k-libre - auteur - John Ford

Elle resta un instant les yeux fixés sur l'objet portant le reflet de cet unique mot écrit en grand : VENGEANCE.
Annabelle Blangier - Un plat qui se mange froid
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 16 janvier

Contenu

John Ford

MAJ mercredi 10 octobre 2012
© D. R.

Biographie John Ford


Naissance à Cape Elizabeth le 01 février 1894.
Mort à Palm Desert le 31 août 1973.
John Martin Feeny, dit John Ford, nait dans une famille d'immigrés irlandais. Ultime rejeton de onze enfants, rien ne le prédestine à l'immense carrière de réalisateur qui le verra remporter quatre Oscars. Cette carrière, il la doit peut-être à son frère, Frank, qui partit en 1909 pour la Californie au côté de Gaston Méliès, frère de Georges, pour être acteur et réalisateur de serials pour les studios Universal. En effet, alors que John Ford se prépare à entrer à l'université, son frère lui parle d'Hollywood. Charmé, il le suit.

Là-bas, il joue de petits rôles dans les films de Frank avant de l'assister. Comme toujours dans ces histoires qui ont forgé la légende du cinéma américain, il entame sa carrière de réalisateur lorsqu'il doit remplacer au pied levé un réalisateur absent. C'est The Tornado. Nous sommes en 1917. Ford s'engouffre dans les westerns muets avec l'acteur Harry Cagney. Tous ces films disparaitront à l'exception de trois copies de Le Ranch Diavolo (1917), À l'assaut du boulevard (1917) et Du sang dans la prairie (1919). En 1920, il se marrie avec Mary McBryde Smith avec qui il aura deux enfants, Patrick Michael en 1921 et Barbara en 1922. 1920 est aussi l'année où il débarque à la Fox.

Il commence à voyager en Europe. En Irlande, il retrouve ses racines, et croise un membre de l'IRA. En Allemagne, il découvre le cinéma expressionniste. La mort de William Fox en 1931, l'arrivée du parlant et sa cure de désintoxication alcoolique sont autant d'événements qui aboutissent à une rupture de contrat d'exclusivité avec les studios de la Fox. Réalisateur très coté, il a rencontré en 1928 le scénariste Dudley Nichols qui l'accompagnera de nombreux films durant.

Sa première nomination aux Oscars, il la doit à Arrowsmith, toujours en 1931. En 1934, il entre à la RKO avec La Patrouille perdue, mais c'est toujours à la RKO avec Le Mouchard, qu'il obtient son premier Oscar du Meilleur réalisateur. Le film est le premier à ne pas jouer sur les grands espaces. C'est un film sombre et urbain, qui traite du conflit entre l'Irlande et l'Angleterre, qui montre la pauvreté d'un peuple et le harcèlement de l'occupant.

1936 est un tournant politique dans la vie de John Ford, qui s'engage et soutient les Républicains en Espagne, qui condamne les nazis en Allemagne et incite au boycott. Il revient en 1938 au western avec le méconnu John Wayne. C'est La Chevauchée fantastique. Le film, qui a du mal à convaincre des financiers, rencontre par la suite le succès auprès des critiques, mais doit s'incliner aux Oscars devant Autant en emporte le vent. La seconde carrière western de John Ford est cependant lancée de fort belle manière avec, à ses côtés, un John Wayne qui quitte alors la série B. pour devenir un acteur accompli.

L'adaptation des Raisins de la colère, de John Steinbeck, lui offre son second Oscar en 1941. Avec Qu'elle était verte ma vallée, la consécration est totale. Cinq Oscars (dont ceux du Meilleur film et du Meilleur réalisateur) devant Orson Welles et son Citizen Kane. Mais l'Amérique est aux portes de la guerre. John Ford fonde la Naval Field Photographic Unit dans laquelle les réalisateurs d'Hollywood offrent leurs talents à l'armée. Ford tourne alors des films de propagande du Pacifique - Pearl Harbord, Midway - à Nuremberg en passant par la Birmanie, l'Afrique du Nord et la Normandie. Les Sacrifiés, qu'il tourne en 1945 pour la MGM avec John Wayne, est le seul film dramatique qui se déroule au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Le retour à la vie civile signe aussi le retour au western. John Ford, avec son "Cycle de la cavalerie" revient aux bases de son succès public. C'est d'abord Le Massacre de Fort Apache, puis Le Fils du désert, La Charge héroïque, Le Convoi des braves et enfin Rio Grande. L'homme qui a combattu les idées nazies s'érigent contre le maccarthysme.

