sheila...), mais également d'actualité sur Mai-68.
Insoumis, réformé pour cause de "névrose d'angoisse sur fond obsessionnel", il échappe ainsi au service national.

Christian Laurella plonge alors plus profondément dans la musique. On le retrouve en Tunisie où il est batteur dans un groupe africain, puis percussionniste en duo avec Bernard Lavilliers, rencontré à l'époque dans un restaurant du 15e. Il enregistre un disque avec Pierre Akendengué, puis c'est le temps d'une tournée en deux temps et trois années avec le chanteur kabyle Djamel Allam en France et en Algérie. Ensuite, il fait quelques concerts rue Mouffetard avec le regretté Vince Taylor à l'époque où, oublié de tous, ce dernier a échoué dans une chambre d'hôtel minable proche du jardin des Plantes. Enfin, pendant trois ans, son quotidien est cerné par le jazz et la chanson du groupe Zaka percussion.
Pour Christian Laurella, une page musicale se tourne, une autre s'ouvre. Il devient pendant vingt ans tour manager de groupes de jazz et de blues essentiellement américains, et il côtoie des artistes comme Dizzy Gillespie, Stan Getz, Chet Baker ou Ahmad Jamal - entre autres ! Il s'occupe également des intérêts du Cubain Tito Puente et écrit un premier livre, fruit de cette expérience, Tournée générale.
Par la suite, il effectue des remplacements à la batterie pour le cirque Plume et le cirque Gosh, il écrit deux méthodes de percussion, Lili Maldives, un thriller argotique puis un roman érotique sous pseudonyme, roman qui peut aujourd'hui se trouver à La Musardine dans la collection "Lecture amoureuse".
Sortie noire, son thriller noir, très noir, est paru aux éditions niçoise Taurnada, tenues par Joël et Patricia Maissa.


Bibliographie*

Romancier :

  • 2014 - Sortie noire (Taurnada "Le Tourbillon des mots", octobre 2014)
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page