k-libre - auteur - Phyllis Dorothy James

Elle leur avait désobéi en consultant les Annales intemporelles pour en apprendre davantage sur l'homme qui semblait revêtir une telle importance pour l'avenir de l'humanité.
Pierre Bordage - Inkarmations
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 05 décembre

Contenu

Phyllis Dorothy James

MAJ jeudi 27 novembre 2014
© D. R.

Biographie Phyllis Dorothy James


Naissance à Oxford le 03 août 1920.
Mort le 27 novembre 2014.
Phyllis Dorothy James est l'aînée d'une famille de trois enfants. Une éducation religieuse succède à une enfance cahotée de droite à gauche, puis elle entre à la Cambridge High School for Girls avant que son père ne mette un terme à ses études : elle a seize ans, nous sommes en 1936, et il considère qu'elle n'a guère besoin d'en savoir plus pour une fille.

Toujours grâce - à cause ? - de son père, elle entre aux impôts puis, âgée de vingt et un ans, elle épouse le docteur White dont elle aura deux filles en 1942 et 1944. Elle choisit de se consacrer à l'éducation de ses deux filles. C'est alors que son mari revient des Indes traumatisé par ce qu'il a vu de la guerre. Il n'aura de cesse jusqu'à sa mort en 1964 d'effectuer des allers-retours entre hôpitaux psychiatriques et demeure familiale. Phyllis Dorothy James est contrainte de retrouver un emploi. Ce sera dans des bureaux à l'hôpital assorti de cours du soir pour grimper dans la hiérarchie administrative.

Dans le même temps, elle se met à écrire un roman d'énigme classique, dans la lignée des Reines du crime anglaises. Inlassablement, elle consacre deux heures de sa matinée à cet effort littéraire. Le manuscrit envoyé est très vite publié, et remporte l'adhésion des lecteurs. Il s'agit de À visage couvert, premier roman du long cycle à venir dans lequel intervient Adam Dalgliesh, policier à Scotland Yard, et qui s'adonne à la poésie. De 1962 à 2009, pas moins de quatorze romans lui sont consacrées dont Un certain goût pour la mort (1985) qui, en 1988, obtient en France le Grand Prix de littérature policière.

Parallèlement, Phyllis Dorothy James entre au Ministère de l'Intérieur. De 1968 à 1979 elle travaille au sein du service de la médecine légale pour le Département judiciaire avant d'être jusqu'en 1984 magistrate en relation avec la brigade criminelle. Elle puise dans son expérience professionnelle la matière propre à alimenter son œuvre littéraire qui s'impose sur le devant de la scène mondiale.

Elle multiplie les conférences, remporte de nombreux prix dont le Silver Dagger Award. En 1990, elle est anoblie baronne par la Reine d'Angleterre. Aujourd'hui, elle est membre de la Chambre des Lords. En marge du cycle "Adam Dalgliesh", Phyllis Dorothy James a écrit deux romans avec Cordélia Gray, une jeune détective privée, à la manœuvre, et cinq autres romans - dont un de science fiction. Son dernier roman en date, La Mort s'invite à Pemberley (2011), est une suite d'Orgueil et Préjugés, le roman de Jane Austen, à qui elle entend rendre hommage.

27 novembre 2014, P. D. James s'éteint paisiblement dans sa maison d'Oxford. Elle avait quatre-vingt quatorze ans.



site : http://pd-james.fr/

Bibliographie*

Romancier :

Actualité

  • 27/11 Nécrologie: Disparition de P. D. James
  • 30/10 Société: P. D. James et le meurtre de Julia Wallace
  • 19/04 Édition: Parutions de la semaine - 19 avril
  • 28/09 Édition: Parutions de la semaine - 28 septembre
  • 01/06 Édition: Parutions de la semaine - 1er juin
    Jane Austin a toujours autant le vent en poupe. Alors qu'Arte diffusera les jeudi 7, 14 et 21 juin à 20 h 35 une mini-série en 6 X 50 minutes d'Orgueil et Préjugés dans le cadre de "L'Été des sentiments", un cycle que la chaine germano-française consacre à la romancière britannique, c'est au tour de Phyllis Dorothy James, avec La Mort s'invite à Pemberley d'y aller de son hommage avec une "suite criminelle" à l'un des romans les plus incisifs de son époque. C'est assurément le roman de la semaine.
    Une semaine également placée sous le signe de la réédition avec deux ouvrages que réapparaissent en grand format. Aux Presses de la Cité d'abord pour Charles MacLean et son De peur que les ténèbres ne tombent, un thriller écrit dans les années 1980, et qui lui assura un statut d'auteur phénomène. Plus de trente années après un premier passage chez le même éditeur, le livre n'a pas pris une ride. Il sera prochainement chroniqué en nos pages. L'auteur a même été rencontré dernièrement, et une interview en a découlé. Et puis last but not least, La Manufacture des livres a récupéré un roman initiallement paru au Fleuve noir, Kill kill faster faster, de Joel Rose. La traduction de ce texte très écrit a été entièrement revue. Là aussi, une chronique sera bientôt présente sur k-libre.
    Pour les autres parutions, comme maintenant vous en avez l'habitude, faites votre choix !