Soupçonné de collusion avec les communistes, il est obligé d'adhérer à un mouvement d'opinion très à droite. Son œuvre, déjà très critique vis-à-vis du nationalisme et de la guerre prend une autre dimension lorsqu'il part en Corée filmer une guerre dont il ne comprend pas le but. Il est alors contre-amiral, et demande à être mis en retraite de la Navy. Il revient en Irlande tourner L'Homme tranquille, un projet personnel qu'il traine dans ses valises depuis plus de quinze ans. Il lui permettra d'obtenir un quatrième Oscar de la Meilleure réalisation.

Épuisé par une carrière éprouvante, miné par l'alcoolisme, John Ford trouve cependant la force de tourner Mogambo et La Prisonnière du désert. Tous deux inoubliables par leur casting de rêve (le premier réunit Ava Gardner, Clark Gable et Grace Kelly !, quant au second il propose John Wayne et Natalie Wood). Les dernières années de sa carrière cinématographiques sont entrecoupées par la dépression, l'alcoolisme et ses conséquences. Malgré la noirceur de ses pensées, John Ford tourne encore quelques chefs d'œuvre dont L'Homme qui tua Liberty Valance. Étrangement, sa carrière a suivi celle du western. Ce dernier, en quête de renouveau, traine à trouver un second voire troisième souffle. John Ford s'éteint progressivement et avec lui le mythe du Grand Ouest.

Son œuvre se résume alors en trois mots : western, guerre et racines. Victime d'un accident de la route, miné par l'alcoolisme, rongé par un cancer, contraint à ne plus travaillé et à vendre son yacht sur lequel il venait trouver son réconfort, il reçoit un Lyon d'Or à la Mostra de Venise en 1971, puis la Médaille présidentielle des mains de Richard Nixon en 1973 avant de s'éteindre quelques mois plus tard avec 142 films à son nom...


Bibliographie*

Réalisateur :

Actualité

  • 24/03 Librairie: John Ford et les Indiens sur le Divan (75)
  • 03/12 Cinéma: John Ford immense à la Cinémathèque
    "Plus qu'un grand cinéaste classique, un immense artiste américain. Il réalise ses premiers films en 1917, essentiellement des westerns pour Universal. Il entre ensuite à la Fox pour réaliser des œuvres épiques, fortement influencées par l'expressionisme allemand. Il est considéré comme un maître du western. Stagecoach en 1939 relance le genre et La Prisonnière du désert (1956) ou L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), par exemple, en interrogent les déterminations cachées. John Ford est surtout un poète qui a su dévoiler, en une œuvre d'une ampleur inégalée, les mythes qui ont construit l'Amérique et en faire une critique lucide et émouvante. Mais plus globalement c'est l'Histoire elle-même, ses tragiques mutations et son empreinte sur la vie des individus qui constituent le cœur de son art."
    Telle est la présentation de John Ford qu'en fait La Cinémathèque française à l'heure d'entamer une immense rétrospective du 3 décembre 2014 au 23 février 2015. Pourquoi immense ? Parce qu'elle propose à l'écran quatre-vingt-sept films dont quelques documentaires et plusieurs films de propagande pendant la guerre, que l'on ne voit que trop rarement. Si, bien sûr, les incontournables sont de sortie, avec des westerns inoubliables précités, il incombe de rajouter au western et à l'Histoire les racines irlandaises du réalisateurs, présentes de façon prononcée dans Le Mouchard et Révolte à Dublin, et aussi dans les rôles tenus par des acteurs de seconds rôles dans des westerns de guerre comme Victor McLaglen, tronche incontournable du soldat généreux irlandais bien connu, dirigé à de nombreuses reprises par John Ford, et grand ami de John Wayne. John Wayne, justement, fait l'objet dans un documentaire d'un joli sujet où il est qualifié de légende. Il est également dans la rétrospective avec le film Alamo, qu'il dirige et où il joue le personnage de Davy Crockett. Signalons plusieurs présentations de films qui parsèment un calendrier fourni et fouillé.
    Toutes les informations concernant chacun des films peuvent se découvrir sur cette page.
    Voici les projections dans l'ordre chronologique :

