k-libre - auteur - Laurent Maillard

- Qu'est-ce que vous faisiez devant le local de vidéosurveillance ? - Je draguais...
Nicolas Bary - Au bonheur des ogres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 28 juillet

Contenu

Laurent Maillard

MAJ vendredi 13 juillet 2012
© D. R.

Biographie Laurent Maillard


Autodidacte, pur produit de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, après avoir accessoirement décroché un Master II et le diplôme de la dite école, l'auteur se destine à devenir professeur d'histoire. Lâcheté ou fidélité, il renonce pourtant à quitter la noble entreprise publique dans laquelle il végète (mais c'est de sa faute) depuis vingt ans, pour entamer sa future, sinon docte carrière ! Son lourd passé de conteur (il terrorisait déjà ses camarades scouts en leur racontant des histoires d'épouvante qui lui foutaient également la trouille), le rattrape une première fois en 1983 avec le célèbre jeu Donjons & Dragons. Vingt-cinq ans après, cinquante scénarios plus tard et des milliers d'heures de jeu passées à distraire deux générations de potes (toujours fidèles, car devenus aussi ses lecteurs), il s'est demandé s'il serait capable de pondre une bonne histoire lui permettant de décrocher un contrat d'éditeur et de faire vibrer de nouvelles conquêtes ! Alors voilà, c'est fait en 2012 avec De main morte aux Contrebandiers... et il y a pas de raisons que ça s'arrête, du moins tant qu'on trouvera des livres !
Côté lecture, n'allez pas croire que Laurent Maillard ne se coltine que des ouvrages d'ethno et d'histoire. La lecture de Bleubite a fait de lui un Boudariste acharné. Et avec Audiard, de toute manière, le style collait bien. En bon fétichiste, il accumule bouquins et articles, comme ses copines leurs paires de pompes dans les placards. Il a des livres de chevet commr Les Carnets d'un émigré (Dutourd) et La Débâcle (Zola). Sans oublier l'œuvre "de gare" incontournable de Georges-Jean Arnaud. Et puisque nous en sommes là, un Brussolo, sinon rien ! Pour terminer, Laurent Maillard aime mentionner tout un tas de petits bijoux tels La Fabrique de violence, de Jan Guillou, ou Le Portail, de François Bizot... Allez, un dernier tour avec Tardi et Serpieri, même si Laurent Maillard avoue toujours autant jubiler devant des bandes dessinées napoléoniennes...


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page