k-libre - auteur - Mickaël Paitel

On ne rappellera jamais assez le rôle joué par l'alcool dans l'histoire criminelle. Excitant dramatique, il révèle la face sombre des esclaves de ce vice et mène des individus à la vie la plus banale sur le chemin du crime.
Christophe Belser - Les Nouvelles affaires criminelles d'Ille-et-Vilaine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 juin

Contenu

Mickaël Paitel

MAJ jeudi 07 janvier 2016
© D. R.

Biographie Mickaël Paitel


Naissance à Quimper le 15 décembre 1967.
Mickaël Paitel est né dans une famille nombreuse - quatre sœurs et un frère -, dont les parents divorcent lorsqu'il a sept ans. Une séparation qui va le traumatiser et le marquer longtemps : elle lui forge une personnalité atypique dans le sens où, dorénavant, il veut faire rire les gens pour qu'ils l'aiment plus vite, comme pour cacher sa tristesse enfouie.
Son imaginaire semble sans limite. En classe, il stresse tellement de peur d'être interrogé par le professeur, qu'à la récré, il a pris pour habitude d'aller s'asseoir sur la cuvette des toilettes sans jamais jouer dehors avec ses camarades. Il brûle ses petites voitures Majorette dans la cheminée.
Il arrête sa scolarité alors qu'il est en 5e pour nourrir sa mère et une sœur. On l'impose alors apprenti-plombier. En 1990, il entre à l'armée, puis prend son destin en main. Il choisit de devenir conducteur routier, et part rejoindre la Haute-Savoie en mobylette depuis Plestin-les-Grèves, et y trouve son premier emploi de chauffeur.
En 2007, après dix-sept ans de bitume, il crée une épicerie fine à Saint-Malo baptisée "La Cale aux trésors".
C'est en 2010, que lui prend l'envie raconter son parcours, et qu'il commence l'écriture de Papa s'enfuit, maman reste, pour faire le premier bilan de son parcours. S'il y voit plus clair, il a surtout attrapé le virus du clavier afin de créer d'autres vies. De fait, le polar n'est qu'une excuse. Un pizzaïolo a besoin d'un support pour poser ses ingrédients : la pâte à pizza. Ses intrigues de polar servent comme base à ses ingrédients, pour dire des choses plus personnelles comme ses craintes et ses joies. Il adore les formules et les jeux de mots. Il essaie de les mettre en scène dans les titres de ses livres ou de les disséminer dans certains dialogues, comme dans Une retraite sous de mauvais hospices ou Le Visage qui voulait faire bonne figure.
S'il lisait à l'adolescence plutôt des magazines - Ça m’intéresse ! et Autoplus -, il s'enfile plus tard les sélections du Reader' digest. Influencé par les histoires vraies, il lit surtout Henry David Thoreau, Yves Ballu et Max Gallo, mais n'en dévore pas moins Christophe Rocancourt, Hervé Vilard et Jack Kerouac. Enfin, il adore Jean-Louis Murat et Miossec, et joue aux échecs.

Bibliographie :
2013 : Braquage en Bretagne-Sud originellement Vivien en prison
2013 : Le Visage qui voulait faire bonne figure
2013 : Une retraite sous de mauvais auspices
2013 : La vérité travestie
2013 : Une tromperie peut cacher un adultère
2012 : Le Secret de la forêt des Blaches
2010 : Papa s'enfuit, maman reste



site : http://www.politiquehumanite.blogspot.com

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page