    Mercredi 3 décembre :
    - 20 heures : Les Deux Cavaliers, de John Ford. Ouverture du cycle John Ford.

    Samedi 6 décembre :
    - 14 h 30 : L'Homme tranquille, de John Ford.
    - 17 h 15 : Vers sa destinée, de John Ford.
    - 20 heures : Le Cheval de fer, de John Ford. Accompagnement musical au piano par Mathieu Regnault.

    Dimanche 7 décembre :
    - 17 heures : Le Jeune Cassidy, de Jack Cardiff & John Ford.
    - 19 h 30 : Le Convoi des braves, de John Ford.
    - 21 h 30 : Rio Grande, de john Ford.

    Lundi 8 décembre :
    - 19 heures : Sa nièce de Paris, de John Ford.
    - 21 h 15 : L'Aigle bleu, de John Ford.

    Mercredi 10 décembre :
    - 17 heures : L'Homme tranquille, de John Ford.
    - 19 heures : Le Ranch Diavolo, de Jack Ford. Accompagnement musical du film par Axel Nouveau, élève de la classe d'improvisation au piano de Jean-François Zygel.
    - 21 heures : The Last Outlaw, Tête brulée & North of Hudson Bay, de Jack Ford.

    Vendredi 12 décembre :
    - 19 h 30 : Trois sublimes canailles, de John Ford.
    - 21 h 45 : Born Reckless, de John Ford.

    Samedi 13 décembre :
    - 15 heures : By Indian Post & Du sang dans la prairie, de Jack Ford.
    - 19 h 30 : La Patrouille perdue, de John Ford.
    - 21 h 15 : Arrowsmith, de John Ford.

    Dimanche 14 décembre :
    - Dieu est mort, de John Ford.
    - 19 h 45 : Inspecteur de service, de John Ford.
    - 21 h 45 : Planqué malgré lui, de John Ford.

    Lundi 15 décembre :
    - 19 heures : conférence "La Poursuite infernale : sanctuaire classique".
    - 21 h 15 : Men Without Women, de John Ford.

    Mercredi 17 décembre :
    - 19 heures : La Poursuite infernale, de John Ford. Séance présentée par Patricia Mazuy.
    - 21 h 15 : Mary Stuart, de John Ford.

    Samedi 20 décembre :
    - 14 heures : Cameo Kirby, de Jack Ford.
    - 16 h 45 : Vers sa destinée, de John Ford.
    - 19 heures : Le Sergent noir, de John Ford.
    - 21 h 30 : L'Homme qui tua Liberty Valance, de John Ford.

    Dimanche 21 décembre :
    - 17 h 30 : Révolte à Dublin, de John Ford.
    - La Dernière fanfare, de John Ford.
    - 21 h 30 : Patrouille en mer, de John Ford.

    Lundi 22 décembre :
    - 19 h 30 : La Garde noire, de John Ford.
    - 21 h 30 : Tête brûlée, de John Ford.

    Vendredi 26 décembre :
    - 19 heures : Innisfree, de José Luis Guerin.
    - 21 h 15 : Une femme survint, de John Ford.

    Samedi 27 décembre :
    - 14 heures : Le Corsaire de l'Atlantique, de John Ford.
    - 16 h 15 : L'Aigle vole au soleil, de John Ford.
    - 19 heures : Toute la ville en parle, de John Ford.
    - 21 heures : Révolte à Dublin, de John Ford.