    Grand format :
    Coup de pub, de Pieter Aspe (Albin Michel)
    Mortelle vengeance, de Fabrice de Caupenne (Les Nouveaux auteurs)
    L'Ouest barbare, de Jean-François Coatmeur (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Les Larmes d'Aral, de Jérôme Delafosse (Robert Laffont, "Best-Sellers")
    7 morts sans ordonnance, de Thierry Dufrenne (Ex æquo, "Rouge")
    Petits meurtres chez ces gens-là, de Dulle Griet (Presses de la Cité, "Domaine français")
    Un privé en montagne, de Dominique Edler (Pythagore)
    Secrets enfouis, de Josaph Finder (Albin Michel, "Thriller")
    Les Violents de l'automne, de Philippe Georget (Jigal, "Polar")
    Le Couvent des ombres, de Lisa Jackson (Mosaïc)
    La Mort s'invite à Pemberley, de Phyllis Dorothy James (Fayard, "Policiers")
    Mort-en-direct.com, de John Kazenbach (Presses de la Cité)
    La Vallée des secrets. 1, Le Jeu, de Krystyna Kuhn (City, "Young adults")
    Réseau d'État, de Hugues Leforestier (Jigal, "Polar")
    Les Spellman contre-attaquent, de Lisa Lutz (Albin Michel)
    De peur que les ténèbres ne tombent, de Charles MacLean (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Cruising with death, de Kathy O'Connor (Ex æquo, "Rouge")
    La Piste du tigre, de James Patterson (Jean-Claude Lattès, "Suspense et Cie")
    Eddy Proy : la véritable histoire, de Roger Perron (EDK, "Pluriel de la psyché")
    Kill kill faster faster, de Joel Rose (La Manufacture de livres)
    Nuit monstre, de James Swain (City, "Thriller")
    La Mécanique des geishas, de Fabrice Vanneste (EDD Strapontins)
    Parjures, de Gilles Vincent (Jigal, "Polar")

    Poche :
    Dans l'ombre de la ville, de James Conan (LGF, "Policier")
    Les Bras de la nuit, de Frédéric Dard (Pocket, "Thriller")
    Culbute dans le calbute : roman précieux, de Patrice Dard (Fayard, "Littérature française")
    San-Antonio s'envoie en l'air : roman de haut vol, de Patrice Dard (Fayard, "Littérature française")
    La Vengeance du Mysterium, de Paul Charles Doherty (10-18, "Grands détectives")
    Sorry, de Zoran Drvenkar (LGF, "Thriller")
    Franco est mort jeudi, de Maurice Gouiran (Jigal, "Poche polar")
    Les Cadavres n'ont pas froid aux yeux, d'Andrea H. Japp (Marabout, "Fiction")
    Naufrages en eaux troubles : baie de Saint-Brieux, d'Alain Lozac'h (Astoure, "Breizh noir")
    658, de John Verdon (LGF, "Thriller")
    Un ange passe à Memphis, de Marc Villard (Rivages, "Noir")
    Meurtre sur papier glacé, de Kate White (Marabout, "Fiction")

    Grands caractères :
    Freaky fridays, de Brigitte Aubert (La Loupe, "Policier")
    Liens : Coup de pub |Sorry |Franco est mort jeudi |Réseau d'État |Petits meurtres chez ces gens-là |La Mort s'invite à Pemberley |Pieter Aspe |Brigitte Aubert |Jean-François Coatmeur |Patrice Dard |Frédéric Dard |Paul Doherty |Zoran Drvenkar |Philippe Georget |Maurice Gouiran |Andrea H. Japp |Hugues Leforestier |James Patterson |Marc Villard |Gilles Vincent |Dulle Griet |James Swain

  • 04/03 Édition: Parutions de la semaine - 4 mars
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page