k-libre - auteur - Ann Granger

Un jour on réalisera qu'il y a quelque chose de bien plus dangereux que la folie, parce que beaucoup plus partagé, fait-elle les dents serrées, c'est la bêtise.
Régis Descott - Pavillon 38
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 06 juin

Contenu

Ann Granger

MAJ jeudi 11 juillet 2013

Biographie Ann Granger


Patricia Ann Granger est une auteure britannique née en 1939 à Portsmouth, en Angleterre.

Elle a obtenu un diplôme de langues modernes à l’Université de Londres, a enseigné l’anglais pendant un an en France. Puis, elle est allée travailler dans la section des visas des ambassades et consulats en Colombie, en Yougoslavie, en Tchécoslovaquie et en Autriche. Elle a épousé un collègue de travail dans le service diplomatique et est allée avec lui en Zambie et en Allemagne avant de retourner vivre en Angleterre avec leurs deux enfants.

Ses premiers livres sont des romans historiques, publiés sous le nom de plume d’Ann Hulme. Après son retour en Angleterre, son premier roman policier, Say It With Poison, a été publié en 1991 dans le cadre des Mitchell Markby Mystères.
C’est en 2006 qu’elle réunit son intérêt pour l’Histoire et l’énigme policière avec le premier tome de la série des enquêtes de Lizzie Martin.


Bibliographie*

Romancier :

Actualité

  • 06/11 Édition: Parutions de la semaine - 6 novembre
  • 10/06 Auteur: Un intérêt particulier pour Ann Granger
    Les éditions 10-18 dans leur collection "Grands détectives" ont sorti une nouvelle victorienne de son chapeau. A priori, rien de nouveau à la lecture de la quatrième de couverture de Un intérêt particulier pour les morts de la romancière anglaise Ann Granger, Anne Perry ayant déjà livré des tombereaux de titres semblables depuis son ermitage écossais. "Londres 1864, Lizzie Martin accepte un emploi auprès d'une riche veuve dont la précédente dame de compagnie s'est enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvé dans le chantier de la gare de St. Pancras, Lizzie décide de mener sa propre enquête. Elle pourra compter sur l'aide d'un ami d'enfance devenu inspecteur, Benjamin Ross, pour découvrir la vérité sur la mort de cette femme... dont le sort semble étroitement lié au sien." Voilà une quatrième de couverture, on ne peut plus passe-partout et qui pourrait même convenir pour un Harlequin historique ! Cela reflète l'ambivalence d'Ann Granger qui épouse les types et les structures du genre tout en s'en écartant avec talent car la dame a justement écrit pour Harlequin !
    Ann Granger, née en 1939, a fait carrière chez les fonctionnaires d'ambassades dans le monde. C'est une professionnelle qui s'est fait la main dans la romance historique sous le nom d'Ann Hulme. Le Dragon d'azur, Un scandaleux marché, Faussaires et aventuriers sont quelques titres des quatorze Harlequin série Royale qui ont été traduits entre 1979 et 1991 date de son premier roman policier. Rapidement étiquetée Traditional British fiction, notre romancière s'est lancée dans des séries avec couples : Meredith Mitchell (attachée ambassade)/inspecteur Marky (quinze titres), Jess Campbell (inspectrice)/Ian Carter (superintendent) (trois), Lizzie Martin/Ben Ross (quatre). Sept titres sont consacrés à Fran Varady, une actrice loser. Dans les années 2000, les éditions Liana Levi ont traduit quatre ouvrages (Dîtes-le avec du poison, Danger de mort, Ci-gît la femme de mon amant, Cimetière à vendre) tous d'une simplicité remarquable. C'est le moment de les ressortir car, à la lecture de Un intérêt particulier pour les morts on est fasciné par la mise en place du scénario de la romancière. Deux narrateurs se partagent le livre (une pauvre gouvernante et un inspecteur) et tous les personnages secondaires, comme le cocher du tout début seront employés plusieurs fois autour de cette gare de St. Pancras qui focalise l'attention. De fait, sa construction est l'enjeu du roman avec, notamment les magouilles immobilières qui se trament autour mais aussi la formidable industrialisation qui règne en Angleterre. Ann Granger tisse une bourse puis tire les liens pour éliminer le vide, concentrer les thèmes, souder les protagonistes. Si l'assassinat s'avère basique car ne débouchant sur aucune horreur de serial killer, c'est parce qu'il est crime de société. La vue actuelle et les codes maîtrisés constituent, ici, un miroir motivant de cette société victorienne. D'où cette vraisemblance débouchant sur la revendication d'un honneur féminin. Contrairement à beaucoup d'autres auteurs, Ann Granger en sait plus qu'elle ne dit. Pas de tartines documentaires pour elle mais un travail au point de croix, méticuleux, riche de connaissances, profondément humain.
    Liens : Un intérêt particulier pour les morts |La Curiosité est un péché mortel |Un assassinat de qualité |Anne Perry

  • 29/05 Édition: Parutions de la semaine - 29 mai
  • 23/05 Édition: Parutions de la semaine - 23 mai
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page