    Dimanche 28 décembre :
    - 17 h 30 : Quand se lève la lune, de John Ford.
    - Dieu est mort, de John Ford.
    - Hurricane, de John Ford.

    Lundi 29 décembre :
    - 19 h 30 : Up the River, de John Ford.
    - 21 h 45 : Planqué malgré lui, de John Ford.

    Vendredi 2 janvier :
    - 14 h 30 : La Mascotte du régiment, de John Ford.
    - 16 h 45 : Le Jeune Cassidy, de Jack Cardiff & John Ford.
    - 19 h 30 : La Route du tabac, de John Ford.
    - 21 h 30 : Les Raisins de la colère, de John Ford.

    Samedi 3 janvier :
    - 14 heures : What Price Glory, de John Ford.
    - 16 h 30 : Les Cavaliers, de John Ford.
    - 19 heures : Mogambo, de John Ford.
    - 21 h 30 : Les Sacrifiés, de John Ford.

    Dimanche 4 janvier :
    - 17 h 15 : La Patrouille perdue, de John Ford.
    - 19 heures : Up the River, de John Ford.
    - 21 heures : Steamboat Round the Bend, de John Ford.

    Lundi 5 janvier :
    - 19 heures : Docteur Bull, de John Ford.
    - 21 heures : La Maion du bourreau, de John Ford.

    Mercredi 7 janvier :
    - 19 heures : Gagnant quand même, de John Ford.
    - 21 heures : La Garde noire, de John Ford.

    Jeudi 8 janvier :
    - 19 heures : The Last Outlaw, Tête brûlée & North of Hudson Bay, de Jack Ford.
    - 21 heures : Maman de mon cœur & Riley the Cop, de John Ford.

    Vendredi 9 janvier :
    - 20 h 30 : "John Ford et Alfred Hitchcock : le loup et l'ageneau". Avec André S. Labarthe & Hubert Knapp.

    Samedi 10 janvier :
    - 14 h 30 : By Indian Post & Du sang dans la prairie, de Jack Ford.
    - 16 h 30 : Les Cavaliers, de John Ford.
    - 19 heures : Le Mouchard, de John Ford.
    - 21 heures : La Charge héroïque, de John Ford.

    Dimanche 11 janvier :
    - 17 h 15 : Le Cosaire de l'Atlantique, de John Ford.
    - 19 h 30 : Quatre hommes et une prière, de John Ford.
    - 21 h 30 : Tête brûlée, de John Ford.

    Lundi 12 janvier :
    - 19 heures : conférence "Le Soleil brille pour tout le monde : rapports de classes".
    - 21 h 15 : Le Soleil brille pour tout le monde, de John Ford.

    Mercredi 14 janvier :
    - 14 h 30 : jeune public. Le Convoi des braves, de John Ford.
    - 19 heures : Les Quatre fils, de John Ford.
    - 21 h 15 : Qu'elle était verte ma vallée, de John Ford. Séance présentée par Nicolas Saada.

    Vendredi 16 janvier :
    - 19 heures : L'Aigle vole au soleil, de John Ford.
    - 21 h 30 : Le Fils du désert, de John Ford.

    Samedi 17 janvier :
    - 14 h 15 : Les Cheyennes, de John Ford.
    - 17 h 30 : Je n'ai pas tué Lincoln, de John Ford.
    - 19 h 30 : Frontière chinoise, de John Ford.
    - 21 h 30 : La Prisonnière du désert, de John Ford. Séance présentée par Jean-Charles Hue.

    Dimanche 18 janvier :
    - 17 h 15 : Les Hommes de la mer, de John Ford.
    - 19 h 30 : Le Convoi des braves, de John Ford.
    - 21 h 30 : Judge Priest, de John Ford.

    Lundi 19 janvier :
    - 19 heures : Docteur Bull, de John Ford.
    - 21 heures : La Maison du bourreau, de John Ford.

    Mercredi 21 janvier :
    - 19 h 30 : Quand se lève la lune, de John Ford.
    - 21 h 30 : La Taverne de l'Irlandais, de John Ford. Séance présentée par Thomas Bardinet.

    Jeudi 22 janvier :
    - 14 h 30 : Bamboo Cross & The Cotter Craven Story, de John Ford.
    - 19 heures : The Village Blacksmith & Pour la sauver, de Jack Ford.
    - 21 heures : Cameo Kirby, de Jack Ford.

    Vendredi 23 janvier :
    - 14 heures : Rookie of the Year & Flashing Spikes, de John Ford.
    - 21 h 30 : Torpedo Squadron & Undercover, de John Ford.

    Samedi 24 janvier :
    - 14 h 30 : Trois sublimes canailles, de John Ford.
    - 16 h 45 : Hurricane, de John Ford.
    - La Charge héroïque, de John Ford.
    - 21 h 15 : Ce n'est qu'un au revoir, de John Ford.

    Dimanche 25 janvier :
    - 17 h 45 : L'Aigle bleu, de John Ford.
    - 19 h 30 : Je n'ai pas tué Lincoln, de John Ford.
    - 21 h 30 : Le Monde en marche, de John Ford.

    Lundi 26 janvier :
    - 14 h 30 : La Bataille de Midway, December 7th & Sex Hygiene, de John Ford.
    - 19 heures : The Village Blacksmith & Pour la sauver, de Jack Ford.
    - 21 heures : Le Cheval de fer, de John Ford.

    Lundi 2 février :
    - 14 h 30 : This is Korea!, The Growler Story & Chesty: A Tribute to a Legend, de John Ford.
    - 19 heures : Les Quatre fils, de John Ford.
    - 21 h 15 : Arrowsmith, de John Ford. Séance présentée par Nicolas Saada.

    Mercredi 4 février :
    - 19 heures : Le Mouchard, de John Ford.
    - 21 heures : Le Massacre de Fort Apache, de John Ford.

    Jeudi 5 février :
    - 14 h 30 : Gagnant quand mêm, de John Ford.
    - 19 heures : La Route du tabac, de John Ford. Séance présentée par David Perrault.
    - 21 heures : Les Hommes de la mer, de John Ford. Séance présentée par David Perrault.

    Vendredi 6 février :
    - 14 h 30 : Sur la piste des Mohawks, de John Ford.
    - 17 heures : Sa nièce de Paris, de John Ford.
    - 20 heures : Les Cheyennes, de John Ford.

    Samedi 7 février :
    - 14 h 15 : L'Homme qui tua Liberty Valance, de John Ford. Séance présentée par Patricia Mazuy.
    - 16 h 45 : Permission jusqu'à l'aube, de John Ford & Mervyn LeRoy. Séance présentée par Patricia Mazuy.
    - 19 h 30 : Toute la ville en parle, de John Ford.
    - Mogambo, de John Ford.

    Dimanche 8 février :
    - 14 h 30 : Le Soleil brille pour tout le monde, de John Ford.
    - 18 heures : Le Costaud & Upstream, , de John Ford.
    - 19 h 30 : Deux femmes, de John Ford.
    - 21 h 30 : Le Fils du désert, de John Ford.

    Lundi 9 février :
    - 14 h 30 : Le Monde en marche, de John Ford.
    - 19 heures : À l'assaut du boulevard, de Jack Ford.
    - 21 heures : Le Ranch Diavolo, de Jack Ford.

    Mercredi 11 février :
    - 19 heures : Le Costaud & Upstream, de John Ford.
    - 21 heures : Steaboat Round the Bend, de John Ford.

    Jeudi 12 février :
    - 14 h 30 : Alamo, de John Wayne.
    - 19 heures : La Bataille de Midway, December 7th & Sex Hygiene, de John Ford.
    - 21 heures : Rookie of the Year & Flashing Spikes, de John Ford.

    Vendredi 13 février :
    - 14 h 30 : La Conquête de l'Ouest, de George Marshall, Henry Hathaway & John Ford.

    Samedi 14 février :
    - 14 h 30 : Le Sergent noir, de John Ford.
    - 17 heures : Inspecteur de service, de John Ford.
    - 19 h 30 : Bamboo Cross & The Colter Craven Story, de John Ford.
    - 21 h 30 : This is Korea!, The Growler Story & Chesty: A Tribute to a Legend, de John Ford.

    Dimanche 15 février :
    - 14 h 15 : La Dernière fanfare, de John Ford.
    - 16 h 45 : Les Deux cavaliers, de John Ford.
    - 19 heures : Permission jusqu'à l'aube, de John Ford & Mrvyn LeRoy.
    - 21 h 45 : Les Sacrifiés, de John Ford.

    Lundi 16 février :
    - 19 heures : conférence "La Prisonnière du désert : une construction de l'autre".
    - 21 h 15 : La Prisonnière du désert, de John Ford.

    Mercredi 18 février :
    - 17 heures : Men Without Women, de John Ford.
    - 19 heures : L'Homme tranquille, de John Ford.
    - 21 h 30 : Innisfree, de José Luis Guerin.

    Jeudi 19 février :
    - 14 h 30 : La Conquête de l'Ouest, de George Marshall, Henry Hathaway & John Ford.
    - 17 heures : Torpedo Squadron & Undercover, de John Ford.
    - 19 heures : Born Reckless, de John Ford.
    - 21 heures : John Ford / John Wayne: The Filmaker and the Legend, de Sam Polard.

    Vendredi 20 février :
    - 19 h 30 : Deux femmes, de John Ford.
    - 21 h 30 : Les Raisins de la colère, de John Ford.

    Samedi 21 février :
    - 14 h 30 : What Price Glory, de John Ford.
    - 17 heures : Directed by John Ford, de Peter Bogdanovich.
    - 19 heures : La Chevauchée fantastique, de John Ford.
    - 21 h 30 : Sur la piste des Mohawks, de John Ford.

    Dimanche 22 février :
    - 14 h 30 : Ce n'est qu'un au revoir, de John Ford.
    - 17 h 15 : Quatre hommes et une prière, de John Ford.
    - 19 h 15 : Judge Priest, de John Ford.
    - 21 heures : Mary Stuart, de John Ford.

    Lundi 23 février :
    - 14 h 30 : Alamo, de John Wayne.
    - 16 h 30 : Maman de mon cœur & Riley the Cop, de John Ford.
    - 19 heures : Patrouille en mer, de John Ford.
    - 21 heures : Une femme survint, de John Ford.

    Informations pratiques :
    Cinémathèque française - Musée du cinéma
    51 rue de Bercy
    75012 Paris
    M° Bercy. Lignes 6 & 14.
    accessibilite@cinematheque.fr

    Tarifs :
    Plein tarif : 6 € 50. Tarif réduit : 5 € 50. Moins de 18 ans : 3 €.
    Forfait Atout Prix : 4 € 50. Entrée libre avec le Libre Pass.
    Tarifs détaillés et bénéficiaires des tarifs réduits : toutes les informations.
    Liens : Alamo |La Charge héroïque |La Chevauchée fantastique |Le Mouchard |La Patrouille perdue |Sur la piste des Mohawks |Alfred Hitchcock |Mervyn LeRoy |Henry Hathaway |George Marshall

  • 07/11 Festival: Livres en tête pour David Vann
  • 04/11 Cinéma: John Ford, John Ford & John Ford - bis
  • 28/10 Cinéma: John Ford, John Ford & John Ford
  • 01/08 Commémoration: Calendrier holmésien d'août
  • 14/06 DVD: Montparnasse brade la RKO
  • 16/10 Cinéma: Polar et égéries hollywoodiennes - Acte IV
  • 01/08 Cinéma: Égéries et série B
  • 17/07 Cinéma: La Nuit du western : Festival Paris quartier d'été
  • 23/11 Cinéma: Film noir : acte III à l'Action Christine
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page